Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par Mme SIMONNET relatif aux guides conférenciers de "City Wonders". Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2017


 

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Nous examinons maintenant les v?ux référencés nos 39 et 39 bis qui ont trait aux guides conférenciers de "City Wonders".

Je crois, Danielle SIMONNET, que la parole est à vous, pour deux minutes maximum.

Mme Danielle SIMONNET. - Merci.

A travers ce v?u, d'abord je souhaite que notre Conseil de Paris exprime son soutien avec la lutte des guides conférenciers qui travaillent pour l?entreprise "City Wonders".

Pour planter le décor, "City Wonders" est un opérateur de voyages qui organise des visites guidées à la fois en France, en Italie et en Angleterre, et dont le siège fiscal est situé - optimisation fiscale oblige - en Irlande. Cet opérateur développe le recours à l'"ubérisation" et recrute un nombre important de guides conférenciers à Paris sous le statut d?autoentrepreneur, en essayant de casser et de forcer à la baisse des rémunérations et de modifier les nouvelles conditions d'exercice des guides conférenciers qui travaillaient pour "City Wonders" sous statut indépendant. Ils protestent donc contre cela.

Derrière ce soutien, je souhaite que l'on ait une réflexion. En effet, la transmission du patrimoine de la Capitale est étroitement liée à la qualité des médiateurs culturels que sont les guides conférenciers et au respect de la réglementation de leur métier. Je ne sais pas si vous vous souvenez, mais à l'époque des lois Macron, j'avais présenté un v?u, qui avait d'ailleurs été soutenu par l'Exécutif, contre la déréglementation des métiers de guide conférencier, que MACRON voulait imposer dans sa loi. Les guides conférenciers avaient eu gain de cause à l?époque. Par la suite, hélas, des ordonnances ont modifié et amoindri leur situation. Il y a toujours cette bataille.

Plus globalement, il y a une réflexion à avoir. Associer et impliquer les guides conférenciers, comment leur permettre de résister à ces prédateurs et à cette "ubérisation" qui envahit le tourisme parisien. La qualité de la transmission de notre patrimoine culturel est étroitement liée aussi à des entreprises qui respectent cette professionnalisation.

Il y a une dernière chose dans mon v?u. Je souhaite interpeller la Préfecture de Paris car dans la délivrance des cartes professionnelles, les guides conférenciers estiment que la Préfecture, souvent, accorde des cartes professionnelles sans respecter totalement la réglementation en vigueur. Je voulais avoir un peu plus d'éléments sur ce point. Visiblement, il y a un souci avec des exigences selon les origines nationales des guides conférenciers. Je vous remercie.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci.

La parole est à M. le Représentant du Préfet de police.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Madame SIMONNET, je vous apporterai une réponse, puisque je n'avais pas connaissance de votre question avant, je ferai regarder, mais il n'y a aucune raison en effet pour qu'il y ait absence de l'application de la réglementation, notamment dans ce domaine.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci beaucoup.

La parole est à M. Bruno JULLIARD.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint. - Madame SIMONNET, votre v?u nous donne l'occasion de revenir sur un sujet important pour la valorisation de notre patrimoine, sujet que nous avons déjà abordé à plusieurs reprises dans notre Assemblée.

C'est un sujet d'autant plus important que les guides conférenciers sont de véritables passeurs qui ?uvrent en direction des millions de touristes que nous accueillons chaque année à Paris, pas seulement les touristes, d?ailleurs. A l'heure où nous nous efforçons de leur assurer le meilleur accueil et de conforter Paris comme première destination touristique mondiale, ce sont des partenaires déterminants dans ce travail.

C'est pourquoi une réunion de travail s'est tenue entre mon cabinet, les équipes de "Paris Musées" et le Syndicat des guides conférenciers, comme nous nous y étions engagés lors du précédent Conseil de Paris. Ce rendez-vous a permis d?apporter des réponses concrètes sur ce que nous pouvions faire pour protéger leur mission au sein des établissements culturels de la Ville. C'est quand même le moins que nous devions faire. Je rappelle d?ailleurs que "Paris Musées" compte parmi ses salariés près de 50 guides et que les différents musées sont très attentifs aux pratiques des différentes agences et notamment aux prix qu'elles pratiquent.

Au-delà de ce travail déjà engagé, votre v?u évoque la situation spécifique des guides travaillant avec l'agence "City Wonders", qui se sont récemment et à juste titre mobilisés contre leurs conditions de travail. Vous abordez également les mesures réglementaires prises par l?Etat ainsi qu?une supposée négligence de la P.P. dans la validation des cartes professionnelles. Moi non plus, je n'ai pas été alerté sur ce sujet et c'est évidemment la Préfecture de police qui reviendra vers vous.

Si nous partageons nombre de points évoqués, j?ai cependant quelques difficultés à le voter en l?état car il excède très largement nos prérogatives.

Aussi, je vous propose un v?u de l'Exécutif qui nous permet, et c'est le plus important, de réaffirmer le soutien de la Ville de Paris aux guides conférenciers et à la poursuite du travail engagé pour conforter leur présence au sein de tous les établissements culturels et patrimoniaux de la Ville, sans pour autant leur promettre des avancées que nous ne serions pas en capacité d'obtenir, même si le sens de notre v?u est tout à fait identique au vôtre.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur JULLIARD.

Madame SIMONNET, conservez-vous votre v?u ?

Mme Danielle SIMONNET. - Le problème est que dans le v?u de l'Exécutif, et c'est dommage, c'est que vous ne faites pas d'allers et retours en amont. Vous auriez pu avoir au moins un mot dans le v?u de l'Exécutif dans ce que l'on demande pour interpeller "City Wonders".

Or, il n'y a rien qui l'interpelle dans la partie en gras dans le v?u. Je trouve cela dommage. En même temps, il y a des choses positives. Je voterai le v?u de l'Exécutif, mais je maintiens le mien.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par Mme SIMONNET, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de v?u déposé par l'Exécutif. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

Le projet de v?u est adopté. (2017, V. 117).