Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

12 - 2003, ASES 26 G - Subvention de fonctionnement à l'association "Age d'Or de France" (9e). - Montant : 3.811 euros

Débat/ Conseil général/ Juin 2003


Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons au projet de délibération ASES 26 G portant attribution d'une subvention de fonctionnement à l'association "Age d'Or de France" (9e).
Mme CHÉRIOUX de SOULTRAIT a la parole. Mme HOFFMAN RISPAL lui répondra.
Mme Joëlle CHÉRIOUX de SOULTRAIT. - Merci, Madame la Présidente.
Je souhaite intervenir sur ce projet de délibération pour regretter la faiblesse de la subvention proposée à l'association "Age d'Or".
C'est une association qui est bien connue de notre collectivité, qui a été reconnue d'utilité publique en 1979. Elle gère 10 clubs à Paris et propose des ateliers, des voyages, etc.
Cette association a près de 1.000 adhérents et elle connaît aujourd'hui des difficultés de recrutement. Ses difficultés ont eu une incidence sur la situation financière. Or je note que "L'Age d'Or" a pris les mesures nécessaires pour y pallier notamment en réduisant ses frais, et en faisant appel à ses adhérents.
A un moment où le soutien financier de la Ville est particulièrement important pour aider l'association à renouveler ses adhésions aux jeunes et à s'ouvrir aux jeunes retraités, je note que non seulement le montant de la subvention proposée représente seulement un quart du montant sollicité, mais aussi cette subvention a été en considérable diminution.
"L'Age d'Or" a plus que jamais besoin de notre aide. Or celle-ci n'est pas à la hauteur des attentes réelles de l'association qui m'a contactée.
Je suis par conséquent très étonnée de la proposition qui nous est faite, d'autant que vous ne nous avez pas habitués à une telle parcimonie.
Nous allons voter cette subvention malgré la rigueur injustifiée et malgré la façon dont vous traitez une association dont l'action est remarquable et qui correspond à un besoin pour les Parisiens les plus âgés.
(Applaudissements sur les bancs du groupe U.M.P.).
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - La parole est à Mme HOFFMAN-RISPAL.
Mme Danièle HOFFMAN-RISPAL, au nom de la 6e Commission. - Je partage beaucoup de choses de ce que vient de dire Mme CHÉRIOUX de SOULTRAIT.
"L'Age d'Or" mérite, à mon sens, effectivement d'être soutenue par la collectivité parisienne. Elle comprend effectivement 950 adhérents et propose différentes activités qui sont à saluer et vous l'avez fait remarquer, puisque c'est exposé dans le projet de délibération.
Elle propose des activités dans les différents clubs qu'elle gère mais aussi un grand nombre d'ateliers.
Aux activités dites classiques : bridge, dessin, photo, chorale, couture, l'association met l'accent sur des activités particulièrement intéressantes, comme l'informatique, permettant de développer des actions intergénérationnelles.
Ces actions ont le mérite de prévenir l'isolement dont sont victimes les personnes âgées, jeunes retraités ou non.
On peut aussi saluer que les membres de l'association se rendent dans les hôpitaux, les maisons de retraite, les prisons. Je souligne également l'action de prévention engagée par la publication du guide "Si je tombe".
A ce titre, je ne dirai jamais assez que la prévention des chutes est prioritaire et que nous faisons des efforts en ce sens avec les associations de soutien à domicile dont je viens de parler.
Il n'est pas du tout question dans notre esprit de remettre en cause le soutien du Département à cette association. Simplement, je crois que cela ne concerne pas que les personnes âgées. L'examen des comptes a fait apparaître une très nette amélioration en ce qui concerne la situation de la trésorerie, plus un excédent de 10.000 euros au compte 2002.
C'est pourquoi nous avons décidé pour le moment que si vraiment il y avait d'autres difficultés, eh bien nous regarderions cela de plus près.
A partir du moment où des associations ont un excédent, je considère que nous pouvons ajuster pour l'année en cours, donc effectivement, par rapport à 2002, la subvention est baissée de moitié, à 3.800 euros.
Je n'ai pas connaissance de nouvelles difficultés, mais plutôt disons d'une trésorerie excédentaire.
Je vous invite à voter favorablement ce projet de délibération.
Je voudrais aussi préciser, par rapport à ce que me disait Mme CHÉRIOUX de SOULTRAIT, il y a quelques instants, que nous finançons cette année de nouveaux projets associatifs qui n'existaient pas.
Là, il s'agit d'associations qui ont été financées depuis un certain nombre d'années. Je pense principalement au Café social, rue Palikao, dont le travail est remarquable et correspond vraiment à une attente des retraités.
Je pense à la Maison ouverte sur le 14e, à l'hôpital Broussais, projet complètement intégré à la vie de la cité, dont mercredi l'achèvement des travaux prendra forme. Il est clair que si nous subventionnons aussi des projets nouveaux et intéressants, nous pouvons ajuster quand besoin est, les associations qui ont une trésorerie.
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération ASES 26 G.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, ASES 26 G).