Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains relatif à la sécurisation du collège Raymond Queneau (5e).

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2017


 

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Nous examinons le v?u n° 9, qui est présenté par Mme STOPPA-LYONNET.

Mme Dominique STOPPA-LYONNET. - Monsieur le Maire, chers collègues, chers élèves.

Il s?agit d?un v?u déposé par Florence BERTHOUT et les élus du groupe les Républicains, et qui est relatif à la sécurisation du collège Raymond Queneau dans le 5e arrondissement.

Du fait de la nécessité d?améliorer les dispositifs de sécurisation des établissements scolaires dans un contexte sensible,

Considérant la configuration des locaux du collège Raymond Queneau, qui ont entraîné des intrusions par les toits à plusieurs reprises,

Considérant que ces intrusions se sont produites par les toits de l?établissement les 7, 20 et 22 janvier, dont la dernière qui a entraîné des "tags", mais aussi l?arrestation des individus,

Considérant les inquiétudes des parents d?élèves et de la communauté éducative,

Considérant la nécessité de bloquer l?accès et d?éviter de nouvelles intrusions par les bâtiments voisins du collège Raymond Queneau,

Considérant que la sécurisation de la copropriété et de la concession "Toyota" voisine par la pose de dispositifs anti-escalade sur la mitoyenneté, soit sur une longueur de 40 mètres, serait de nature à renforcer significativement le dispositif de sécurisation du collège, eh bien, Florence BERTHOUT, maire du 5e arrondissement, et les membres du groupe les Républicains émettent le v?u que la Maire de Paris permette la sécurisation du collège Raymond Queneau par la pose de dispositifs anti-escalade sur la mitoyenneté et par la mise en place d?une alarme anti-intrusion. Je vous remercie.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Merci, Madame.

Pour vous répondre, la parole est à Mme CORDEBARD.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe. - Merci.

Chers collègues, le sujet de ce v?u, comme souvent pour le 5e arrondissement, a un caractère très local, clairement identifié et pris en charge par la DASCO, suite notamment à l?intrusion à laquelle vous avez fait allusion.

Pour mémoire, les lycéens mineurs auteurs de cette intrusion ont été interpellés. Leurs parents se sont engagés à rembourser les dégradations. Information supplémentaire : ils ont pu décrire le cheminement utilisé par les parties communes d?un immeuble mitoyen et qui permettent d?accéder à un muret, puis de là au toit d?un concessionnaire "Toyota" contigu au collège. Bref, nous avons identifié la difficulté.

La DASCO a pris la responsabilité d?organiser, avec la direction du collège - vous ne pouvez pas l?ignorer -, la S.L.A., la DPSP, les copropriétés attenantes au collège, une réunion sur place afin de définir les meilleures solutions possibles. Il y a en effet plusieurs intérêts à faire converger pour construire une solution globale. Les études de faisabilité sont en cours - vous ne pouvez pas l?ignorer non plus - pour préciser le cadre d?intervention, notamment entre la Ville et la concession "Toyota".

Je partage naturellement la volonté que cette opération soit rapidement définie et mise en ?uvre. La DASCO et les services de la Ville sont mobilisés pour ce faire aux côtés d?ailleurs, comme c?est classique, de la mairie de l?arrondissement.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Merci beaucoup, Madame la Maire.

Le v?u des Républicains est-il retiré ? Madame STOPPA-LYONNET ?

Mme Dominique STOPPA-LYONNET. - Non, je ne le retirerai pas, ce d?autant qu?il y a un argument que je n?ai pas mis dans les considérants, mais je pense qu?il y a un argument aussi de sécurité pour les individus qui se risqueraient à passer par les toits, et qui sont, on l?a vu, des élèves. Donc aussi de ce fait, nous ne le retirons pas.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Vous maintenez votre v?u.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 9 avec un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u est rejeté.