Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, DU 155 - Secteur "Paul Meurice-Quartier de la porte des Lilas" (20e) : Approbation des caractéristiques principales de la consultation en vue de l'attribution d'une concession d'aménagement du secteur Paul Meurice (20e).

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2010


 

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Nous passons à la 8e Commission avec le projet de délibération DU 155, secteur Paul Meurice, quartier de la Porte des Lilas dans le 20e, approbation des caractéristiques principales de la consultation en vue de l'attribution d'une concession d'aménagement du secteur Paul Meurice.

M. DUBUS a la parole.

M. Jérôme DUBUS. - Assez brièvement sur cette délibération, puisqu?il n'y a pas d'opposition majeure sur le principe, je rappelle que c'est une opération sur le secteur Paul Meurice dans le 20e arrondissement qui était individualisé par rapport à la Z.A.C. de la Porte des Lilas.

L'annonce en fut faite fin 2008 alors que la Municipalité soumettait au Conseil de Paris un avenant prolongeant de deux années supplémentaires le traité de concession avec la S.E.M.A.V.I.P.

En effet, le relogement en chaîne de programmes présents sur le site, les appels d'offres infructueux mais aussi les effets du P.L.U. en matière de livraison de logements ont entraîné la reprise des études et donc, des retards dans les livraisons.

Dès lors, il a fallu modifier le calendrier de cette Z.A.C. et plus encore, les procédures. Nous ne vous en ferons pas grief au regard des ambitions de transformer un territoire à usage d'échangeurs routiers et d'offrir à ses riverains un environnement serein et valorisant.

Ainsi, aux termes de l'avenant voté en 2008, nous savions que la Z.A.C. serait supprimée et l'aménagement poursuivi par d'autres moyens. Telle était la certitude. Restait à traiter la question du cadre juridique choisi pour achever la programmation.

La Ville conduirait-elle l'opération elle-même ou ferait-elle appel à un concessionnaire ? C'est la deuxième solution qui a été privilégiée. Je voudrais faire trois remarques sur cette opération.

La première remarque concerne évidemment le programme prévisionnel de la consultation et sans surprise, la part résiduelle faite à l'accession à la propriété. 5.000 mètres carrés sur les 55.000 mètres carrés de S.H.O.N. globale, et un quart environ, seulement, de la S.H.O.N. d?habitation, c'est faible mais nous en avons l'habitude.

C'est certes conforme à l'objectif du P.L.U. de rééquilibrage de ces quartiers de l'Est parisien par la création d'emplois. Mais c'est en ce qui concerne la destination habitation, la manifestation d'une approche comptable et réductrice du logement social.

Le secteur Paul-Meurice n'est pourtant pas déficitaire en la matière. Les grands ensembles immobiliers déjà présents et les programmes livrés par la S.E.M.A.V.I.P. sont consacrés au logement social. Le rééquilibrage doit donc s'entendre, certes par l?implantation d'entreprises et donc d'emplois mais aussi par la diversité de l'habitat.

Deuxième observation qui tient à l'éventuelle implantation d'une déchetterie dans le programme.

Le Service technique d'inspection des installations classées de la Préfecture de police de Paris refuse l'installation de déchetterie dans les programmes de bureaux ou de logements tel que l'envisageait à l'origine la S.E.M.A.V.I.P.

C?est pour nous une satisfaction car il s'agit d'une mesure raisonnable pour les futurs habitants et la certitude, au moins sur ce point, que la nouvelle concession ne sera pas un copié-collé des projets antérieurs.

Enfin, le dernier point est l'aspect financier de l'opération, élément certainement pris en compte dans le choix de la procédure retenue. Sans intention de troubler le jeu du dialogue compétitif qui sera mené avec les candidats, nous demandons clairement à disposer des évaluations des recettes foncières attendues et des dépenses provisionnelles. Il s'agit en clair de nous fournir un bilan de l'opération et, au sein de ce bilan, de la future rémunération du concessionnaire.

Je vous remercie.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci.

Pour vous répondre, la parole est à Mme Anne HIDALGO, première adjointe.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, au nom de la 8e Commission. - Merci.

M. DUBUS me donne l'occasion de dire quelques mots sur la porte des Lilas. Cela a été la première couverture menée par la Ville dans la dernière décennie. C'est un projet complètement métropolitain. D?ailleurs, pour en avoir discuté souvent avec le Maire des Lilas, je vois à quel point cette couverture du périphérique et le projet de renouvellement urbain qui a été conduit ont apporté un plus à Paris mais aussi aux Lilas, alors que c'était à l'époque une zone d'entredeux qui était bâtie sur les anciennes fortifications, avec un vrai sentiment d'abandon et de relégation, d?idée qu'il y avait là une tranchée, et que le périphérique constituait une séparation urbaine infranchissable.

Eh bien c'est vrai que la première partie du projet, avec la couverture, avec le jardin Serge-Gainsbourg, qui va être inauguré jeudi prochain par le Maire en présence des Maires des trois communes périphériques, une résidence étudiante, un pôle de bureaux, des commerces en rez-de-chaussée, des tennis couverts, bientôt un cinéma d'art et d?essai dessiné par les architectes HARDEL et LE BIHAN, un hôtel lui-même dessiné par Dominique PERRAULT, bref ! Il y a un mouvement extrêmement positif. En tous les cas, les habitants de ce secteur nous le disent lorsque nous les rencontrons.

Aujourd'hui, les deux tiers de cette Z.A.C. des Lilas sont donc achevés. Reste maintenant à réaliser le tiers restant sur ce secteur Paul-Meurice. Le traité de concession de la S.E.M.A.V.I.P. prendra fin le 31 décembre 2010, et afin d'éviter tout retard dans l'aménagement de ce secteur, il est proposé de lancer très vite, comme vous l'avez dit, une consultation en vue de la désignation d'un aménageur sur ce secteur.

Ce secteur, comme le reste, sera effectivement aménagé en tenant compte de la présence de logements, de logement social, d'accession à la propriété. Vous dites que l'équilibre n'est pas bon. Je pense franchement que par rapport à d'autres secteurs où l'équilibre était totalement en sens inverse, on a là un programme mixte qui fonctionne, qui marche et qui est apprécié.

Certes, il faut laisser sa place à l'accession à la propriété à Paris, mais beaucoup de gens, aujourd'hui, ne peuvent pas accéder aux crédits qui leur permettraient d'accéder à la propriété.

Il faut donc aussi réaliser les logements sociaux avec les différentes catégories, et je pense notamment à la résidence étudiante qui existe sur cette Z.A.C. des Lilas.

En ce qui concerne la déchetterie, des études sont en cours. On verra, c'est un des sujets qui restent ouverts.

En ce qui concerne l'évaluation et l?attente du programme de cette Z.A.C. quant à sa réalisation financière, tous ces éléments seront apportés dans les dossiers que le Conseil et que les élus pourront consulter.

Mais vous savez, parce que vous nous avez souvent fait le reproche de ne pas faire des Z.A.C. aussi profitables qu'il y a 15 ans, c'est-à-dire avant la mandature de 2001, que c'est un choix que de faire du logement en mixant logement social et logement privé ; c'est aussi un choix que de supporter financièrement la réalisation d'équipements publics, et notamment les crèches, les équipements scolaires, qui n'étaient pas complètement envisagés dans les différents projets de Z.A.C. avant 2001.

C'est donc un choix politique, c'est vrai nous l'assumons, mais bien sûr nous l'assumons dans la transparence, et les éléments que vous avez demandés vous seront bien sûr communiqués.

Je vous remercie.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 155.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2010, DU 155).