Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe les Républicains relatif à la sécurité dans les quartiers du 18e.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2017


 

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Nous passons maintenant à l'examen du v?u référencé n° 46 relatif à la sécurité dans les quartiers du 18e arrondissement.

C'est M. BOURNAZEL qui prend la parole.

M. Pierre-Yves BOURNAZEL. - Merci, Madame la Maire.

Nous connaissons les multiples demandes des Parisiennes et Parisiens du 18e arrondissement concernant la sécurité et la tranquillité publiques qui sont des sujets importants de vie quotidienne, des sujets républicains.

Les habitants des quartiers populaires, notamment Barbès, Château-Rouge, la Goutte d'Or, mais aussi de nos portes, de la porte de Saint-Ouen à la porte d'Aubervilliers, en passant par la porte de Montmartre, la porte de Clignancourt, la porte des Poissonniers, la porte de la Chapelle, se plaignent de ces sujets qui minent leur quotidien : la vente à la sauvette, le proxénétisme, les trafics de drogue, les vols à l'arraché. Il y a un besoin d'améliorer cette vie quotidienne.

Il y a eu des projets, notamment la zone de sécurité prioritaire décidée en 2012, mais malheureusement qui n'a pas porté des effets très positifs puisque les problèmes persistent.

Et puis, il y a eu cette condamnation par le Juge administratif qui a reconnu pour la première fois, pour le quartier Château-Rouge et Barbès, que la Mairie disposait encore d'une grande latitude pour augmenter la fréquence des nettoyages, en particulier le soir, afin d'assurer la propreté d'un secteur particulièrement fréquenté et plus exposé que d'autres à l'accumulation des déchets, et qui a dit qu'il y avait un manquement à la politique de sécurité et d'égalité de traitement des citoyens.

C'est la raison pour laquelle je pense qu'il est important aujourd'hui de pouvoir interpeller le Gouvernement qui va être nommé, pour lui demander de déployer les efforts nécessaires pour remédier à ces problèmes d'insécurité ou d'intranquillité dans nos quartiers, notamment pour remonter toutes les filières et réseaux criminels. On voit encore sur nos boulevards des jeunes filles mineures qui sont dans les mains de proxénètes, au vu et au su de tout le monde. C'est important que l'on se batte pour les protéger.

Et puis, de demander aussi au prochain Gouvernement de travailler sur une refonte en profondeur du statut de Paris. Il faut enfin créer une police municipale à Paris, à pied, à vélo, dans nos quartiers, qui serait une police de proximité, de prévention, mais aussi de sanction des incivilités et de lutte contre l'occupation illégale du domaine public. Et puis évidemment, ce v?u positif défend une politique volontariste dont nous avons parlé, de revitalisation commerciale. C'est urgent qu'on agisse dans les quartiers notamment de Château-Rouge, mais aussi Amiraux-Simplon, il y a besoin de commerces diversifiés, notamment les commerces de bouche et ceux à vocation culturelle. Les habitants et les associations font beaucoup de propositions pour reconquérir le territoire quand il y a occupation illégale du domaine public et certains des projets méritent d'être soutenus. Voilà l'objet de mon v?u, et j'espère que les habitants seront entendus.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci.

La parole est à M. le Représentant du Préfet de police.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Merci, Madame la Maire.

C'est un sujet que nous abordons très régulièrement devant le Conseil de Paris et qui illustre bien évidemment l'importance de la tâche que nous avons collectivement à surmonter.

De rappeler que pour le Préfet de police, les débordements constatés sur l'espace public dans le 18e arrondissement constituent une priorité forte, qui a amené à mettre en place un plan d'action avec la Mairie de Paris, le maire d'arrondissement et le Parquet de Paris, et avec une mobilisation au quotidien de moyens en policiers extrêmement importante.

Simplement rappeler que sur les derniers mois, ce sont juste quelques chiffres : 8.500 procès-verbaux simplifiés en matière de vente à la sauvette, 159 tonnes de marchandises détruites, 1.068 arrestations dont 344 qui relevaient de l'infraction à la législation sur les étrangers et 54 liées à la revente de cigarettes, 4.700 verbalisations au Code de la route et 146 véhicules enlevés.

Sur un sujet sur lequel je sais, Monsieur le Conseiller, vous êtes particulièrement sensible en matière de proxénétisme, 42 interpellations, 38 défèrements, et 35 personnes écrouées au cours des derniers mois. C'est dire la mobilisation, c'est évident que la tâche est immense et qu'il nous appartient collectivement de rester particulièrement mobilisé. Cela constitue la priorité du Préfet de police et les efforts ne seront stoppés que lorsque le phénomène sera totalement éradiqué, bien évidemment.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci.

La parole est à M. Mao PENINOU pour répondre à ce v?u.

M. Mao PENINOU, adjoint. - Après la réponse de M. le Représentant du Préfet de police, en l'absence de Colombe BROSSEL, j'ai quasiment envie de passer la parole à Pascal JULIEN qui a pris l'habitude de pouvoir répondre. On est dans une répétition de ce v?u à la fois au Conseil du 18e arrondissement où, à chaque fois, ils sont re-débattus et puis ici au Conseil de Paris.

Nous avons une nouvelle version cette fois avec une liste de quartiers. Vous en oubliez un certain nombre. Au nom de Colombe BROSSEL, je vais vous rappeler que nous souhaitons aussi avoir une sécurité, un environnement propre et bien entretenu à Marx-Dormoy, à Clignancourt, à Grandes-Carrières ou à Montmartre. Vous pouvez mettre l'ensemble des quartiers du 18e arrondissement et puis vous pourriez voir avec vos collègues pour émettre aussi sur l'ensemble parisien.

Je ne vais pas m'attarder, M. le Représentant du Préfet a dit beaucoup. Je voudrais simplement souligner deux choses. Premier élément, cela ne fonctionne pas par voix incantatoire mais par un travail de terrain partenarial, entre la Ville, les associations, les différentes directions de la Ville, la mairie d'arrondissement, la Préfecture, et c'est ce travail qui est mené aujourd'hui sur l'ensemble des points que vous évoquez. D'ailleurs, à chaque fois, c'est un travail qui n'est pas qu'un travail sécuritaire mais aussi un travail social très important.

Quand on est sur la question des ventes à la sauvette, ce sont des réseaux qui exploitent la misère. Quand on est sur la question du proxénétisme, c'est le travail du groupe local de traitement de la délinquance qui est très fort parce que, là aussi, on voit bien qu'il y a à la fois des réseaux et une exploitation de la misère, et donc un travail social à faire.

Je voudrais simplement, puisqu'il se trouve que c'est moi qui réponds à la place de Colombe BROSSEL aujourd'hui, souligner aussi que la DPE y participe puisque nous mettons à disposition de la police, une benne 7 jours sur 7 pour évacuer l'ensemble des saisies et des destructions immédiates sur Château-Rouge et sur Barbès, que nous adaptons ses horaires afin de coller au mieux aux réalités du terrain. Je crois qu'à travers cet exemple, vous avez bien l'exemple de ce que fait la Ville et donc, à nouveau pour la énième fois, nous allons donner un avis défavorable à ce v?u pour l'ensemble de ces raisons.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci.

Le maire du 18e arrondissement, Eric LEJOINDRE, m'a demandé la parole.

M. Eric LEJOINDRE, maire du 18e arrondissement. - Un mot car c'est un débat que nous avons déjà eu en Conseil d'arrondissement. Mais je ne voudrais pas qu'il puisse être dit, notamment sur les réseaux sociaux, que je n'étais pas là ou que je ne serais pas intervenu sur un sujet central, comme si les habitants du 18e arrondissement pouvaient imaginer que notre préoccupation, la mienne et celle de l'ensemble de mon équipe, n'était pas entièrement tournée sur le fait qu'on puisse vivre mieux dans le 18e arrondissement.

D'abord, je veux saluer l'engagement de tous les services publics. Mao PENINOU l'a dit en ce qui concerne la DPE, M. le Représentant du Préfet de police l'a dit en ce qui concerne la police et les habitants ont constaté l'investissement très fort, notamment ces derniers mois et notamment sur le plan Barbès/la Chapelle, des forces de police qui a déjà permis d'obtenir des résultats bien meilleurs. Je pense bien sûr à l'ensemble des agents de la DPSP qui sont extrêmement mobilisés dans le 18e arrondissement.

Ensuite je veux redire que nous travaillons au quotidien avec l'Etat, indépendamment des gouvernements pour faire en sorte que le Ministère de l'Intérieur notamment puisse mettre à la disposition du 18e arrondissement les moyens dont nous avons besoin.

Enfin je veux proposer à Pierre-Yves BOURNAZEL, mais il pourra venir avec moi de faire une petite promenade dans les quartiers du 18e arrondissement qu'il a cités pour voir à quel point nous avons déjà avancé, notamment sur la question des commerces. Il suffit d'aller rue Myrha, mais on peut aller rue Doudeauville, rue des Poissonniers, rue des Portes-Blanches, on peut aller partout dans les quartiers que vous avez cités pour constater qu'on n'a pas attendu des v?ux, on n'a pas attendu ces dernières années pour travailler sur cette question des commerces. Oui, c'est long, mais oui nous avançons, et je vous invite, je le ferai avec plaisir avec vous, à faire le tour de ces quartiers. Vous verrez à quel point leur métamorphose est avancée.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur le Maire.

Une explication de vote va nous être donnée par M. Pascal JULIEN.

M. Pascal JULIEN. - Quand on regarde ce qui est demandé dans ce v?u, on le fait déjà. Demander au prochain Gouvernement les moyens qu'il compte déployer, vous croyez que le Maire va demander le contraire ! Développer en urgence une politique volontariste des commerces de proximité ! Sur le commerce, on a eu le débat ce matin, en Conseil d'arrondissement : on le fait déjà. Soutenir les projets des habitants pour l'amélioration du cadre de vie de ces quartiers : on le fait déjà.

C'est ce que l'on appelle un v?u "j'enfonce les portes ouvertes". Après les v?ux "fox news", on a les v?ux "portes ouvertes" de la part du 18e. Si, il y a une chose que vous demandez, la police municipale, mais cela, toutes les 5 minutes, on vous dit qu'il n'en est pas question. C'est un v?u qui ne sert strictement à rien mais que vous redéposerez chaque fois. Simplement, observons qu'il est posé de façon plus "soft" que d'habitude.

Cinq secondes quand même pour dire que vous pourrez continuer car effectivement, c'est un travail incessant. Cela a été dit. Les pauvres n'ont pas le monopole de la délinquance. On l'a vu d'ailleurs récemment à l'occasion de l'élection présidentielle. Il y a une délinquance en col blanc qui n'est pas mal non plus, mais enfin la misère produit des effets délétères et tant qu?il y aura de la misère, il y aura des effets délétères. Alors on peut toujours couper l'herbe, mais tant que la racine est là, cela repoussera. On combattra sans cesse, nous, les effets délétères de la misère et, vous, vous continuerez à faire des v?ux "fox news" et "portes ouvertes".

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci beaucoup. Nous avons bien compris qu'il y avait un avis défavorable sur ce v?u. Je ne pense pas qu'on puisse redonner une explication de vote sur son propre v?u. Monsieur BOURNAZEL, vous aurez l'occasion de prendre la parole dans les moments qui vont venir. Vous n'avez pas à donner une explication de vote sur un v?u que vous avez-vous-même déposé. Monsieur BOURNAZEL, 30 secondes et après, je vous coupe le micro.

M. Pierre-Yves BOURNAZEL. - Calmement, tout va très bien se passer. D'abord, la condescendance qui consiste à dire à des élus de la République qu'ils n'ont pas le droit de parler de la sécurité et de la tranquillité publique parce qu'on en aurait parlé à d'autres Conseils, je suis désolé, ce sont des sujets de vie quotidienne, et puisque vous l'avez pris sur ce ton, Monsieur LEJOINDRE, oui, on va pouvoir y aller ensemble. Vous promener avec moi fera du bien à votre notoriété dans le 18e arrondissement.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Vous avez tout à fait relevé l'échange. Messieurs, si vous voulez bien, nous allons voter sur ce v?u avec un avis défavorable de l'Exécutif.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe les Républicains, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.