Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu relatif à la sécurisation du groupe scolaire Saint-Charles/Varet (UMPPA).

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2010


 

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Le v?u n° 49 relatif à la sécurisation du groupe scolaire Saint-Charles/Varet a été déposé par le groupe U.M.P.

Je donne la parole à M. MENGUY.

M. Jean-Baptiste MENGUY. - Merci, Madame la Maire.

Ce v?u vise à rappeler une situation qui dure depuis plusieurs mois et qui pose un vrai problème pour la communauté éducative Saint-Charles/Varet, tout comme pour les habitants de ce quartier.

Depuis plusieurs mois, ce groupe scolaire est l'objet de multiples intrusions par des individus, avec des dégradations et en tout cas un sentiment que rien n'est fait pour empêcher ces intrusions.

Le paroxysme a certainement été atteint il y a quelques semaines, avec tout d?abord pour l?école maternelle Varet le drapeau tricolore qui a été brûlé, ce qui a impliqué l'intrusion dans l'école pour brûler le drapeau de la République.

Ensuite, les élus du 15e arrondissement, avec Philippe GOUJON et Jean-François LAMOUR, ont décidé d'apporter un drapeau de remplacement, installé quelques jours après, qui, lui, a été volé, ce qui implique également une autre intrusion dans l'école Varet.

Pendant un conseil de quartier, il y a un an et demi, nous avons été témoins, nous élus du 15e arrondissement assistant au conseil de quartier qui était organisé dans l?école Saint-Charles, d'une intrusion en direct, si j'ose dire, par le portail arrière pour être précis.

L'objet de ce v?u est de procéder aux travaux de sécurisation élémentaires, demandés notamment par les directrices des deux écoles, le plus vite possible.

Je vous remercie.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Colombe BROSSEL, vous avez la parole.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe.- Merci, Madame la Maire.

Deux choses sur le v?u que vous proposez, auquel je vais apporter un avis défavorable si vous ne le retirez pas, Monsieur MENGUY.

Les faits que vous rappelez sont des faits graves, personne ne doit minimiser les intrusions. Elles n'ont pas systématiquement conduit à dégradation mais personne ne doit minimiser des intrusions dans des bâtiments relevant du service public, et encore plus dans des bâtiments qui accueillent, le reste du temps, des enfants. Il faut être vigilant.

Je ne peux pas vous laisser dire que rien n'est fait, parce que suite aux derniers événements que vous relatiez, bien au contraire les services ne sont pas restés immobiles et ne l'avaient pas été auparavant puisque la dernière visite d'architecture avait permis de recenser les travaux qui pourraient être nécessaires pour sécuriser la cour de l'élémentaire.

C?est donc sur la base de ces travaux repérés au cours de la dernière V.A. que sont en train d'être établis des devis de travaux en cours.

Par ailleurs, considérant qu'il y avait dans le cas présent une situation un peu plus complexe qu'uniquement des intrusions qui devraient être arrêtées par un rehaussement de clôture, la D.P.P. a été appelée pour travailler à un diagnostic également sur les travaux et pour participer à des rondes qui pourraient permettre là aussi une entreprise de sécurisation.

Je fais partie de ceux qui considèrent que la présence humaine est aussi efficace, si ce n'est plus parfois, que le rehaussement de grilles pour sécuriser un certain nombre d'endroits.

Je ne peux donc pas vous laisser dire que rien n'a été fait.

Une fois que je vous ai dit cela, et d'ailleurs je vous l'ai dit en 7e Commission, Monsieur MENGUY, c'est la forme de ce v?u qui m'étonne. C'est notamment la raison pour laquelle j'y apporterai un avis défavorable.

Ce v?u laisse entendre que, dans sa grande solitude, la Ville de Paris déciderait seule de ce type de travaux. Il se trouve toutefois que la programmation des travaux dans le patrimoine scolaire est totalement faite en concertation avec les mairies d'arrondissement, et ce depuis bien avant moi. Je n'ai vraiment aucun mérite à en retirer, ce processus de déconcentration a été initié par mes prédécesseurs.

S'il y a bien un budget à la Ville de Paris qui n'est pas décidé par un adjoint au Maire seul dans son bureau mais qui est décidé en concertation avec l'ensemble des Maires d'arrondissement, en présence des élus d'arrondissement, en présence des D.G.S. des mairies d?arrondissement, des services de la DASCO et du cabinet de l?adjoint en charge de la vie scolaire, c?est bien l?élaboration des travaux dans le premier et le second degré. C'est d'ailleurs Pascal CHERKI qui l'avait initié dans le second degré.

Je n'ai aucun souci quant à ce que ces travaux soient faits, mais pourquoi ne l'évoquer qu'aujourd'hui sous la forme d'un v?u en Conseil de Paris et pourquoi ne l'avoir jamais évoqué dans les réunions de programmation des travaux pour 2011 qui se sont tenues le 6 avril ?

Cette question n'a jamais été abordée, elle arrive de manière "un peu politicienne" tout de même par le biais d'un v?u. Je trouve que ce sont de drôles de façons de faire.

Je ne me permettrai jamais de prendre des décisions de cette nature seule et sans avoir concerté le Maire d'arrondissement.

Ne me demandez pas, Monsieur GOUJON, de prendre seule des décisions que jamais je ne prends sans les Maires d?arrondissement.

Bien entendu, si vous souhaitez que ces travaux soient faits, nous pourrons en concertation avec vous opérer une substitution, parce que vous aviez fait le choix par contre le 6 avril de programmer 80.000 euros de réfection de peinture dans cette même école.

Si vous estimez plus urgent, et je m?appuie toujours sur la compétence des élus de terrain, de faire aujourd'hui des travaux de sécurisation, c'est avec un grand plaisir que j'accompagnerais cette substitution, bien entendu.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci beaucoup, Madame Colombe BROSSEL.

Un avis défavorable à un v?u qui n'est pas retiré, je pense ?

M. Jean-Baptiste MENGUY. - Madame BROSSEL, dans la même phrase vous avez utilisé concertation, anticipation et d?autres mots. Vous nous avons donné une belle leçon de politique politicienne.

Dieu sait que vous les maniez à escient et souvent à mauvais escient quand cela vous arrange.

Je trouve dommage que vous demandiez de retirer ce v?u. Vous connaissez la situation. Vous nous avez dit en 7e Commission que ce n?était pas le cas, je m?inquiète un peu.

Je pars du principe que vous connaissez cette situation depuis plusieurs mois, notamment parce que les directrices ont saisi leur direction de rattachement. On ne peut que regretter que vous preniez ce v?u de cette façon.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. C'est une intervention pour dire que vous retirez ou non ce v?u.

M. Jean-Baptiste MENGUY. - C'est une explication de vote.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Sur un v?u que vous présentez ?

M. Jean-Baptiste MENGUY. - Où est-il marqué dans le règlement que je n'ai pas le droit de faire une explication de vote ?

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Vous dépassez votre temps.

M. Jean-Baptiste MENGUY. - Si vous m?interrompez, c?est sûr.

Je regrette que vous nous demandiez de retirer ce v?u parce que c'est aussi l'expression de quelque chose de grave qui a été perpétré et je salue que vous ayez reconnu cela dans votre propos, sur le fait de brûler le drapeau tricolore puis de le voler.

J?en appelle à tous les élus ici sur ces bancs, je sais qu?ils ont un esprit républicain, je crois que c'est aussi un signe important en direction d'une communauté scolaire qui a été assez traumatisée par ces faits.

Je regrette, je tiens à le dire publiquement, qu?en Conseil d'arrondissement, lorsque l?on a évoqué cette question, que certains de vos collègues nous aient accusés de faire de l'apologie. C'est une petite façon de faire de la politique.

Nous maintenons ce v?u.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Il maintient son v?u, avec un avis défavorable de l'Exécutif.

Je mets aux voix, à main levée, ce v?u.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u est rejeté.