Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif au renforcement du dispositif GPIS dans le quartier des Hauts de Malesherbes.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2008


 

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - Nous allons examiner le v?u référencé n° 92 dans le fascicule, déposé par le groupe U.M.P.P.A., relatif au quartier des Hauts de Malesherbes.

Mme Brigitte KUSTER était inscrite. Mme Laurence DOUVIN s?exprime pour elle.

Mme Laurence DOUVIN. - Merci, Madame la Maire.

Nous allons effectivement ensemble, si vous le voulez bien, dans le quartier des Hauts de Malesherbes, où en 2006 le dispositif du G.P.I.S. a été mis en place. Malheureusement, à partir de 2007, l?O.P.A.C. n?a pas tenu ses engagements, puisqu?il n?a été maintenu que les interventions sur appel téléphonique et que le système des rondes a été supprimé.

Or, de nombreux locataires relayés par leurs associations souhaitent le rétablissement du dispositif initial avec les rondes, puisque cela s?intègre précisément dans les efforts de prévention que nous visons à accomplir.

C?est pourquoi nous demandons que le G.P.I.S. à travers l?O.P.A.C. rétablisse le dispositif de prévention sur appel téléphonique et celui des rondes quotidiennes afin de préserver la sécurité et la tranquillité des locataires des Hauts de Malesherbes et au-delà bien entendu des voisins.

Je vous remercie.

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - La parole est à M. Georges SARRE.

M. Georges SARRE, adjoint. - Madame la Présidente, je voudrais répondre aussi brièvement que possible.

La situation dans cette partie du 17e arrondissement, je vais la rappeler. La vérité, c?est que dans ce secteur, vous avez la chance de bénéficier de l?installation de la base parisienne du groupement inter bailleur de surveillance et donc du meilleur temps de réactivité de ce service.

La vérité concernant le 17e arrondissement, et plus précisément les Hauts de Malesherbes, c?est que cet ensemble immobilier a été construit récemment et que le G.P.I.S. l?a aussitôt intégré dans le patrimoine qu?il surveille afin d?éviter de façon préventive que ce lieu ne se dégrade. C?est ainsi que quatre cent quarante sept rondes ont été effectuées sur le site des Hauts de Malesherbes en 2007, et déjà deux cent sept depuis le début de l?année 2008, dont trente-six en juin.

Comme vous le voyez, c?est donc plus qu?une ronde par jour. D?ailleurs, on me dit que les représentants associatifs des habitants, notamment M. BOULAND pour ne pas le citer, font part de leur satisfaction quant à l?action du G.P.I.S.

Puis, il y a des indicateurs qui ne trompent pas, quand les six cent cinquante quatre rondes effectuées par le G.P.I.S. depuis dix-huit mois ne donnent lieu qu?à neuf évictions des parties communes, c?est bien que le site est plutôt calme. D?ailleurs, s?ils veulent une plus grande présence - je parle des locataires du G.P.I.S., j?invite les habitants à l?appeler, puisqu?il se déplace en plus des rondes sur simple appel téléphonique des habitants. Mais le G.P.I.S. reçoit moins de trois appels par mois de la part des habitants de ce site qui n?ont donc, Madame la Maire, pas le même sentiment que vous sur l?impérieuse nécessité d?y installer un homme du G.P.I.S. à chaque étage.

La vérité, enfin, c?est que le G.P.I.S. remplit bien sa mission à Paris. Je souhaite qu?il le fasse mieux encore et d?ailleurs, nous avons augmenté ses moyens. Nous y consacrons près de 6 millions d?euros par an, près des deux tiers du budget de fonctionnement de la DPP. Nous devons aussi réfléchir à raccourcir ses délais d?intervention dans le sud et l?est parisien, plus éloignés de la base, mais franchement, quand on se souvient de ce qui se passait avant, notamment avant le N.S.2., je crois que la majorité de l?époque, l?opposition aujourd?hui, devrait être fair-play.

Je vous demande de retirer votre v?u, car le dispositif de prévention d?appels téléphoniques et de rondes quotidiennes que vous demandez de rétablir existe déjà.

Voilà ce que je voulais vous dire en essayant de faire court au maximum.

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe présidente. Souhaitez-vous retirer votre v?u, Madame DOUVIN ?

Mme Laurence DOUVIN. - Le v?u est maintenu puisque nous avons entendu un bilan de satisfaction du G.P.I.S., mais nous avons un sentiment d?insécurité des habitants, qui est aussi important et s?exprime fortement.

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe présidente. - Avis de l?Exécutif ?

M. Georges SARRE, adjoint. - Défavorable, rejet.

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe U.P.P.P.A., assortie d?un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.