Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2017 DAC 128 - Subvention (45.000 euros) à l’association "L’Onde et Cybèle", et convention, au titre du soutien aux festivals musicaux.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2017


 

M. Julien BARGETON, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DAC 128 : subventions de 45.000 euros à l?association "L?Onde et Cybèle".

La parole est à Pascal JULIEN.

M. Pascal JULIEN. - Comme chaque année, j'interviens sur ce projet de délibération. L?association "L?Onde et Cybèle" fait l'unanimité, l'unanimité du Conseil d'arrondissement et aussi du Conseil de Paris et, surtout, l'unanimité du public qui est grandissant puisque l'activité n'est plus simplement que 18e arrondissement. Elle s'est élargie à d'autres arrondissements.

L?église Saint-Merri, par exemple, a été l'objet de prestations. Un partenariat est noué avec la Cité universitaire, est noué en Seine-Saint-Denis. Donc, non seulement le succès est confirmé, mais il grandit. Voilà une association dont le travail culturel touche directement des Parisiennes et des Parisiens. Il y a une caractéristique formidable : c'est qu'un lieu de festival, "Rhizomes", celui qui aura lieu fin juin, début juillet, offre des week-ends de musique gratuits dans les parcs et jardins du 18e arrondissement.

Or, cette association continue de survivre. Chaque année reste une année difficile. Il a fallu 3 ans depuis 2014. Chaque année, on dépose un amendement budgétaire pour lui permettre de passer le cap de justesse. Cette année, 5.000 euros ont été inscrits, davantage dans la subvention, mais enfin, nous restons quand même extrêmement justes quand on regarde les comptes de l'association, quand on connaît l'association, quand on discute. Franchement, à la taille d'une ville comme Paris, un tel festival mériterait mieux.

Je me souviens, parce qu?il y a des arbitrages qui sont faits et je respecte les arbitrages, mais les respecter ne signifie pas que l'on est toujours d'accord. Je me souviens comment, lors du dernier Conseil de Paris, on a donné 5.000 euros à la Fédération des cités napoléoniennes.

J'ai dit que je serais très curieux de voir quel serait le retour pour les Parisiennes et les Parisiens de cette affaire. Je ne manquerai pas l?année prochaine de vous dire qu?ils auraient sans doute été mieux investis dans des associations comme "L?Onde et Cybèle".

Bien sûr que nous voterons, mais que Bruno JULLIARD soit bien convaincu de l'extrême vigilance, pas simplement de mon groupe, mais de l'ensemble de la mairie du 18e arrondissement. Au moins, sur ce point, il n'y a pas l'épaisseur d'une feuille de papier entre les différentes composantes. Nous voulons que ces deux festivals continuent de fonctionner et moins inconfortablement qu'aujourd'hui. Voilà. C'est un tout petit peu mieux, mais, enfin, on est quand même extrêmement loin du compte. Je le répète : franchement, il y a toujours une injustice au regard du travail réalisé, comparé aux subventions versées.

Je vous remercie.

M. Julien BARGETON, adjoint, président. - Pour répondre, la parole est à Bruno JULLIARD.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint. - Merci, Monsieur le Maire et merci, Pascal JULIEN.

Nous échangeons tous les ans sur cette subvention pour "L?Onde et Cybèle", qui est une belle association bien connue de la Ville et du 18e arrondissement, qui organise deux festivals, que vous avez cités : "La voix est libre", dont la nouvelle édition se déroule en ce moment et jusqu'au 13 mai dans plusieurs lieux culturels de la Capitale, et notamment du 18e arrondissement mais pas seulement, et le festival "Rhizomes", manifestation estivale gratuite qui rencontre un très grand succès dans les espaces verts du 18e arrondissement.

Deux festivals à la fois structurants dans leur programmation, leur implantation territoriale et tournés vers un large public. Deux festivals qui bénéficient - et c?est à juste titre - du soutien de la Ville depuis de nombreuses années, la Ville de Paris mais également de la mairie du 18e arrondissement. Par ailleurs, nous mettons à disposition du festival "Rhizomes" plusieurs jardins et squares qui favorisent la diversité des usages dans les espaces verts.

Vous l?avez dit, nous en parlons souvent : l'association souffre d'une certaine fragilité budgétaire, ce qui a donné lieu à de nombreux échanges au cours des derniers mois entre mon cabinet, la Direction des Affaires culturelles et l'association, ce qui a aussi donné lieu à des versements de subventions exceptionnelles dans le cadre d?amendements budgétaires, dont parfois, d'ailleurs, vous étiez à l'origine. Depuis l'an dernier, l'association a été à nouveau accompagnée par la DAC, mon cabinet, la mairie du 18e arrondissement. Nous proposons d'augmenter en 2017 sa subvention de 5.000 euros pour soutenir les efforts de l'association, tout particulièrement concernant l'encadrement des publics et des artistes du festival "Rhizomes".

Je rappelle tout de même qu?avec un niveau de subvention qui couvre plus du quart du budget des actions, la Ville réaffirme sa volonté d'être particulièrement présente au côté de l'association, tout en tenant compte du fait que nous nous devons d'être tout aussi engagés dans le soutien aux autres manifestations de musique actuelle, avec des marges de man?uvre qui sont parfois tout aussi étroites pour d'autres festivals. Je précise simplement que, lors de ce Conseil de Paris, nous avons voté pour plus de 28 millions d'euros de subventions culturelles.

Si je compare avec ce qui se passe dans d'autres collectivités locales, toutes couleurs confondues, nous pouvons être fiers de maintenir un engagement culturel très élevé, en légère augmentation encore en 2017. J?espère que les conditions budgétaires des années à venir nous permettront de poursuivre cet effort, mais il doit être justement et équitablement réparti. Je suis heureux que l'on puisse soutenir plus le festival "Rhizomes", notamment, mais aussi "La voix est libre".

Quant aux cités napoléoniennes, j'en discuterai avec Catherine VIEU-CHARIER. Je ne suis pas sûr qu'elle accepte un transfert de ses crédits, mais je me renseignerai en revanche sur la réalité et l?efficacité pour les Parisiens de cette manifestation que je ne connais pas.

M. Julien BARGETON, adjoint, président. - Merci pour cette proposition de redéploiement.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 128.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2017, DAC 128).