Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2017 DAC 795 - Aide indirecte dans le cadre de la convention d’occupation pour le cirque Bormann Square Carlo Sarrabezolles, 5, rue Lucien-Bossoutrot (15e).

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2017


 

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Nous examinons le projet de délibération DAC 795 pour une aide indirecte dans le cadre de la convention d'occupation pour le cirque Bormann Square.

La parole est à Jacques BOUTAULT pour commencer, puis à Claire de CLERMONT-TONNERRE, qui est là, puis à Danielle SIMONNET, si elle revient en séance.

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. - Madame la Maire, chers collègues, ce projet de délibération tend à régulariser la situation du cirque Bormann qui avait occupé dans le 19e arrondissement un lieu sur lequel il s'était installé il y a quelques années. Ce projet de délibération nous amène à devoir approuver la mise à disposition d'un nouveau lieu, dans le 15e arrondissement cette fois, au cirque Bormann, contre une redevance symbolique.

Seulement, si nous sommes tout à fait d'accord avec ce principe de pouvoir aider les cirques et soutenir les arts circassiens, nous nous questionnons et nous regrettons, en tant qu?écologistes, que cette convention ne soit pas accompagnée d'une demande de la Ville que ce cirque n'exploite plus des zèbres, des lamas, des tigres, chameaux et autres animaux sauvages, puisque, suite à un v?u qu'avaient déposé les Ecologistes sur ce sujet en Conseil de Paris, une mission, dirigée par Pénélope KOMITÈS, travaille sur la question des animaux dans la ville, et notamment des animaux de cirque. En attendant les conclusions de cette mission, il aurait été juste que la Ville décrète un moratoire sur la présence d'animaux dans les cirques, il aurait été très simple d'indiquer dans cette convention que, sur ce nouveau lieu, la Ville ne souhaitait pas que des animaux soient exploités à des fins de divertissement.

C'est la raison pour laquelle les Ecologistes voteront contre ce projet de délibération.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci.

Madame Claire de CLERMONT-TONNERRE, à vous la parole.

Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE. - Merci, Madame la Maire.

Madame la Maire, mes chers collègues, c'est par le biais d'un projet de délibération de neuf lignes portant sur des autorisations d'urbanisme que nous avons découvert, en janvier, le projet d'implantation du cirque Bormann dans le 15e. Ce cirque est actuellement installé porte d'Aubervilliers sur une emprise foncière que vous venez de céder à "Chanel". Ce terrain devant être rapidement libéré, vous avez choisi de reloger le cirque avec ses chapiteaux dans le Sud du 15e, sur la partie ouest du square Sarrabezolles, juste en face du futur siège d?"Altice Media". Si, sur le principe, nous sommes favorables à l'arrivée du cirque Moreno, plusieurs questions restent en suspens.

Tout d'abord, pourriez-vous nous assurer que l'installation permanente de plus de 20 caravanes, camions et édicules sur un site classé en totalité en zone urbaine verte, est bien compatible avec le Plan Biodiversité ? Deuxième question : le chapiteau pouvant accueillir près de 900 spectateurs, comment le public accédera-t-il au site, sachant qu?il n?existe pas de possibilité de stationnement ? Qui plus est, l?accès au site est complexe du fait des mesures de sécurité imposées par le Ministère de la Défense voisin et de l'étroitesse de la rue Lucien-Bossoutrot.

Enfin, Madame la Maire, comment avez-vous pu autoriser l'abattage d?une première vague de 11 arbres, alors que le maire de l?arrondissement ne vous avait pas donné son accord ?

Les deux premières questions que je viens d'évoquer ont déjà été soulevées lors de notre Conseil de janvier sans qu?à ce jour nous n?ayons obtenu de réponses concrètes, pas plus que nous n?avons eu d?avancées sur le contenu du v?u que nous avions pourtant voté à l?unanimité.

Nous souhaitons donc savoir si l?étude de réaménagement paysager de l?ensemble du square Sarrabezolles a bien été lancée, mais aussi à quelle date l'?uvre de Frank GEHRY, intitulée "Le téléphone" sera enfin installée dans le square, en lisière du boulevard Martial-Valin.

En complément des réponses concrètes que nous attendons, nous vous demandons, Madame la Maire, de ne pas oublier de convier la mairie du 15e aux réunions organisées par le Secrétariat général, qu'elles portent sur l'implantation du cirque Bormann ou sur le réaménagement de l'ensemble du square Sarrabezolles, ce qui n'a pas été le cas récemment. Je vous remercie.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci. La parole, pour vous répondre, est à Bruno JULLIARD.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint. - Merci, Madame la Maire. Merci aux orateurs.

Quelques éléments de réponse. D'abord, pour remercier tous ceux qui ont contribué à ce processus de relogement du cirque Bormann dans le 15e arrondissement, prévu courant 2017, afin de libérer l'emprise occupée actuellement par ce même cirque porte d'Aubervilliers. Ce projet de délibération permet de fixer les conditions de la convention d'occupation temporaire du terrain par le cirque, incluant une minoration de redevance au regard de l'activité d'intérêt général développée par le cirque.

Concernant les quelques questions qui m'ont été posées, d'abord, peut-être, par Mme de CLERMONT-TONNERRE. Bien évidemment, l'ensemble du dispositif, le cirque, mais l'ensemble des véhicules accompagnant le cirque, répondront et seront compatibles avec le Plan Biodiversité. Sur les modalités d'organisation, notamment des abords du cirque, nous vous proposons une rencontre très prochainement avec la mairie du 15e arrondissement, la Ville et les directions de la Ville concernées, ainsi que la direction du cirque pour définir avec vous les modalités et les aménagements nécessaires s'il y a besoin de quelques modifications, ne serait-ce que pour faire le point sur l'installation.

Concernant l'abattage des arbres, il y a eu une procédure d'urgence qui a été activée pour tenir le calendrier. Je regrette qu?en effet, le calendrier ne nous ait pas permis d'aller plus loin dans la concertation avec vous, mais comme, je crois, nous l?avons dit au directeur de cabinet du maire du 15e, l'identification de cette parcelle et de sa compatibilité s'est fait au terme de longs mois de recherche et d'études par les services, dans un calendrier très contraint. La confirmation de faisabilité est intervenue juste avant Noël et nous avons pris contact avec la mairie du 15e début janvier. Mais je reconnais que le caractère très contraint, puisqu?il nous fallait libérer la parcelle dans le 19e rapidement, ne nous a pas permis de réaliser l'ensemble des concertations de manière aussi poussée que nous aurions souhaité nous-mêmes le faire. Je propose de rattraper cela avec cette rencontre prochaine avec les équipes du cirque et, évidemment, la Ville de Paris.

Concernant le réaménagement du square, nous y sommes favorables. Pénélope KOMITÈS en a elle-même la responsabilité. Le square est inscrit à l?inventaire des équipements de proximité. En lien avec vous, nous souhaitons effectivement et sommes favorables à étudier ce projet de réaménagement. Pénélope KOMITÈS vient de me le confirmer il y a un instant.

Concernant la cabine téléphonique de Sophie CALLE et Frank GEHRY, qui est une très belle ?uvre, à l?entretien complexe, il faut bien le reconnaître, nous sommes tous favorables, vous-même comme nous, à la réinstallation de la cabine de Sophie CALLE et Frank GEHRY, qui est bien avancée, dans le square concerné, en accord avec vous-même. Nous sommes en attente de la réponse des deux artistes, enfin, de l'architecte et de l'artiste, Sophie CALLE et Frank GEHRY. Si nous obtenons leur accord, ce que je pense, nous pourrons envisager, je le souhaite rapidement, la réinstallation de la cabine téléphonique, qui est donc une ?uvre d'art, je le précise, dans les meilleurs délais.

Concernant la présence d?animaux dans le cirque, c?est un sujet qui nous anime depuis de nombreux mois maintenant. Je rappelle tout d'abord qu'un cadre légal et réglementaire très contraint s?impose à l?ensemble des cirques. Le cirque Bormann, évidemment, en fait partie. La législation française est d'ailleurs l'une des plus restrictives en la matière, hormis certains pays qui ont interdit toute forme de présence animale, notamment des pays du Nord de l'Europe. Mais, sinon, la législation française est l?une des plus restrictives. On peut juger - c?est votre cas, cher Jacques BOUTAULT - que cela n'est pas suffisant. Il existe tout de même une Commission nationale consultative sur l?attribution du certificat de capacité à présenter des animaux dans les cirques, dans laquelle de nombreux scientifiques, spécialistes animaliers siègent et dans laquelle, d'ailleurs, le cirque Bormann siège lui-même. Il est sensible à cette question. C'est d'ailleurs un acteur particulièrement respecté et reconnu du secteur.

C'est une discussion qui, évidemment, n'est pas simple puisque derrière cette interrogation tout à fait légitime sur la place des animaux dans les cirques, je partage votre approche, l?approche qui vise à interdire purement et simplement la présence des cirques avec animaux sur le territoire parisien. Ce n?est tout de même pas simple puisqu?il faut tout de même prendre en compte, à la fois les attentes d'un public très nombreux de familles parisiennes. Ces cirques représentent, par ailleurs, des emplois, ont bâti un modèle économique, ont investi des sommes importantes dans du matériel. Et donc, il nous faut probablement engager un travail pluriannuel, même si, sur les perspectives, je pense que nous pouvons ne pas être si éloignés que cela.

Je vous renverrai donc à la concertation qui est parfaitement menée avec brio par Pénélope KOMITÈS sur ce sujet, pas uniquement ce sujet, mais qui intègre la présence d'animaux en cirque à laquelle participent les représentants des principaux cirques en activité, les services de la Préfecture et les groupes politiques du Conseil de Paris dans le cadre de la Mission animaux que pilote ma collègue Pénélope KOMITÈS depuis le début de l'année. Il nous faudra revenir - je conclus par cela - devant le Conseil de Paris dans les mois qui viennent pour qu?une décision de principe puisse être prise et qu?un agenda pluriannuel, si nous tombons d'accord, puisse être pris avec des engagements pour les années à venir.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci beaucoup, Bruno JULLIARD.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 795.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2017, DAC 795).

2017 DICOM 13