Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par Mme SIMONNET relatif aux emplois des magasins "Tati". Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2017


 

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Les v?ux nos 25 et 25 bis sont relatifs aux emplois des magasins "Tati", et c?est Mme SIMONNET qui le présente en deux minutes.

Mme Danielle SIMONNET. - Oui, "Tati", c?est un magasin qui fait vraiment partie de la culture populaire de Paris, et ce qui est surtout extrêmement grave, à travers la situation à Tati, c?est le risque de suppression de plus de 1.700 emplois salariés. Il y a une mobilisation sociale très dure, puisque la sauvegarde de l?entreprise est extrêmement menacée par le groupe "Eram" et sa filiale "Agora Distribution", et donc, à travers ce v?u, je souhaite que l?ensemble du Conseil de Paris exprime à la fois sa solidarité et son soutien à l?ensemble des salariés dont les emplois sont menacés, et que l?on interpelle également la direction d?"Eram" pour qu?ils prennent leurs responsabilités dans le maintien dans l?emploi.

Il y a aussi, bien sûr, comme vous le savez, plusieurs repreneurs potentiels. Eh bien, quels qu?ils soient, ils doivent s?engager pour la préservation de ces emplois. La mobilisation doit être sans faille. On voit bien, depuis la loi Travail, qu?il y a une accélération des plans sociaux sur Paris, avec une dureté, où ce sont les postes souvent les plus difficiles, les plus précarisés, les moins bien rémunérés qui sont en jeu.

Il y a vraiment un regard à porter par la Ville de Paris pour préserver les emplois du commerce, qui sont vraiment fortement attaqués. Et donc, il est extrêmement important que notre mobilisation soit déterminée à leurs côtés et que les employeurs prennent leurs responsabilités, tant sur le plan des indemnités que sur l?ensemble des mesures qui doivent faire l?objet d?un plan social. Je souhaite vraiment que la mobilisation soit sans faille à ce Conseil de Paris aux côtés des salariés de "Tati".

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci beaucoup.

Pour vous répondre, la parole est à Mme Pauline VÉRON.

Mme Pauline VÉRON, adjointe. - Madame la Maire, mes chers collègues, nous suivons de très près la situation des salariés de "Tati" depuis l?annonce de la cession de l?enseigne par le groupe "Eram" en mars dernier. Notre Conseil a adopté un v?u en soutien aux salariés de Tati dès le mois de mars. J?ai fait un point d?actualité complet lors de notre dernière séance de mai à l?occasion d?une question d?actualité posée par le maire du 18e Eric LEJOINDRE, et la semaine dernière, la Maire a eu l?occasion de manifester publiquement son soutien aux salariés suite à la décision du Tribunal de Commerce de repousser de quelques semaines l?examen des offres de reprise. Une bonne nouvelle, qui laisse le temps à chaque repreneur potentiel d?améliorer sa proposition en termes de maintien des emplois.

Au vu de cette dernière décision du Tribunal de Commerce et des changements d?interlocuteurs au niveau national, nous présentons à ce Conseil un nouveau v?u de l?Exécutif en soutien aux 1.754 salariés concernés par la cession d?"Agora Distribution". Je rappelle, comme à chaque fois, qu?il s?agit essentiellement de femmes, seniors pour la plupart d?entre elles, avec de faibles revenus, puisque c?est la réalité des conditions de travail dans ce secteur du commerce.

Je voudrais vous donner les éléments d?actualité sur la cession de "Tati", puisque les offres de reprise sont désormais connues : trois offres de reprise ont été déposées auprès du Tribunal : le groupe Philippe GINESTET, le consortium formé par la "Foir?Fouille", "Stokomani", "Centrakor", "Maxi Bazar" et "Dépôt Bingo", et le groupe "Babou". Les représentants du personnel des différentes enseignes concernées ont été réunis en comité d?entreprise extraordinaire dans la semaine du 22 mai et ont pu étudier ces offres. L?un des C.E. s?est d?ailleurs prononcé en faveur de l?une des offres : celle de M. GINESTET.

Et dernier élément d?actualité important : le 29 mai, le Tribunal de Commerce de Bobigny, à la demande des représentants du personnel, a renvoyé au 19 juin l?examen des offres de reprise. Nous sommes donc dans une phase cruciale où les repreneurs ont encore quelques jours pour améliorer leurs offres en termes de reprise des salariés et de maintien des magasins.

Dans cette période décisive, de même que la Maire avait saisi le précédent Gouvernement, qui s?était fortement mobilisé pour que des offres de cession de qualité soient déposées, je propose en ce v?u de l?Exécutif que la nouvelle ministre du Travail soit elle aussi saisie du sujet, non seulement dans l?immédiat, pour peser sur les offres des repreneurs, mais aussi pour peser sur le groupe "Eram", si jamais des licenciements devaient avoir lieu afin qu?un plan social exemplaire soit mis en place, mais nous n?en sommes pas encore là. La Maire interpellera par ailleurs directement les repreneurs pour qu?ils présentent les meilleures garanties à l?ensemble des salariés, dont je tiens à souligner le courage et le sens des responsabilités dans cette période si anxiogène.

Je constate donc que nos préoccupations rejoignent grandement les vôtres, Madame SIMONNET.

Je vous invite donc à retirer votre v?u au profit de celui de l?Exécutif.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci beaucoup pour cette réponse. Je vais donc mettre aux voix le v?u n° 25 et le v?u n° 25 bis. Ah non, Danièle PREMEL voulait donner une explication de vote. Vous également ? D?abord Danièle PREMEL, et puis ensuite vous.

Mme Danièle PREMEL. - Merci, Madame la Maire.

"Tati" est pour nous un combat syndical qui s?oppose aux licenciements. C?est aussi la défense d?une image, d?une mémoire parisienne.

Les communistes du 18e se sont mobilisés dès le début pour soutenir les salariés de "Tati". Nous avons été présents auprès des salariés dès le premier rassemblement, et avec eux, Ian BROSSAT, devant le tribunal de Bobigny. Bien sûr, nous soutiendrons ce v?u, le v?u de l?Exécutif, car c?est sur le terrain, dans cet hémicycle, où nous avons déjà fait une intervention, que nous soutiendrons et que nous montrerons que nous sommes aux côtés des salariés de "Tati" pour leur avenir.

Je vous remercie.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci.

La parole est à M. David BELLIARD.

M. David BELLIARD. - Juste une explication de vote : nous voterons le v?u de l?Exécutif, parce que nous sommes évidemment mobilisés, et nos élus ont été extrêmement mobilisés auprès des salariés dans cette affaire. Et juste aussi pour préciser que l?argument de l?emploi, qui est évidemment extrêmement important, ne doit pas cacher dans les offres de reprise une offre spéculative. Il y a un enjeu sur le quartier, et l?enjeu est double : il est à la fois évidemment de préserver les emplois et de garantir une offre commerciale avec des prix accessibles liés à la mixité sociale du quartier.

Je vous remercie.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Merci beaucoup à vous. Est-ce que le v?u n° 25 est maintenu, Madame SIMONNET ?

Mme Danielle SIMONNET. - Non, comme le v?u de l?Exécutif reprend bien le v?u initial et l?enrichit, évidemment, je retire le mien.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe, présidente. - Je vous en remercie.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de v?u déposé par l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

Le projet de v?u est adopté à l'unanimité. (2017, V. 149).