Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, DVD 43 - Lancement d'une consultation pour l'attribution de 3 marchés relatifs à la distribution de la carte de paiement du stationnement à Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2010


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DVD 43.

Il s'agit du lancement d'une consultation pour l'attribution de trois marchés relatifs à la distribution de la carte de paiement de stationnement à Paris.

Je donne la parole à Mme DOUVIN.

Mme Laurence DOUVIN. - Merci, Monsieur le Maire.

Nous savons que le taux de recouvrement du stationnement payant est particulièrement bas à Paris. Tout ce qui peut donc le faire remonter est souhaitable.

Donner aux automobilistes désireux de régler leur stationnement avec les moyens les plus commodes de le faire va donc évidemment dans le bon sens.

C'est pourquoi nous sommes très attentifs aux conditions qui nous sont présentées pour la Paris Carte, puisque c?est aujourd?hui à 95 % à l'aide de cette carte qu'ils le font.

Ces cartes sont principalement en vente dans les bureaux de tabac et bien entendu elles ne sont pas toujours très faciles à trouver, en tout cas dans un temps très restreint.

C'est la raison pour laquelle nous demandons depuis des années l?introduction de la possibilité de payer son stationnement de surface à l?aide d?une carte bleue ou bien à l'aide d'un téléphone portable, ainsi que les moyens techniques le permettent aujourd'hui.

Nous apprenons que des négociations sont enfin en cours pour mettre en route ce processus, qu'il exigera une centralisation de tous les horodateurs et qu?un changement ou une adaptation du matériel sera probablement nécessaire. Nous voudrions savoir quel est le coût global de l'opération, dans quelle mesure les marchés qui font l?objet de ce projet de délibération seront impactés par un tel changement. Et, si cette opération se déroule par phase, quelle est la première zone qui sera équipée ?

Enfin, toujours dans l?objectif d?inciter les automobilistes à régler leur stationnement, nous voudrions qu'il soit tenu compte de l'emplacement de l'ensemble des horodateurs, qui est à revoir au fur et à mesure des changements, de l'implantation, puisqu'elle est inégale aujourd'hui, et non adaptée aux besoins qui bien entendu évoluent. Le nombre des horodateurs devant selon nous ne pas être diminué.

Je vous remercie de ces précisions.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci, Madame.

Madame LEPETIT ?

Mme Annick LEPETIT, adjointe, au nom de la 3e Commission. - Je vais répondre précisément aux questions de Mme DOUVIN, même si - elle le sait - nous en avons parlé souvent et longuement en Commission des transports.

Nous allons, en effet, prochainement mettre en place le paiement par carte bancaire sur une partie des horodateurs : 2.000 environ, ce qui représente un quart du parc des horodateurs actuels. Mais cela nécessite un investissement extrêmement conséquent, puisqu'il faut d'abord les centraliser, puis installer un dispositif qui permette le paiement par carte bleue.

Ces préalables techniques sont à l'étude et seront mis en ?uvre dès l'année prochaine.

C'est clair que la mise en place de la carte bancaire permettra d'offrir un moyen de paiement plus pratique aux automobilistes et de les inciter davantage à payer leur stationnement.

Vous le savez, aujourd'hui nous ne sommes pas satisfaits de ces paiements, puisqu'il y a 10 % à peine des usagers qui payent leur stationnement à Paris.

Au-delà des conséquences sur les recettes de la Ville, cet incivisme a des conséquences sur le bon fonctionnement de l'espace public : faible rotation des véhicules sur les places, multiplication des stationnements illicites, voire même dangereux.

Alors, on a des marges de man?uvre, puisque le taux de respect moyen dans les villes françaises est de 30 %. Cela passe par des actions multiples, bien évidemment le contrôle, avec un contrôle plus efficace. Le montant de l?amende pour non-paiement doit également être plus dissuasif. C'est une question qui est du ressort de l'Etat, que nous avons saisi à plusieurs reprises, et qui est d'ailleurs étudiée en ce moment même.

Et c?est aussi offrir des moyens de paiement plus pratiques, comme la carte bancaire. Bien sûr, sur ce dernier point, je viens de le préciser, la Ville y prend toute sa part.

Voilà, Madame DOUVIN. Je ne sais pas si vous en parlez depuis longtemps, mais en tout état de cause cela sera mis en ?uvre prochainement.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je mets à présent aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 43.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2010, DVD 43).