Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu déposé par le groupe Centre et Indépendants relatif au suivi de l'attribution du nom de Soljenitsyne à une voie parisienne.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2010


 

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Je mets donc maintenant en discussion le v?u n° 62, relatif à l'attribution du nom de Soljenitsyne à une voie parisienne, déposé par le groupe Centre et Indépendants.

La parole est à M. Jérôme DUBUS.

Et, mes chers collègues, pour une minute si vous pouvez !

M. Jérôme DUBUS. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, nous ne comptions pas, avec Yves POZZO di BORGO, revenir sur cette affaire puisque, pour nous, elle était réglée.

Je vous rappelle que nous avions déposé un v?u en septembre 2008 qui avait été voté. Nous pensions que l'attribution allait suivre. Or, nous sommes maintenant un an et demi, presque deux ans après le vote de ce v?u et rien n?est venu.

Il y a des villes, et des petites villes, en France qui ont attribué une place, une rue à Soljenitsyne et pas Paris, ce qui est tout de même un peu dommage !

Nous avons vu les échanges dans la presse. On nous dit que le cabinet du Maire réfléchit, n'a pas trouvé d'endroit, etc. enfin, zut ! Ce n'est quand même pas n'importe qui, Soljenitsyne ! Ce n?est pas n?importe qui, c'est un des plus grands auteurs, un des plus grands écrivains du XXe siècle et il en est réduit à attendre et à quémander une petite place dans Paris !

(Brouhaha).

Il me semble qu'il y a là une véritable injustice que vous allez vous empresser de réparer.

Merci.

(Applaudissements).

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Zut !

Est-ce que Mme HIDALGO répond d'abord, avant explication de vote ? Oui.

Madame HIDALGO ?

Mme Anne HIDALGO, première adjointe. - D?abord, je pense que ce v?u est sans objet.

Franchement, Monsieur DUBUS, je veux bien qu'on essaye de trouver des raisons politiciennes qui seraient à l'origine du fait que nous n'avons pas encore donné le nom de Soljenitsyne à une rue ou une artère de Paris ! Vous le savez, la Commission des dénominations va se réunir à la rentrée. Cette proposition va être examinée dans ce cadre.

Je vous rappelle qu'à ce jour 165 propositions ont été faites, que d'autres personnalités très importantes comme Louis Aragon, Robert Capa, je pense aussi à Marie-Hélène Lefaucheux, seule femme membre du bureau du Comité parisien de la Libération, sont en attente de nom. Je pense également à Françoise Sagan.

On a examiné tous ces noms, et, vous le savez comme moi, Monsieur DUBUS, et je sais que vous êtes quelqu'un de bonne foi, il est très difficile de trouver aujourd'hui des lieux suffisamment prestigieux qui ne soient pas déjà habités, puisque nous ne sommes pas dans une volonté de débaptiser des lieux, sauf cas exceptionnels, cela a été évoqué tout à l'heure, comme pour Alexis Carrel que nous avons également débaptisé dans le 15e dans la mandature précédente.

Mais nous allons bien sûr, à la prochaine commission à la rentrée, faire des propositions. Il faut que ce soit des propositions prestigieuses. Pour nous et pour le Maire de Paris, c'est une priorité, donc ce sera fait. Là-dessus, n?ayez absolument aucune crainte, mais à la différence peut-être de communes, ou plus petites ou qui ont des extensions qui leur permettent d?avoir beaucoup plus de marge de man?uvre dans l'attribution des noms ou des places ou des lieux, Paris est une ville un peu plus compliquée de ce point de vue, puisqu'elle est déjà particulièrement dense et dotée de rues qui, presque toutes portent des noms de personnages que nous ne voulons pas débaptiser.

Je vous demanderai, vraiment en toute bonne foi, de bien vouloir retirer ce v?u, parce que c'est dans notre intention de donner effectivement le nom d'une artère ou d'une voie à Soljenitsyne, mais de le faire en faisant en sorte que ce soit une voie suffisamment prestigieuse, pour que ce nom qui est un grand nom soit véritablement honoré.

Ce sera fait lors de la commission de dénomination des rues, qui se réunira à la rentrée. Vous en avez vraiment mon engagement.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Pour une explication de vote, la parole est à M. CORBIÈRE, pour le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche.

M. Alexis CORBIÈRE. - Merci.

C'est une occasion, une fois de plus, de nous exprimer dans la continuité de ce qui avait déjà été dit.

Alors que des personnages centraux, du grand événement que constitue la Révolution française, n'ont pas de nom ni de place à Paris - je pense à Robespierre, à Marat ou d?autres -, il nous a été répondu qu?ils étaient des personnages controversés. On en vient aujourd'hui à parler, une fois de plus, d'Alexandre Soljenitsyne.

Nous ne sommes toujours pas d'accord. Pourquoi ? Certes, il y a l'écrivain Soljenitsyne qui, avec "L'archipel du goulag" a dénoncé l'ignominie du stalinisme en 1973. Mais déjà, dès les années 30, certains, qui faisaient parti de la première génération du parti bolchevik, avaient dénoncé le stalinisme.

En 1947, des intellectuels français, comme David Rousset, après avoir écrit ce livre magnifique "L?univers concentrationnaire" avait dénoncé le goulag et le stalinisme. Donc, Alexandre Soljenitsyne n?était pas le premier.

Mais au-delà de cela, Soljenitsyne, ce n?est pas que cet ouvrage, c'est aussi un homme qui, sur la fin de sa vie, ou mêmes durant les dernières vingt-cinq années de sa vie, homophobe, sexiste, antisémite, a soutenu le régime de Franco et a considéré qu'en Espagne sous Franco, c?était un pays de liberté, qui a soutenu le Chili de Pinochet et qui a déclaré et écrit que si le Chili de Pinochet n?existait pas, il faudrait l?inventer ! Qui, encore en 2006, dénonçait dans la presse la Gay Pride à Moscou ! Voilà ce personnage que vous voulez honorer !

Nous considérons, pour notre part, que cela ne doit pas être fait, et nous regrettons que nous ayons pu voter la dernière fois le fait que Soljenitsyne porte des noms de Paris. Beaucoup d'autres grandes personnalités doivent faire honneur à Paris, mais pas celui-là, s?il vous plaît !

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Monsieur DUBUS, maintenez-vous votre v?u ou le retirez-vous ?

M. Jérôme DUBUS. - Je voudrais rapidement préciser deux choses.

D'abord, ce v?u a été voté, contrairement à celui que vous avez présenté pour Robespierre qui a été refusé.

Deuxièmement, à aucun moment nous n'avons voulu politiser cette affaire. Il ne s?agit pas de politiser cette affaire, c'est vous qui venez de le faire de manière absolument incroyable.

Troisièmement, puisque Mme HIDALGO nous a donné l'assurance qu'avant la fin de l'année nous aurons une solution, je rappelle que M. MARITON, qui est maire d?un tout petit village dans la Drôme, vient de donner le nom de Soljenitsyne à une voie.

Et Paris n'est pas capable de le faire ? C'est quand même hallucinant ! Nous avons bien enregistré votre volonté de le faire avant la fin de l'année et, dans ce cas, nous retirons notre v?u.

Malheureusement M. CORBIERE a, une nouvelle fois, dérapé.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - M. CORBIÈRE a le droit d'avoir les opinions qu?il souhaite et l?Histoire n?est jamais lisse. Et je partage, pour vous dire la vérité, une partie de ce qu'il a dit.

Il n'y a donc pas de vote, puisque le v?u est retiré. Très bien.