Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2017 DJS 114 - Subvention (750.000 euros) et convention avec le Stade Français Paris au titre de l'année 2017.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2017


 

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DJS 114. Subvention au Stade français.

La parole est à Pierre AURIACOMBE, puis Jacques BOUTAULT.

M. Pierre AURIACOMBE. - Merci, Monsieur le Maire.

Ce projet de délibération nous permet de parler et de venir sur un sujet qui est important pour la Ville de Paris, l'avenir du Stade Français. Nous avons suivi l'actualité, nous avons suivi cet épisode pas très glorieux de la fusion ratée entre le Racing et le Stade Français Rugby, qui nous pose beaucoup d'interrogations sur l'avenir du club actuellement et, pour nous - en l?occurrence, je parle aussi en tant qu?élu du 16e arrondissement -, qui pose des interrogations sur l'utilisation et l'avenir de Jean Bouin.

Ce stade a coûté très cher, il ne faudrait pas qu'il soit sous-utilisé aujourd'hui. Néanmoins, je ne doute pas que l'on va trouver une solution et ce sera l'objet de mon intervention, d'avoir quelques explications sur l'avenir du club.

Il est à noter d?ailleurs que le club fait une bonne fin de saison. Ceux qui sont allés au match la semaine dernière, Stade Français/Racing, ont vu un beau match, une équipe gagner, une équipe qui était perdue en milieu de saison finir par une finale de la petite coupe d'Europe et espérer se qualifier pour la grande coupe d'Europe. Donc, une saison rugbystique qui se termine bien et - j'y viens - beaucoup d'interrogations sur l'avenir du club. Je comprends que, bien sûr, M. MARTINS ne soit pas présent aujourd'hui, cela ne pose pas de difficulté, mais nous attendons des réponses sur l'avenir du club. On peut lire dans la presse que plusieurs projets existent :

- un projet de reprise par les anciens joueurs du club, on peut lire notamment les noms de Messieurs DOMINICI et BLIN ;

- un projet de reprise par une multinationale allemande - pourquoi pas ?

Ce sont autant de sujets importants. On voit aussi qu'il est laissé une grande place à la formation dans ces différents projets. Là encore, on voudrait avoir des explications, en savoir un peu plus.

Je sais bien que c'est actuellement en train de se dérouler, que la D.A.C.G., le gendarme financier du rugby, se réunira jeudi, sauf erreur. Il faudra donc être capable d'apporter des solutions et de donner des réponses. Je terminerai sur la subvention en tant que telle de 750.000 euros. Bien sûr, nous voterons, nous soutenons le Stade Français Paris, mais je voudrais avoir des assurances que cet argent ne sert pas à créer une inflation dans les salaires qui n'est pas bonne pour le rugby en général et pour le sport. Je soutiens le sport professionnel ; bien sûr, nous le soutenons, mais il faut être vigilant avec les deniers de la Ville et avoir des assurances sur l'utilisation de ces 750.000 euros. Je réitère mes questions qui vont dans le sens de l'avenir du club en premier et sur le fait d?être rassuré sur l'utilisation de cette subvention. Je vous remercie.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Merci, Pierre AURIACOMBE.

La parole est à M. Jacques BOUTAULT.

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. - Monsieur le Maire, chers collègues, mon intervention s'inscrira dans la continuité de celle que vient de faire Pierre AURIACOMBE, en tant que membre de la 7e Commission. Nous avons tous été surpris par l'annonce le 12 mars dernier, par les présidents du Stade Français et du Racing 92, de la décision de fusion des deux clubs qui, d'ailleurs, se sont rétractés six jours plus tard.

Les élus écologistes avaient fait part de leur surprise et surtout regretté l'absence de concertation et fait part de quelques inquiétudes soulevées par ce projet de fusion concernant la pérennité des activités sportives visant les amateurs, les questions relatives à l'action du club en faveur du rugby féminin et, surtout, de l'utilisation du stade Jean Bouin à la hauteur des investissements réalisés par notre Ville.

Club résident du stade Jean Bouin, l'avenir du Stade Français y est, en effet, intimement lié. Aussi, le groupe Ecologiste de Paris aimerait avoir des précisions sur les intentions du club de rugby parisien car nous sommes, évidemment, préoccupés par la soutenabilité de l'amortissement important réalisé il y a quelques années pour la reconstruction du stade Jean Bouin, investissement qui a coûté beaucoup d'argent aux contribuables parisiens.

Certes, les deux clubs ont rompu leurs fiançailles, mais ces questions demeurent car le président du Stade Français a annoncé son intention de retrouver un nouveau partenaire, ou de nouveaux partenaires.

Le groupe Ecologiste de Paris souhaiterait que l'Exécutif parisien apporte toutes les précisions dont il dispose à ce sujet afin de mieux connaître les intentions et actions du club résident du stade Jean Bouin tout en soutenant cette subvention de 750.000 euros, et être rassurés quant à la pérennité de l'utilisation de cet équipement sportif. Je vous remercie.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Merci, Monsieur le Maire. Je vais donner la parole à Patrick KLUGMAN qui supplée l'absence de Jean-François MARTINS en raison d'un très heureux événement familial et nous le félicitons. La parole est donc à Patrick KLUGMAN.

M. Patrick KLUGMAN, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Je me substitue à Jean-François MARTINS, sans pouvoir vraiment le remplacer, pour cette merveilleuse raison qu'il est devenu papa. Vu le nombre d'enfants que j'ai, je suis très bien placé pour cela. Il lui en manque encore 4 !

Je vais brillamment, le plus possible, en tout cas, et succinctement, Monsieur le Maire, lire les éléments de réponse qui m'ont été fournis par le cabinet de Jean-François MARTINS sur le projet de délibération relatif à la subvention au stade Jean-Bouin à hauteur de 750.000 euros.

Le projet de délibération a pour objet le fonctionnement avec le Club de rugby pour les années 2017, 2018 et 2019. Le montant défini doit être confirmé chaque année par un nouveau vote au Conseil.

En contrepartie de cette subvention, le Club s'engage à respecter plusieurs objectifs qui conviennent d'être rappelés : résidence des matchs à domicile à Jean-Bouin, maintien de son équipe première dans le Top 14, formation des jeunes joueurs, développements du rugby féminin, participation aux dispositifs sportifs municipaux et actions en faveur du handisport et du sport adapté.

La Ville peut résilier ou réviser la convention en cas de modification du statut juridique du club, en cas de partenariat avec une entité qui nuirait à l'image de la Ville ou en cas de non-respect de l'engagement de jouer ses matchs à domicile, c'est-à-dire à Jean Bouin. La subvention pourra également être réduite en cas de descente de l'équipe première dans des catégories inférieures ou en cas de non-respect des engagements conventionnels. Voilà ce que l'on peut dire sur l'encadrement de cette subvention au bénéfice du Stade Français et que je vous invite donc à voter.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Merci beaucoup, Patrick KLUGMAN.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DJS 114.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2017, DJS 114).

Je vous remercie.