Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, DEVE 100 - DJS 358 - Approbation du principe d'aménagement des pelouses centrales de l'hippodrome d'Auteuil (16e) et autorisation de déposer la demande de permis d'aménager, de signer le marché de travaux préparatoires et de lancer les marchés de travaux d'aménagement.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2010


 

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DEVE 100 - DJS 358 relatif à l'approbation du principe d?aménagement des pelouses centrales de l?hippodrome d?Auteuil, dans le 16e arrondissement, et autorisation de déposer la demande de permis d?aménager, de signer le marché de travaux préparatoires et de lancer les marchés de travaux d'aménagement.

Je donne la parole à M. Yves CONTASSOT pour le groupe "Les Verts".

M. Yves CONTASSOT. - Merci, Monsieur le Maire.

Evidemment, on ne va pas revenir sur l'origine du dossier, vous savez ce que nous en pensons.

Néanmoins, sur l'aménagement lui-même des pelouses d'Auteuil, je dois dire que, moi, je suis assez content de la manière dont le dossier a évolué, puisque, dès le départ, nous avions émis des réserves sur le fait d?y installer en grande quantité des pelouses en synthétique et que le Ministre de l'Environnement a entendu, si j'ose dire, un certain nombre de ces remarques puisqu'il limite à 15.000 mètres carrés la capacité de ces pelouses sur l'ensemble du site.

Je crois que c'est une excellente chose, même s'il faut être prudent, puisqu'il est écrit par ailleurs que l'on verra au bout de deux ans s'il faut revenir sur ce dispositif pour accroître éventuellement les surfaces synthétiques.

Je voudrais rappeler quand même ce que nous avons déjà dit de nombreuses fois ici : il y a des alternatives à tous points de vue en termes d'usage qui permettent d'avoir des choses plus écologiques que des pelouses synthétiques.

Deuxième élément : le fait que l'on va reboiser de manière assez sensible cet espace avec 284 arbres supplémentaires, c'est une excellente chose. Là encore, on ne peut qu'approuver le fait d'accroître les plantations d'arbres, dans les bois comme sur l'espace public.

Le fait d?y intégrer de la gestion différenciée, comme dans d'autres parcs parisiens, est une excellente nouvelle et je pense qu'il faut qu'on généralise ces techniques sur l'ensemble des espaces verts progressivement. Le développement des milieux humides va également dans la bonne direction, ainsi que le traitement des eaux.

La manière dont le chantier lui-même sera géré avec le réemploi des terres excavées est une bonne décision, puisqu'elle est conforme là aussi à la limitation des rotations de camions.

Le seul point, je dirais, sur lequel j'ai personnellement une réserve, c'est que tout cela ne fera que 12 hectares sur les 36 de l'hippodrome d'Auteuil et je pense qu?à l'heure du Grand Paris, il serait vraiment temps qu?on rationalise l?usage des hippodromes et que celui-ci soit intégralement rendu à l?usage des Parisiennes et des Parisiens et non pas réservé à quelques personnes pour une dizaine de jours par an.

Merci.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - La parole est à M. Jean-François MARTINS.

M. Jean-François MARTINS. - Monsieur le Maire, sans surprise et conformément au vote qui a été celui de notre élu dans le 16e arrondissement, je vais voter contre ce projet de délibération parce que, vous le savez, l'activité sportive des scolaires est très impactée sur le 16e arrondissement par le projet Jean-Bouin et l'exclusion des scolaires de la pratique sportive dans le futur projet. A ce titre, les pelouses d'Auteuil étaient censées être l'alternative miraculeuse qui allait permettre d?avoir un véritable terrain de sports.

Aujourd'hui, le projet, dans sa forme actuelle, ne répond pas au cahier des charges nécessaire à la pratique du sport par les scolaires, en tout cas dans de bonnes conditions. C'est un équipement qui ne sera pas fermé, qui sera partagé, qui ne sera pas exclusivement dédié aux scolaires, donc cela ne répond pas, loin de là, au déficit créé par le projet Jean-Bouin.

Donc, nous nous opposerons à ce projet de délibération.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - La parole est à M. Pierre GABORIAU, pour le groupe U.M.P.P.A.

M. Pierre GABORIAU. - Merci, Monsieur le Maire.

Monsieur le Maire, mes chers collègues, l?aménagement des pelouses centrales de l?hippodrome d?Auteuil me permet aujourd'hui d'intervenir sur la problématique des équipements sportifs que la Ville nous promet sur cette pelouse d'Auteuil et de rappeler que le 16e manque d?ores et déjà, avant même la perte de Jean-Bouin, d?un terrain de football aux normes, utilisable concrètement sept jours sur sept, d'un voire deux gymnases, d'une piscine municipale sachant qu'aujourd'hui il n'est pas possible d'apprendre à nager à l'ensemble des scolaires en collège.

Après la démolition de Jean-Bouin, il nous manquera immédiatement un terrain de hockey sur gazon et une piste d'athlétisme en plein c?ur d'un quartier où vivent plusieurs des vastes cités scolaires de l'Ouest parisien, en particulier Jean-Baptiste Say, Jean de la Fontaine, Molière et Claude-Bernard.

La Ville de Paris prétend remplacer les installations de Jean-Bouin non pas par un stade mais par une plaine de jeux.

Car, Monsieur le Maire, mes chers collègues, c'est bien de cela dont il s'agit : une plaine de jeux. Comme à Bagatelle, où les associations sportives et les scolaires ne se battent vraiment pas pour l'utiliser !

L'hippodrome d'Auteuil, ce nouvel espace ouvert sera-t-il même gardienné, alors que l?on connaît, grâce en particulier au contrat local de sécurité, les difficultés au sein des stades géographiquement les plus proches, Suchet et la Muette, les difficultés que rencontrent les personnels des stades pour disposer effectivement de l'équipement, les squatteurs y étant de plus en plus nombreux, alors qu'ils sont grillagés.

Je ne reviendrai pas sur la nature engazonnée et non pas synthétique du terrain de football pour lequel la consternation des responsables de nos clubs de football est grande.

Je ne reviendrai pas sur les 35 jours de courses hippiques les mercredis et samedis, où il nous sera impossible de courir ou de jouer.

Je ne reviendrai pas sur l?éclairage très réduit qui rendra forcément problématique l'utilisation de ce site une bonne partie de l'année.

Tout simplement, Monsieur le Maire, ce projet est conçu comme un pis-aller sur un espace qui n?était pas destiné à recevoir des équipements sportifs de proximité, dont pourtant notre arrondissement a tant besoin.

Je regrette personnellement très vivement que les engagements du Maire de Paris et de son adjoint chargé des sports, M. VUILLERMOZ, encore une fois ne soient pas tenus.

"La démolition de Jean-Bouin n'aura en aucun cas lieu, tant que les terrains de sports de remplacement sur l?hippodrome d'Auteuil ne seront pas livrés", aviez-vous déclaré ! Non seulement ils ne remplaceront pas les installations sportives par un vrai stade mais par une plaine de jeux ; de plus, outre la livraison du terrain de football en septembre 2011, la livraison des autres installations n'aura lieu qu?en septembre 2012, soit deux ans après la destruction de Jean-Bouin. Où les scolaires et les associations sportives iront pratiquer leurs sports pendant ces deux ans ?

Tout ceci, Monsieur le Maire, mes chers collègues, est une véritable tromperie. Nous voterons donc contre ce projet de délibération.

Je vous remercie.

(Applaudissements sur les bancs des groupes U.M.P.P.A. et Centre et Indépendants).

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Pour répondre aux différents orateurs, je vais tout d'abord donner la parole à Mme Fabienne GIBOUDEAUX et ensuite à M. Jean VUILLERMOZ.

Madame GIBOUDEAUX ?

Mme Fabienne GIBOUDEAUX, adjointe, au nom de la 4e Commission. - Je voudrais un peu rappeler la particularité de ce projet, vous avez dit que c?était une plaine de jeux mais c'est aussi un parc redonné aux Parisiens et aux riverains, un usage aussi de promenade et de détente, et un espace qui était complètement dévolu à l'activité de l'hippodrome et qui s?était au fil du temps très minéralisé, qui offrait un paysage finalement peu qualitatif dans le bois de Boulogne.

Je voudrais quand même saluer à cette occasion le travail qu?a fait l'Agence PENA qui a pu lier différents usages. Je pense que cela aussi, c'est l'avenir ; c'est de ne pas faire des espaces fermés les uns sur les autres. Dans d'autres arrondissements, on réfléchit d'ailleurs à ouvrir des terrains de jeux et des terrains de sports sur des parcs paysagers. Je pense que c'est cela, l?avenir.

Et d'ailleurs, je pense que d?autres arrondissements auraient aimé avoir ce beau budget pour faire de grands parcs paysagers ou même avoir la place, puisque ce n?est pas toujours le cas ; je pense notamment au 20e arrondissement où on aurait aimé avoir cet argent aussi pour faire ces grands parcs paysagers sportifs.

Pour revenir à cet aménagement, il permet de concilier différents usages, et tout cela dans les normes des équipements sportifs. Je pense que mon collègue Jean VUILLERMOZ vous le rappellera mais c'est un vrai stade de foot qui sera installé, une vraie piste d?athlétisme, un vrai terrain de hockey, des vestiaires aux normes, des terrains de basket, tout cela pour les riverains et aussi les scolaires. Vraiment, tout a été étudié pour permettre l'usage de ces terrains de sports aux scolaires.

On est dans le résultat d'une négociation entre le concessionnaire et la Ville, qui a permis de récupérer 12 hectares. Yves CONTASSOT l?a rappelé, on aurait aimé peut-être en récupérer plus, mais on verra dans l'avenir.

Mais je pense que c'est déjà un modèle que d'autres hippodromes pourraient appliquer, c'est-à-dire pouvoir ouvrir plus largement tous ces espaces - on en a beaucoup dans les grandes villes des grands hippodromes qui occupent des surfaces importantes et qui sont fermés - et là, on a vraiment un projet tout à fait qualitatif, d'un point de vue paysager.

Il a été dit d'ailleurs à la commission des sites que ce travail était exemplaire et qu'il respectait aussi le tracé historique du bois de Boulogne, qu'il reprenait l'esprit du concepteur et du jardin, du grand bois, qui a été imaginé par Haussmann et Alphand.

On peut donc se féliciter de la qualité de ce travail, de cette réouverture de 12 hectares au public et aux Parisiens pour permettre de s'y promener et d?y faire du sport.

Alors, ont dit, les orateurs, notamment Yves CONTASSOT, qu'il fallait faire attention aux pelouses synthétiques. C'est vrai qu'il y a aujourd'hui des propositions qui sont faites, pour permettre d'avoir un usage intensif des terrains de sports, tout en ne mettant pas des pelouses complètement synthétiques. Je pense qu?il Il faut peut-être continuer à travailler sur ce sujet.

Je pense qu'avec Jean VUILLERMOZ et la Direction de la jeunesse et des sports, nous sommes tout à fait ouverts pour pouvoir progresser sur cette question et offrir des procédés, en tout cas, qui soient d'un point de vue environnemental beaucoup plus acceptables.

Il a été dit aussi par M. GABORIAU qu'il y avait un problème avec l'éclairage. C?est vrai qu?à la commission des sites, il y a eu beaucoup de discussions. Cela s'est beaucoup focalisé sur le design, la façon dont ils étaient installés.

Des choses peuvent évoluer mais on a fait appel à un cabinet de design tout à fait prestigieux qui a dessiné, qui a pris la peine de dessiner des mâts d?éclairage qui prennent en compte le contexte du bois, avec un dessin tout à fait particulier et original, qui sort un peu des lampadaires autoroutiers.

Je pense qu'au contraire, c'était plutôt une qualité de ce projet, et qu'il faut la garder. Il y a eu un travail assez fin qui a été fait justement pour permettre d'avoir un éclairage qui apporte la sécurité et qui, en même temps, soit esthétique.

Tout cela peut encore être amélioré mais je pense que l?équipe a fait un travail assez poussé sur cette question.

L'hippodrome, je voulais le rappeler, utilise cet espace 44 jours par an en 2010. Cela fait beaucoup de jours dans l'année où tout cet espace, c'est-à-dire pour 35 hectares, est ouvert complètement au public. Cela donne la sensation d'être dans un grand parc urbain.

C?était à rappeler car pendant 44 jours, c?est finalement peu de jours sur toute une année. Cela permet de pouvoir bénéficier d'un espace tout à fait important, tout proche de Paris, qui est vraiment un espace assez magnifique.

Je voulais rappeler aussi que, par rapport à l'état initial, des pelouses au centre de l'hippodrome, on gagne aussi en végétalisation. Cet espace sera deux fois moins minéral qu?aujourd?hui. Aujourd?hui, nous avons beaucoup d?espaces qui sont dédiés aux parkings de stationnement, à des voies aussi qui ne sont plus utilisées.

On va donc pouvoir replanter, cela a été dit par Yves CONTASSOT : 284 arbres sur ces espaces, et aussi revégétaliser, créer une rivière, des zones humides et c?est vraiment quelque chose de très important pour requalifier cet espace qui était au fil du temps minéralisé de façon trop importante, et était même contraire aux objectifs initiaux des concepteurs de ce bois.

Je pense que c'est vraiment un projet tout à fait qualitatif, que nous allons mettre aux voix et je vous invite donc à le voter.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. Monsieur VUILLERMOZ ?

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, au nom de la 7e Commission. - Je vais aller très vite, parce qu'on ne va pas rester trop longtemps sur ce projet de délibération.

Cela dit, je voudrais remercier Yves CONTASSOT. Cela fait plaisir quand même, quelque part, que l'on soit d'accord sur cette partie du 16e arrondissement.

Après, pour le reste, je ne comprendrai jamais. Je suis désolé, mais vraiment je ne comprendrai jamais les élus de droite U.M.P.P.A. et MoDem du 16e arrondissement. Voilà.

Je ne comprends pas. Vous ne défendez pas l'intérêt de vos administrés. Quand même ! Les pelouses d'Auteuil, c'est, comme cela vient d'être dit, 12 hectares supplémentaires d?espaces qui seront livrés à la population et qui seront livrés principalement quand même aux habitants du 16e et aux scolaires du 16e arrondissement. Il ne faut pas se raconter d?histoires.

Évidemment, d?autres vont venir, tant mieux, mais c'est quand même le 16e qui va en bénéficier. Il va y avoir des espaces verts, des terrains que vous n'avez pas suffisamment, tout le monde le sait. Vous allez donc avoir des terrains en plus, vous allez avoir 284 arbres, comme cela vient d?être dit.

Puis, ce sera une amélioration considérable du paysage par rapport à ce que vous avez. Vous y alliez de temps en temps sur l'hippodrome d'Auteuil ? C'est affreux ce qui existe aujourd'hui, c?est affreux !

Donc, je ne comprends pas pourquoi vous n?êtes pas d?accord avec ça. Et vous n'allez pas du tout dans le sens, dans l?intérêt de vos administrés. J'espère qu'un jour ils vous diront : il y en a marre et qu?il faudra voter pour quelqu'un d'autre !

Sur le reste, Monsieur MARTINS, je crois qu'il y a un petit problème de compréhension : les terrains, qui seront sur les pelouses, seront tous utilisés par les scolaires toute la journée, comme partout. C?est-à-dire que partout dans Paris les scolaires ont l'utilisation des terrains de sports ou les gymnases dans la journée. Et dans la journée, il n?y aura donc personne d'autre que les scolaires, tout au moins les créneaux qui seront donnés seront donnés prioritairement aux scolaires. Voilà.

Evidemment, après, les quelques questions qui ont été abordées, franchement, vous le savez bien, nous avons tout fait, malgré les travaux qui vont commencer, j'espère le plus tôt possible, sur Jean-Bouin, malgré ces travaux qui vont commencer, nous avons tout prévu avec le rectorat pour que aussi bien les lycées Jean-Baptiste Say, Claude-Bernard et le lycée Jean de la Fontaine soient accueillis dans de bonnes conditions, que ce soit sur Georges Hébert, Suchet, la Muette. Comme il y avait une petite réticence à aller sur Suzanne Lenglen, nous avons privilégié les installations du 16e plutôt que le 15e, mais évidemment il y aura besoin d'aller sur le 15e. Vous savez bien que les coûts de transports seront intégralement pris en compte par la Mairie de Paris.

Le gymnase Jean-Bouin ne sera pas impacté puisqu'il restera ouvert, donc les scolaires pourront continuer à être accueillis sur ce gymnase, puisque, vous le savez, nous l'avons repris en régie et qu'il restera, lui, en régie. Donc, il ne sera plus dans la concession Jean-Bouin, il sera en régie.

Il y a pour l'année à venir, puisqu'une partie des équipements seront ouverts, comme vous l?avez dit, dès 2011 et qu'une autre partie sera ouverte en 2012? En fait, il y aura déjà plus d'équipements sportifs en 2011 qu?il y en a aujourd'hui dans le 16e.

Vous dites que Bagatelle n'est pas utilisé, oui, Bagatelle n'est pas utilisé, mais pourquoi ?

Premièrement, parce qu'on a une difficulté pour y aller et que les vestiaires sont mal accessibles. Ce n'est pas notre faute à nous, quand même, cela !

Deuxièmement, les terrains sont dans un état assez déplorable. Moi, je voudrais bien mettre du synthétique mais je ne peux pas ! Donc, il y a une situation qui fait que les gens ne vont pas suffisamment sur Bagatelle.

Dernière chose, vous nous dites : "Le terrain de football, malheureusement, il n'est pas en synthétique". Mais pourquoi ? Vous savez bien que nous avions fait une proposition. Et là, cela ne plaît pas, évidemment, à Yves CONTASSOT, mais c'est un compromis et le compromis, je trouve qu'il est bon. Mais si le terrain de foot n'est pas en synthétique, c'est tout simplement parce que M. BORLOO a proposé que les surfaces synthétiques sur les terrains de jeux soient réduites.

Ce n'est pas de notre fait. Vous nous reprochez quelque chose qu'il faudrait reprocher à M. BORLOO.

Cela dit, je l?ai dit tout à l'heure, je trouve que, pour l'instant, le compromis est bon. Il y a deux terrains en synthétique et un terrain en herbe. Cela fait beaucoup d'herbe qui va être redonnée, de terrains et d'espaces verts qui vont être redonnés.

Vous n?en avez pas parlé beaucoup mais il y a toutes les promenades qui sont énormes. Cela va être redonné à la population et, là encore, à la population du 16e arrondissement.

Je pense que les choses sont bien?

Je n'ai jamais dit cela, vous vous trompez, ce n'est pas moi mais mon prédécesseur. J'en ai parlé pour ce qui concerne Hébert, on verra mais je pense que ce sera réalisé.

Je ne veux pas être plus long, c?est tout ce que je voulais dire.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Je mets à présent aux voix, à main levée, le projet de délibération DEVE 100 - DJS 358.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2010, DEVE 100 DJS 358).