Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe UDI-MODEM relatif à l'extinction de la Tour Eiffel en hommage aux victimes d'attentats terroristes.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2017


 

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Le v?u n° 16 est relatif à l'extinction de la Tour Eiffel en hommage aux victimes d'attentats terroristes.

La parole est à M. POZZO di BORGO.

M. Yves POZZO di BORGO. - Je trouve que c'est une très bonne initiative de la Maire de Paris de faire en sorte que, lorsqu'il y avait un attentat fort, en solidarité, la Tour Eiffel s'éteigne. Je trouvais que c'était une très bonne initiative. Mais je rajoute un élément supplémentaire dans ce v?u. Je souhaite que cette décision concernant l'extinction de la Tour Eiffel après un attentat ne soit pas uniquement faite pour les pays européens ou pour les pays de la grande Europe, comme cela a été fait pour Saint-Pétersbourg en Russie.

Je considère que les attentats, c'est universel, que la Tour Eiffel est universelle, que la Ville de Paris est universelle, et dans le v?u, je propose que la Maire de Paris, de son propre jugement, décide de proposer à la Tour Eiffel d'éteindre les lumières pour tout attentat qui se passe dans le monde, en lui laissant l'initiative du choix. Evidemment, si on se mettait à éteindre la Tour Eiffel pour tous les attentats dans le monde, je crois que, tous les jours, elle serait éteinte. Mais je crois qu'il est important que la Maire de Paris puisse avoir l'opportunité, pour tel pays hors des zones européennes, de décider éventuellement d'éteindre la Tour Eiffel. C'était l'idée de mon v?u.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - La parole est à M. Patrick KLUGMAN pour vous répondre.

M. Patrick KLUGMAN, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

J'ai oublié de vous dire que parfois le mieux est souvent l'ennemi du bien ou, pour paraphraser un dicton connu, que l'enfer est parfois pavé d'excellentes intentions. Nous avons été bien sûr sensibles à votre v?u, Monsieur POZZO di BORGO. Néanmoins, il pose des difficultés qu'il est difficile d'exprimer en un mot en séance, je ne veux pas être trop long. C'est que nous nous interdisons toute forme d'automatisme et nous nous interdisons également, même s'ils sont à craindre, de prévoir ou d'anticiper le surgissement de nouveaux attentats, même si tout est fait évidemment pour les éviter et pour protéger ici à Paris la population.

Au-delà, c'est notre devoir, à chaque fois qu?un attentat survient, et parfois au-delà de nos frontières, de trouver la bonne forme de mobilisation pour la collectivité parisienne et ce ne sera pas forcément toujours la Tour Eiffel, sinon les Parisiens eux-mêmes seraient appauvris de quelque chose qui leur est très cher et sans que le sens soit préservé.

Pour ces conditions et je vous demande vraiment d'écouter le sens de mes propos, je suis amené à émettre un avis défavorable à ce v?u, ce qui n'exclut pas que nous nous parlions, que nous réfléchissions tous ensemble à que faire dans telle ou telle situation. Mais je dirais qu'une coordination souple des échanges informels serait peut-être plus pertinente, comme d'ailleurs nous l'avons fait à de nombreuses reprises ici.

Merci.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Maintenez-vous votre v?u, Monsieur POZZO di BORGO ?

M. Yves POZZO di BORGO. - L'explication de l'adjoint me convient. L'idée était de dire que, de temps en temps, on puisse montrer que nos Etats ne sont pas uniquement européens. Mais cela me convient parfaitement.

Je retire mon v?u.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Je suis saisi d'une explication de vote. Il n'y a plus de v?u mais je donne la parole à Pascal JULIEN, pour 10 secondes.

M. Pascal JULIEN. - Très vite, car Patrick KLUGMAN a dit l'essentiel. J'allais rajouter qu'on pourrait aussi pourquoi pas, certes il y a les attentats terroristes et nous sommes tous unis sur la question, mais il y a d'autres formes, le mot terrorisme ne convient pas, mais d'attentat. Pourquoi, par exemple, ne proposerait-on pas que la Tour Eiffel marque le jour du dépassement, ce jour où les ressources renouvelables de la planète ont été épuisées, qui était quand même au 31 décembre en 1986 est au 8 août aujourd'hui.

C'est une forme, excusez-moi de le dire, le mot terrorisme ne convient pas mais c'est une forme d'attentat contre l'humanité. Pourquoi la Tour Eiffel ne marquerait-elle pas cela ? C'est pour cela que je souscris à ce qui a été dit, il faut faire du cas par cas, c'est beaucoup plus sage.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Merci beaucoup, Pascal JULIEN. Le v?u est retiré.