Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, V - Question d'actualité posée par le groupe "Les Verts" à M. le Maire de Paris relative aux mouvements de grève dans les piscines municipales.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2010


 

M. LE MAIRE DE PARIS. - La parole est maintenant à Danielle FOURNIER.

(Brouhaha).

Dans certains cas, on pourrait croire qu?il n?y en a pas.

(Brouhaha).

La parole est maintenant à Danielle FOURNIER uniquement.

Mme Danielle FOURNIER. - Merci, Monsieur le Maire.

La réforme des agents des caisse des piscines, décidée il y a un an, prévoit la suppression des 94 postes d'agent administratif qui seront remplacés par des tourniquets à l'entrée de la piscine et instaure la polyvalence pour les agents techniques qui devront effectuer les tâches de mandataire de guichet dans les caisses des établissements balnéaires de Paris.

Cette décision, qui supprime des emplois et en fait évoluer d'autres, puisque les agents techniques exerceront des responsabilités dans le domaine de la gestion des fonds, a été imposée aux agents. Cette méthode a inquiété les personnels qui ont déclenché une grève tournante et, depuis plusieurs mois, depuis le 7 février exactement, les piscines, selon les heures, sont en libre accès ou sont fermées parce que le nombre d'agents présents ne permet plus de garantir la sécurité et le bon fonctionnement du bassin, pénalisant les nageurs individuels et les associations qui ne peuvent assurer leurs cours.

Les négociations ont commencé très, très tardivement, après plusieurs mois de grève, et pour l'instant n'ont toujours pas abouti.

C'est dans ce contexte que plusieurs agents grévistes ont été convoqués par leur direction, la D.J.S., et un au moins a reçu un avertissement pour fait de grève. Il a été sanctionné pour ne pas faire grève en début de service, ce qui est assez inédit !

Tout cela s'inscrit dans un climat social qui se dégrade et l'inquiétude se répand parmi les agents parisiens, comme à la Direction des Affaires culturelles, où les personnels des musées voient leur charge de travail évoluer brusquement sans contrepartie et annoncent eux aussi être contraints de faire grève.

Aussi, nous souhaiterions savoir où en sont les négociations avec l'ensemble des représentants syndicaux de la D.J.S. et savoir si l'exercice du droit de grève, qui est un droit des salariés, prévu par la Constitution, est limité pour les agents de la D.J.S. ou peut-être aussi dans d'autres Directions de la Ville.

Merci.

M. LE MAIRE DE PARIS. - J'ai trouvé cela un peu excessif !

Jean VUILLERMOZ ?

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Ecoutez, Madame, contrairement à vous, je pense qu'il y a nécessité de faire des réformes dans le fonctionnement de la Ville, dans l'évolution des métiers, l'évolution de la fonction publique.

Vous avez dit que ces réformes avaient été imposées aux agents. Je vous l'avais déjà dit puisque c'est la troisième fois que vous intervenez sur cette réforme : la réforme a été adoptée lors d'un comité technique paritaire le 31 mai 2010. Elle a été votée d'ailleurs par quelques syndicats. Elle sera mise en place au fur et à mesure de l'installation des tripodes dans les piscines et sera opérationnelle à titre expérimental dans deux piscines, Parmentier et Alfred Nakache à l'automne 2010. Le déploiement des tripodes, dans l'ensemble des piscines, sera étalé sur trois ans.

Madame, cette réforme, je l'ai voulue gagnant pour les usagers, qui subiront moins de temps d'attente pour accéder à la piscine, et gagnant pour les personnels puisqu'ils bénéficieront de vingt-cinq postes supplémentaires d?adjoints techniques qui seront créés dans le cadre de la réforme, dont neuf dès 2011.

Et ce sont des avantages pécuniaires, les adjoints techniques des piscines percevront un complément indemnitaire de 100 euros nets par mois, soit environ 8 % de leur salaire actuel. Quant aux agents administratifs, quelle que soit leur future affectation, leur niveau indemnitaire actuel sera maintenu.

De plus, ils bénéficieront tous et c?est normal des formations spécifiques, notamment pour les AT, et pour les adjoints administratifs, en fonction de leur future affectation, la DRH leur proposera des formations adaptées et, le cas échéant, des remises à niveau dans des domaines spécifiques. Je vous le signale : un accompagnement personnalisé est mis en place dès aujourd'hui.

Le droit de grève, Madame, est un droit fondamental, que la Municipalité respecte au plus haut point, j'espère que vous en conviendrez peut-être.

Ce droit est encadré par des règles, qui prévoient que le début de la grève doit être concomitant avec la prise de service des agents ; il ne s'agit pas seulement de la fonction publique parisienne, mais dans un certain nombre d'endroits que j'ai bien connus, c'est également le cas.

Malgré de nombreux rappels explicites par les chefs d'établissement et les chefs de secteur, un nombre très limité d'agents ont persisté à poser le début de la grève au cours de leur service. Ainsi, un agent prenant son service à 14 heures 30 ne pouvait annoncer à 18 heures 30 qu'il se mettait en grève.

Le nombre d'agents concernés par les avertissements est relativement modeste. Ce sont des avertissements et je rappelle, qu'avant les prises de sanction, ces agents ont reçu deux, voire trois lettres d'observation.

Je tiens à vous rappeler que nous avons également un devoir de service public, et donc un devoir de service municipal rendu aux usagers.

Quelques agents continuent de refuser la réforme et sont donc toujours en grève. Ainsi, le fonctionnement régulier des établissements est encore affecté, car un quota réglementaire d?agents est exigé pour assurer la sécurité des usagers. Ainsi, souvent l'absence d'un agent dans une piscine peut suffire à entraîner la fermeture d'un établissement.

Il s'agit donc, et je vous le confirme, Madame, d'un très petit nombre d'agents grévistes, qui évidemment perturbent le service public et mettent en difficulté, comme vous l'avez dit, les associations concernées, et cela dans quelques piscines au niveau parisien.

Donc, un très gros effort de communication a été fait envers l'ensemble des agents travaillant dans les piscines. Une lettre rappelant l'objectif de la réforme leur a été adressée. La mise en place d'une boîte de dialogue sur Intranet est en cours, afin de permettre à tous les agents des piscines de poser toutes leurs questions en direct avec la DRH.

J'ai souhaité organiser une réunion de l'ensemble des personnels administratifs des piscines pour leur dire de vive voix quels étaient les objectifs de la réforme et ce qui les attendait dans la Ville, sans remettre en cause évidemment le fait qu'ils continueront à travailler dans l'administration parisienne.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Je me permets d'ajouter que tout votre parcours vous rend particulièrement crédible dans vos relations avec le personnel, et que cela renforce la très grande confiance que je vous fais pour conduire ce dossier.

(Réactions et applaudissements).

Oui, il le mérite.

(Applaudissements).

Qu'est-ce que vous croyez ? Ce n'est pas comme ailleurs, cela ne marche pas à la schlague ici ! C?est une bande d?amis !