Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe PCF-FG relatif au sexisme dans l'enseignement supérieur et la recherche.

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 2017


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du v?u non rattaché n° 46 relatif au sexisme dans l'enseignement supérieur et la recherche. La L.M.D.E. a beaucoup parlé de cela, d'ailleurs. La parole est à Hervé BÉGUÉ pour deux minutes.

M. Hervé BÉGUÉ. - Merci, Monsieur le Maire.

Chers collègues, vous n'êtes pas sans savoir que de nombreux sites se créent pour dénoncer le sexisme dans divers corps de métier ou différentes strates de la société. Il y en a un qui a particulièrement attiré mon attention : c'est "Paie ta fac". Le problème du sexisme dans l'enseignement supérieur est souvent rattaché à l'orientation "genrée" et aux soirées estudiantines faisant l'objet d'une communication souvent honteusement sexiste. Ce qui se déroule dans ces soirées est également dénoncé par de nombreuses associations et syndicats étudiants. C'est ainsi que plusieurs chartes se sont mises en place pour lutter contre ce sexisme, notamment une charte nationale en 2013 qui offre tous les outils à la lutte contre le sexisme.

Nous sommes inquiets sur le droit des étudiantes et des étudiants à recevoir un enseignement respectueux. Je n'oublie pas certains témoignages que l'on peut retrouver sur d'autres sites, relayés par des professeurs femmes qui se plaignent elles-mêmes des propos et des actes de leurs collègues. Même si nous pouvons nous féliciter de ne trouver que très peu de témoignages parisiens, il est important de veiller à ce que cela ne se développe pas.

Ainsi, je demande par l'intermédiaire de ce v?u que les engagements de la charte nationale de 2013 soient respectés et appliqués.

Je propose donc que Mme Marie-Christine LEMARDELEY, adjointe en charge de l'enseignement supérieur, puisse vérifier auprès de chacun des établissements parisiens qu'un ou une référent(e) soit nommé(e), que des statistiques sexuées soient produites, que des actions favorisant la mixité des filières soient engagées, afin d'avoir une vision globale des évolutions et de permettre l'échange sur les bonnes pratiques.

Nous proposons aussi que la communication sur l'enseignement supérieur et la recherche permette, chaque année, de faire un bilan des statistiques et des actions entreprises dans les établissements parisiens, alors que l'on voit des menaces qui planent sur le droit des femmes...

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Monsieur BÉGUÉ.

M. Hervé BÉGUÉ. - Je conclus.

? et des mouvements comme ceux de la droite identitaire ou de Donald TRUMP aux Etats-Unis, on ne peut que se convaincre que l'égalité homme/femme mérite un combat sans relâche. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci. La parole est à Marie-Christine LEMARDELEY.

Mme Marie-Christine LEMARDELEY, adjointe. - Je remercie M. BÉGUÉ et le groupe Communiste - Front de Gauche d'avoir soulevé cette question qui me tient à c?ur, puisque le sexisme dans l?enseignement supérieur est en effet un grave problème et un problème endémique. Vous l?avez dit, les réseaux sociaux l'ont mis en avant récemment, mais ce n'est pas nouveau, cela ne date pas des réseaux sociaux. C'est un problème contre lequel je me suis moi-même beaucoup mobilisée lorsque j'étais présidente d'université. Je pense, en effet, que la Ville doit jouer un rôle. Avec Hélène BIDARD, chargée de ces questions auprès de la Maire de Paris, et moi-même, nous allons contacter les responsables des établissements pour leur demander le nom des référents et des référentes, les réunir et faire un point sur toutes les actions engagées et sur les statistiques. Je donne, bien sûr, un avis favorable à ce v?u.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 46 du groupe Communiste - Front de Gauche avec un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u est adopté. (2017, V. 21).