Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, DVD 172 - Adhésion à l'Observatoire Départemental de la Biodiversité Urbaine et signature de la Charte correspondante.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2010


 

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DVD 172 concernant l'adhésion à l'Observatoire départemental de la biodiversité urbaine, et signature de la charte correspondante.

Je donne la parole à Mme Laurence DOUVIN pour le groupe U.M.P.P.A.

Mme Laurence DOUVIN. - Merci, Monsieur le Maire.

Valoriser la biodiversité, tout particulièrement dans un cadre urbain où sa nécessité est peut-être encore plus patente qu'ailleurs demande une démarche volontaire entraînée en particulier par les élus locaux.

C'est pourquoi ce projet de délibération a retenu toute notre attention, et nous avons pris connaissance avec intérêt des objectifs et des missions de l'Observatoire départemental de la biodiversité urbaine de Seine-Saint-Denis.

Être un centre de ressources, un espace d?échange d?expériences et de débats sur la biodiversité, et définir des enjeux de préservation et de développement de cette même biodiversité.

Mais tous ces objectifs sont présentés comme étant liés au territoire du Département de Seine-Saint-Denis, à l'exclusion de tout autre.

L'Observatoire est d'ailleurs placé sous l'autorité du Président du Conseil général de Seine-Saint-Denis et il est clairement exprimé qu?il a pour cible de valoriser l?image de ce Département.

Alors, nous souhaiterions savoir que viennent faire les canaux dans ce cadre, canaux dont il n?est d?ailleurs pas fait mention dans la brochure de l'observatoire.

Certes, bien sûr, nous savons que les canaux sont un véhicule fort intéressant de circulation de la biodiversité, mais ils n?en sont qu'un élément. Et si le domaine fluvial de la Ville de Paris s'étend au-delà des limites géographiques territoriales de la capitale, un observatoire départemental, je veux dire d'un seul département, paraît être un organisme véritablement restreint géographiquement par rapport à une préoccupation qui trouverait certainement dans un cadre régional une dimension plus naturelle.

C'est pourquoi nous nous étonnons de cette demande d'adhésion, et nous souhaiterions donc avoir un certain nombre d'éclaircissements de manière à avoir les moyens d'être les plus performants et de progresser dans le domaine de la biodiversité.

Je vous remercie.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Pour vous répondre, Mmes LE STRAT et GIBOUDEAUX.

Mme Anne LE STRAT, adjointe. - Madame DOUVIN, je note d'abord l'intérêt que vous portez à ce projet de délibération et au sujet de la biodiversité, je vous en remercie.

Par contre, je n'ai pas l'impression, avec tout le respect que je vous dois, que vous avez totalement bien compris le projet de délibération.

En l'occurrence, il s'agit d'adhérer à l?O.D.B.U. de Seine-Saint-Denis parce que, comme vous l'avez d'ailleurs précisé, les canaux sont en partie sur le territoire de Seine-Saint-Denis et qu'une étude a été lancée, un schéma directeur sur la biodiversité concernant tout le patrimoine fluvial des canaux.

C'est plus de 130 kilomètres de patrimoine fluvial et donc cette étude, ce schéma directeur, évidemment, traverse le territoire de Seine-Saint-Denis, et les informations que nous voulons recueillir pour ce schéma directeur sont en lien également avec les travaux effectués dans le cadre de cet observatoire.

Il nous a semblé judicieux, non seulement pour des raisons d'intercommunalité, mais aussi pour des raisons d'efficacité, de s'inscrire dans cet observatoire qui a déjà été mis en place et créé par le département de Seine-Saint-Denis depuis 2005 pour travailler sur la biodiversité du territoire séquano-dionysien, pour nourrir notre schéma directeur, pour un échange d'informations. C'est vraiment un projet de délibération de bonnes relations intercommunales et d'approfondissement de ce sujet que nous partageons avec la Seine-Saint-Denis.

Si d'autres observatoires se créaient dans d'autres départements qui pourraient être d'une manière ou d'une autre concernés par le patrimoine des canaux, nous serions dans la même démarche, c'est-à-dire d'adhésion, d'ailleurs gratuite, à cet observatoire avec la volonté quasi unique de partager nos informations, nos projets, nos actions, sur le terrain de la biodiversité.

J'ai cru comprendre dans votre interrogation que vous sembliez mettre en doute l'intérêt pour la Ville de Paris. Or, de fait, il y a un intérêt assez évident pour les services des canaux à s'inscrire dans le cadre des observatoires existants, en l'occurrence c'est celui de Seine-Saint-Denis qui existe, pour travailler de manière plus partagée et plus collégiale sur ce sujet.

Il y a d?autres acteurs impliqués, et vous avez pu voir dans le projet de délibération que c'est un ensemble de partenaires concernés, à la fois au sein de l'observatoire et au sein de ce schéma directeur de biodiversité, schéma que nous avons déjà voté en Conseil de Paris. C'est avec cet ensemble de partenaires que nous travaillons sur l'amélioration de la connaissance de la biodiversité sur ce patrimoine, et des actions que nous pouvons mettre en ?uvre pour développer et promouvoir la biodiversité.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Madame GIBOUDEAUX ?

Mme Fabienne GIBOUDEAUX, adjointe, au nom de la 4e Commission. - Juste rajouter un point, c'est-à-dire que nous travaillons aussi avec la Région qui d'ailleurs cofinance cette étude sur la biodiversité le long des canaux, à la fois au niveau des directions (la Direction régionale de l'environnement) mais aussi avec l'association "Natureparif" qui recueille les données sur toute la région, sur les questions précises de la biodiversité. Donc, nous sommes aussi dans ce cadre sur un territoire beaucoup plus large et nous sommes en train, à Paris, de travailler sur un "plan de biodiversité". Je pense que vous en avez déjà eu connaissance.

Dans ce cadre, on a eu un atelier qui parlait des territoires pertinents pour travailler sur la biodiversité, il était dit dans chaque atelier qu'il était indispensable de travailler à une échelle beaucoup plus large que Paris. La biodiversité ne s?arrête pas, évidemment, aux portes du périphérique mais va bien au-delà, donc il était nécessaire de renouer des relations à la fois avec les communes riveraines et tous les observatoires, ou organismes en tout cas, qui peuvent mutualiser leurs connaissances et approfondir les connaissances sur une question complètement transversale.

On a beaucoup parlé du climat tout à l'heure, mais la disparition du vivant aujourd'hui est une question très inquiétante. Il faut agir aussi à toutes les échelles pour pouvoir contrer cette 6e extinction du vivant qui est en route depuis pas mal d'années.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 172.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2010, DVD 172).