Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2017 DRH 35 - Convention de partenariat Ville de Paris, Mission locale de Paris et l’association "FIP, une femme, un toit".

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2017


 

M. Julien BARGETON, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DRH 35. Convention de partenariat avec l'association "F.I.T une femme un toit".

La parole est à Mme Danièle PREMEL.

Mme Danièle PREMEL. - Merci, Monsieur le Maire.

Chers collègues, je commencerai par une citation de Machiavel : "Il importe plus de délibérer sur ce qu'il faut faire que sur ce qu'il faut dire." Dans ce projet de délibération qui traduit une volonté de rapprocher l'emploi des populations qui en sont les plus éloignées, la Ville prend sa part comme opérateur, en s'engageant directement et en mobilisant ses directions et ses services à travers des recrutements en contrats aidés, en apportant un soutien en matière d'accompagnement social, et en accordant si besoin une aide financière en complément des dispositifs de droit commun.

Deux dimensions me semblent à souligner dans cette convention. Le public bénéficiaire, qui est une population fragilisée, facilement oublié, car souvent invisible et silencieuse, celle de jeunes femmes cumulant des difficultés multiples : discriminations liées au genre, passé de violences intrafamiliales, difficultés d'accès aux soins, niveau scolaire faible. C'est dans ces populations aussi que l'on trouve un taux de chômage important, alternant avec des périodes d'emplois précaires.

Dans ce partenariat formalisé entre la Ville de Paris, la Mission locale et l'association "F.I.T. une femme un toit", chacun s'est engagé précisément sur les modalités et sur les moyens matériels et humains qu'il mobilisera pour la mise en ?uvre du projet.

Enfin, il est à noter que cette convention ne comporte aucun flux financier. Nous soutiendrons ce projet de délibération qui permettra chaque année à 10 jeunes femmes par an, suivies par le "F.I.T." d'être recrutées par la Ville grâce aux emplois aidés comme première étape d'inscription dans un parcours vers l'emploi.

Parcours dans lequel la Ville, nous le souhaitons, devra prendre toutes ses responsabilités. Ses responsabilités dans l'accompagnement, la formation, la qualification et la préparation au concours pour que ces contrats qui relèvent du champ de l'insertion ouvrent et favorisent l'accès à des contrats de travail pérennes, quel que soit le secteur public, associatif ou privé. Pour la posture politique, pour que ces emplois aidés soient une aide aux personnes en insertion et non pas un substitut à des emplois dans une approche gestionnaire et financière d'économie de personnel. Je vous remercie.

M. Julien BARGETON, adjoint, président. - Merci beaucoup. Pour répondre, la parole est à Mme Hélène BIDARD.

Mme Hélène BIDARD, adjointe. - Je remercie vivement Danièle PREMEL d'attirer l'attention du Conseil de Paris pour son soutien à ce projet de délibération que je rapporte avec Emmanuel GRÉGOIRE et auquel je veux aussi associer Pauline VÉRON pour son action de pilotage des relations de la Ville avec la Mission locale de Paris.

L'association "F.I.T. une femme un toit" gère donc le C.H.R.S. "les UniversElles" avec, comme objectif, l'hébergement et l'accompagnement de jeunes femmes isolées de 18 à 25 ans. Le "F.I.T." dispose de 60 places d'hébergement pour des femmes qu'elles accueillent qui sont victimes de violences. Cela va de jeunes femmes qui ont subi des violences intrafamiliales, des violences sexuelles, celles qui ont connu la rue, également, et l'errance allant d'endroit en endroit pour dormir.

Mais cette association, qui a un personnel très engagé et très compétent, veut aller plus loin grâce à ce projet de délibération. Nous sommes très heureux que la Ville puisse accompagner cette association puisque beaucoup parmi ces résidantes n'ont pas le Bac du fait des violences subies. 24 % d'entre elles ont même arrêté leur scolarité avant la 3e et elles arrivent sans emploi dans l'association et sans ressources.

Mais ces jeunes femmes accueillies, qui sont à l'origine très éloignées de l'emploi et de la formation, seront aussi dans un dispositif qui va les accompagner et leur permettre de reporter, d'avoir à nouveau plain-pied dans leur vie. Elles ont parfois d'importants problèmes de santé et les violences subies ont abimé leur estime personnelle et la confiance indispensable à la réflexion pour un projet individuel. C'est un frein, ce frein des violences, qui est encore trop pris en compte dans les institutions de l'emploi et dans les services.

Il faut donc penser les formations et l'accès à l'emploi différemment pour ces jeunes femmes. C'est cela, l'expertise du "F.I.T.", c'est ici très important et son accompagnement global très efficient, c'est pourquoi nous allons développer ce partenariat avec notamment l'accès à l'emploi.

On va travailler avec le "F.I.T." dans deux champs : un espace qui vise à accompagner les femmes dans leur recherche d'emploi et de formation, la préparation de C.V., d'entretiens, et dans le même temps, dans ce même espace emploi, créer un réseau de partenaires lui permettant de faciliter l'accès au recrutement pour les résidents d'entreprises, les centres de formation, les chantiers d'insertion.

Vous l'avez dit, la Ville va avoir un recrutement prévisionnel de 10 jeunes femmes par an, dans des directions et sur des métiers correspondant à leur niveau de formation initiale, deux réunions de bilan par an entre les parties pour évaluer et dater le dispositif. Cette convention s'inscrit directement dans la démarche de labellisation Diversité et Egalité professionnelle dans laquelle la Ville est en train de s'inscrire. Elle permet d'offrir à un public, éloigné des modes de recrutement habituel, d'accéder à l'emploi public et de diversifier les profils de personnes recrutées par la Ville.

Je vous remercie donc de nous permettre de parler de ce dispositif très concret que nous mettons en place, avec Pauline VÉRON et Emmanuel GRÉGOIRE. Je vous remercie.

M. Julien BARGETON, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DRH 35.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2017, DRH 35).