Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

17 - 2003, ASES 75 G - Subvention de fonctionnement à l'association "Médecins du Monde" (18e) pour le centre d'accueil, de soins et d'orientation situé 62 bis, avenue Parmentier (11e). - Montant : 30.500 euros

Débat/ Conseil général/ Juin 2003


Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons à l'examen du projet de délibération ASES 75 G portant attribution d'une subvention de fonctionnement à l'association "Médecins du Monde" (18e) pour le centre d'accueil, de soins et d'orientation situé 62 bis, avenue Parmentier (11e).
Mme Véronique DUBARRY a la parole et M. LHOSTIS lui répondra.
Mme Véronique DUBARRY. - Je vous remercie, Madame la Présidente.
Chers collègues, "Médecins du Monde" - c'est rappelé dans le projet de délibération - joue un rôle extrêmement important dans l'apport de soins d'urgence aux plus démunis ou aux plus marginalisés des Parisiennes et des Parisiens. Plus de 8.000 consultations en 2002. Et si ce nombre est en baisse par rapport à 2001, nous risquons fort de le voir s'envoler à nouveau en 2003, conséquence - cela aussi est dit dans le projet de délibération - d'une part des modifications apportées par l'Etat aux conditions d'attribution de l'A.M.E. et de la C.M.U. et d'autre part à celles à venir du fonctionnement de la Sécurité sociale, qui, nous ne pouvons malheureusement que le redouter, touchera particulièrement les plus pauvres des Parisiennes et des Parisiens.
Il n'est donc absolument pas question pour nous de remettre en question cette subvention, tout au plus pourrions-nous regretter que celle-ci ne soit pas du montant demandé par l'association, mais nous comprenons qu'il doit être procédé à des arbitrages alors même que le nombre d'associations faisant appel à notre Département ne fait qu'augmenter suite aux désengagements successifs de l'Etat dans ce champ comme dans bien d'autres d'ailleurs.
Cependant, je souhaiterais obtenir des réponses sur un certain nombre de projets de l'association qui ne sont pas mentionnés dans le projet de délibération.
Le premier d'entre eux, le plus important, a été mentionné devant notre Assemblée à plusieurs reprises, et nous souhaitons savoir quelle en est l'évolution. Il s'agit de la création d'un centre d'accueil pour toxicomanes dans le centre de Paris. Ce projet, soutenu par les élus et le Maire du 2e et n'ayant pas reçu de désaccord de la part du Maire du 1er, est indispensable à plus d'un titre.
D'abord parce que la grande majorité de ces structures est dans l'Est parisien, ce dont je ne me plains pas, entendons-nous bien je veux dire que c'est dans l'Est parisien, parce qu'il y a des scènes mais il existe une scène différente qui se trouve aux Halles et qui n'était pour l'instant par couverte par un centre d'accueil de ce type. Or, le travail de ce type de structure ne peut se faire dans de bonnes conditions que si elle est à proximité de la scène et ce serait donc le cas dans le cadre de cette nouvelle localisation.
De plus il semblerait que cette nouvelle localisation soit rendue particulièrement urgente par le non-renouvellement du bail consenti à "Médecins du Monde" 72, avenue Parmentier dans le 11e.
Autre point qui suscite des interrogations : la volonté de "Médecins du Monde" d'ouvrir dans l'Est parisien de petites structures d'accueil et de soins. Il me semble que nous devrions soutenir ce type d'initiative d'abord parce que s'il s'avérait encore que le bail de "Médecins du Monde" de l'avenue Parmentier ne soit pas renouvelé, il serait de la première urgence de trouver des locaux afin que "Médecins du Monde" puisse continuer son travail, dont j'ai déjà dit à quel point il était indispensable. Ensuite le choix d'un arrondissement de l'Est parisien me semble assez judicieux puisque c'est dans cet arrondissement, jusqu'à preuve du contraire, que se trouvent les Parisiennes et les Parisiens pour qui l'accès aux soins est quand même rendu le plus difficile.
J'espère donc que vous pourrez nous apporter des réponses sur ces points et surtout que les réponses seront rassurantes.
Je vous remercie.
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - M. Alain LHOSTIS a la parole pour vous répondre.
M. Alain LHOSTIS, au nom de la 6e Commission. - Je veux saluer tout d'abord, comme vous l'avez souligné, tout le travail effectué par "Médecins du Monde". Nous travaillons étroitement avec cette association sur beaucoup de ses interventions. Concernant le Centre de soins spécialisé pour toxicomanes, la décision de déménagement vers le Centre de Paris reste pleinement d'actualité. Nous avions même trouvé la localisation, et la Mairie de Paris - je vous l'aurais proposé - dans le cadre du redéploiement des crédits, serait intervenue à hauteur de 500.000 euros pour aider à l'installation notamment d'un accueil de jour.
Les difficultés techniques ne nous ont pas permis de faire aboutir pour l'instant ce projet. Vous savez - et vous l'avez souligné - l'intérêt de la mairie du 2e arrondissement, le soutien également de la mairie du 1er dans ce sens, et vous savez que je suis très engagé sur ce dossier. J'ai pris un certain nombre de dispositions pour que nous puissions trouver une issue technique à cette implantation. Je ne désespère pas que nous la trouvions dans les jours ou les semaines qui viennent.
Vous avez raison de dire que ce serait une grande première puisque pour l'instant ce type d'installation est dans l'Est parisien. Cela n'est pas sans poser un certain nombre de problèmes. Vous avez évoqué les difficultés avec une implantation dans le 18e arrondissement qui de ce point de vue est un arrondissement très accueillant pour ce type de structure. La mairie du 18e ne rejette pas les populations concernées, mais il est important que nous marquions notre volonté de partager l'effort d'accueil des populations en difficulté et donc le soutien à l'activité qui est menée par les associations pour la prévention de la toxicomanie. Sur ce plan il n'y a pas de volonté, mais pas du tout, de suspendre notre intervention.
Parallèlement vous avez évoqué les problèmes de locaux qui résultent de l'abandon d'implantation dans le 18e arrondissement. "Médecins du Monde" a retiré sa proposition et aujourd'hui justement, en liaison avec le déplacement du Centre de soins pour les toxicomanes au Centre de Paris, il serait possible d'installer le projet prévu dans le 18e dans les locaux réaménagés du 11e, le bail pouvant être finalement renouvelé.
Voilà comment nous avons travaillé sur ce dossier avec les associations concernées. La localisation actuelle dans le 11e fonctionne bien et si nous arrivons à faire aboutir le projet du Centre de Paris la situation va se régler. Je le répète, il s'agit simplement d'un problème technique qui pour l'instant se pose à nous et qui est difficile à résoudre mais que nous devrions arriver à résoudre.
Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci, Monsieur LHOSTIS.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération ASES 75 G.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, ASES 75 G).