Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, DEVE 64 - Lancement d’un marché de conception-réalisation pour la création d’aires de jeux innovantes dans le cadre de l’aménagement du jardin des Halles (1er).

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2008


 

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint président. - Nous passons à l?examen du projet de délibération DEVE 64 relatif au lancement d?un marché de conception-réalisation pour la création d?aires de jeux innovantes dans le cadre de l?aménagement du jardin des Halles (1er).

Je donne la parole en l?absence de M. Jacques BOUTAULT à M. Yves CONTASSOT.

M. Yves CONTASSOT. - Je voulais féliciter que ce projet de délibération arrive, parce qu?effectivement il est temps que nous puissions réaliser un nouveau jardin d?aventure sur l?espace des halles, et il faudrait rappeler en deux mots que tout cela est le fruit d?une très longue démarche, qui a commencé par choisir un parti pris urbain complexe dans un secteur qui avait été maltraité pendant des années, et qu?il y ait une cohérence d?ensemble entre à la fois la rénovation ce que l?on appelle le nouveau forum, et le jardin.

Je dois dire que pour avoir été en responsabilité des discussions sur le jardin, je n?ai jamais vu un projet qui a donné lieu à autant de réunions, autant d?heures de concertation.

Certes, tout n?est pas parfait, tous les points de vue ne sont pas toujours cohérents et convergents, mais néanmoins je constate qu?il y a eu de nombreuses évolutions depuis le départ, des incompréhensions qui restent encore là, mais beaucoup de choses ont évolué.

On insistait sur deux d?entre elles, deux points qui me paraissent tout à fait fondamentaux. L?accord donné par le Maire de Paris sur le fait qu?il y aurait une continuité entre le jardin Lalanne actuel et ce nouveau jardin d?aventure. J?espère que cela va nous être confirmé, nous ne fermerons pas le premier tant qu?il n?y aura pas le second. L?accord pour un certains nombres de fonctionnalités qui aujourd?hui régissent le jardin Lalanne, notamment les éco-éducateurs, et j?espère que là encore on n?aura pas de mauvaise surprise. Mais il reste encore quelques points à préciser notamment l?accessibilité en termes d?horaires, en termes de nombre d?enfants en même temps, les tranches d?âge, et la possibilité pour les parents d?accompagner à certains moments leurs enfants, etc., tout cela reste encore à discuter.

Je dois dire que c?est toujours compliqué quand on discute de ce projet, parce qu?il est un peu trop ?saucissonné?, de mon point de vue, et il est fort dommage que l?on ne puisse pas avoir le débat global, notamment sur les évolutions qui pour le coup me paraissent plutôt être des régressions sur la partie canopée avec la suppression de la passerelle qui va renforcer le caractère commercial de ce lieu, et je le regrette beaucoup, les Halles n?ont pas besoin d?avoir un renforcement de ce côté commercial. Au contraire, on devrait sans doute l?amoindrir au profit d?autres aménagements comme des équipements. Voilà ce que je voulais dire et me féliciter que ce projet avance tel qu?il est en ordre de marche, si j?ose dire, depuis déjà de nombreuses années.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint président. - Merci, Monsieur CONTASSOT.

La parole est à Mme Karen TAÏEB.

Mme Karen TAÏEB. - Merci, Monsieur le Maire.

Oui, mes chers collègues, je tiens juste à réitérer le soutien des élus du groupe M.R.C. pour le travail accompli par la municipalité, tout particulièrement Mme Anne HIDALGO, sur ce dossier de grande ampleur, Mme GIBOUDEAUX également, sur les modalités de mise en ?uvre du projet qui n?ont cessé d?être accompagnées d?un important dispositif de concertation de toutes les personnes concernées.

Alors sur ce projet urbain à échelle du site qui va de la rue du Louvre à Beaubourg, il n?y a pas lieu d?épiloguer. Les nombreux inconvénients du site des Halles, que ce soit en termes de dégradation du site, du problème de sécurité, du caractère chaotique des accès aux transports et des itinéraires de surface, n?en peuvent plus d?attendre.

Il y a donc urgence de procéder à un réaménagement complet et global, notamment en restituant des continuités urbaines et en redéfinissant les voiries souterraines et de surface par un projet global et cohérent permettant de faire de ces espaces un lieu agréable de vie.

Nous comprenons que la concertation puisse être passionnée, que ce soit pour connaître les itinéraires, les liaisons avec les transports, l?architecture du projet retenu, les aménagements du jardin de 4,3 hectares qui verra le jour, les conséquences liées à la sécurité, etc.

Il est normal que cette petite révolution architecturale suscite débats et passions, car les habitants voient leur quotidien se transformer. Ce qui est en revanche très regrettable, c?est de voir cette cabale orchestrée politiquement et relayée par la presse, notamment sur la fermeture de ce jardin Lalanne, pour en créer un autre à 200 mètres. Hérésie que de changer un jardin des années 80 dont les équipements ne répondent plus aux normes de sécurité nécessaires, un jardin caché et constitué de dédales, en un jardin plus accueillant aux normes de sécurité et qui fera partie d?un projet de réaménagement global.

La Mairie de Paris a organisé une réunion le 29 mai dernier pour expliquer pourquoi le jardin d?aventure Lalanne ne pouvait être maintenu, le projet conduit à une réorganisation des parcours, des souterrains, et des espaces traversés par 40 millions de personnes par an, 800.000 voyageurs par jour en ce qui concerne le RER.

Aujourd?hui, le projet de délibération porte sur un concours pour de futurs jeux qui seront implantés dans le futur jardin des Halles, et je veux exprimer mon incompréhension à la lecture de cette lettre de l?association ?Accomplir?, que j?ai reçue comme vous mes chers collègues, je regrette profondément le fond et la forme, le ton péremptoire, les propos démagogiques et la mise à l?index nominative utilisée par cette association, et de rappeler que la concertation c?est le dialogue, le débat, l?écoute et non le manque de respect total pour le travail de réflexion effectué.

Je vous remercie.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci, Madame Karen TAIEB.

En l?absence des autres orateurs inscrits, c?est-à-dire M. Jacques BOUTAULT et M. Jean-François LEGARET, je vais donner la parole à Mme GIBOUDEAUX pour répondre.

Mme Fabienne GIBOUDEAUX, adjointe, au nom de la 4e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.

Oui, il s?agit vraiment d?un projet global d?un jardin qui s?inscrit dans la continuité de la canopée. Le souci et la difficulté sur ce projet, c?est d?en faire un projet qui réponde aux attentes à la fois locales, parfois hyper locales et aussi métropolitaines, voire internationales, car on sait que les Halles est un site très fréquenté. Le parti de SEURA propose justement un jardin de grande ampleur, un jardin ouvert sur l?espace extérieur qui valorise le paysage environnant et aussi qui prend en compte les demandes locales. A ce titre, il y a eu beaucoup de réunions de concertation et elles ont fait changer déjà ce projet qui va encore sûrement évoluer. C?est bien un compromis intéressant entre un parti pris qui maintient un projet d?envergure et aussi un projet qui répond aux attentes locales.

Sur cette nouvelle aire de jeu, oui, c?est vrai, ce n?est pas simple de quitter ce que l?on connaît déjà. Il y a un attachement que je comprends très bien des habitants de ce quartier à ce jardin Lalanne, mais aujourd?hui, ce jardin pose pas mal de problèmes. J?ai eu l?occasion d?exposer d?ailleurs pourquoi nous avons décidé de créer un autre jardin lors d?un groupe de travail en mai dernier. Ce jardin pose des problèmes de sécurité, cela a été dit par Yves CONTASSOT, il n?est pas aux normes et il n?y aurait aujourd?hui que les deux cinquièmes de ce jardin qui pourraient être utilisés.

A terme, déjà avec 150.000 euros de travaux qui ont déjà été réalisés pour pouvoir utiliser ce jardin en partie, et à terme, on ne sait même pas comment arriver à mettre aux normes ce jardin. Cela pose une difficulté technique et financière, mais surtout technique qui pose un réel problème.

C?est aussi un jardin qui ce situe à proximité de la future Canopée et il n?aurait pas du tout la qualité qu?il a aujourd?hui, car il serait complètement au bord de la Canopée, à la sortie des flux piétons des personnes qui viendront à la fois de la Canopée et du sous-sol. On ne peut donc pas buter d?un point de vue urbain ; il était incohérent de maintenir ce jardin : on aurait buté sur la clôture de ce jardin qui a vocation d?être un jardin fermé.

Il y a d?autres raisons qui ont été exposées dans ce groupe de travail, donc c?est vraiment en toute concertation, car moi aussi, je me suis posée la question : pourquoi supprimer un jardin ? Ce n?est jamais une décision que l?on prend à la légère et c?est avec les services et avec les urbanistes que l?on s?est posé cette question de façon tout à fait transparente et complète et on a apporté les réponses qui étaient portées par les associations. Ce travail a été fait.

Alors, oui, ce nouveau jardin est un vrai pari, un pari qui m?intéresse, car à Paris, on a énormément de demandes de nouveaux jardins, de nouvelles aires de jeux qui ne ressemblent pas aux aires de jeux classiques, qui sont fabriquées par des catalogues de fabricants, mais des aires de jeux singulières, qui s?adaptent à l?endroit où elles s?inscrivent. À ce tire, je vous invite à aller voir l?aire de jeux qui va s?ouvrir dans le parc de Belleville, qui est aussi une aire de jeux dessinée par un concepteur, et qui s?adapte à la topographie du parc et aux besoins des jeunes du quartier. Aux Halles, c?est pareil : on a un grand défi qui est de faire un jardin d?enfants plus ouvert que le jardin Lalanne, avec des tranches d?âge plus élargies, mais qui garde aussi une créativité, l?aspect artistique sera donc très important, et qui assure aussi une pérennité dans l?usage et que l?on ne se retrouve pas à gérer un équipement, comme c?est le cas du jardin Lalanne, très coûteux à long terme et qui, à terme, va être obligé d?être fermé.

Il s?agit donc de trois paramètres : sécurité, créativité, et aussi l?élargissement des tranches d?âge qui a motivé ce cahier des charges.

Concernant la question posée par Yves CONTASSOT, oui à la continuité d?usage des aires de jeux pour les enfants. C?est important, car je l?ai dit, ce projet de jardin répond à des besoins locaux tout à fait légitimes de parents qui ont des enfants dans le quartier, et surtout dans le 2e arrondissement, où l?on a peu de jardins. Il était donc important de maintenir une aire de jeux en activité dans ce jardin des Halles. La livraison de ces aires de jeux est donc prévue à l?été 2010, avant que les travaux de la Canopée ne démarrent. On aura donc une complète continuité entre le jardin Lalanne tel qu?il est aujourd?hui et cette future aire de jeux.

Evidemment, nous souhaitons garder l?esprit du jardin Lalanne existant, pas seulement dans sa conception, mais aussi dans sa gestion. Nous souhaitons qu?il y ait un espace avec des animateurs pour que les enfants ne soient pas accompagnés par leurs parents, mais vivent un moment autonome et singulier, un moment de découverte, de jeu qui est la qualité de ce jardin Lalanne. Tout cela sera maintenu.

Je tenais à dire que dans le cahier des charges figurent les comptes rendus des ateliers - l?atelier Delaunay - qui ont pris en compte les qualités du jardin Lalanne tel qu?il était au départ, et aussi les demandes des habitants, des associations, donc c?est vraiment un travail de qualité fait en concertation qui vous est proposé aujourd?hui. C?est pour cela que je vous invite à voter ce projet de délibération.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci, Madame GIBOUDEAUX.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DEVE 64.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2008, DEVE 64).