Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, DAC 275 - Signature d’un 2e avenant à la convention triennale d’objectifs passée avec l’établissement public, industriel et commercial “Centre national de la chanson, des variétés et du jazz” (C.N.V.) (8e) pour l’attribution d’une subvention. - Montant : 100.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2008


 

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du projet de délibération DAC 275 relatif à l?attribution d?une subvention de 100.000 euros au ?Centre national de la chanson, des variétés et du jazz? (C.N.V.).

M. François LEBEL interroge M. Christophe GIRARD.

M. François LEBEL, maire du 8e arrondissement. - Je corrige également, ce ne sont pas 100.000 euros mais 200.000 euros de subvention puisque les 100.000 euros ne sont que la deuxième partie d?une subvention globale de 200.000 euros.

Rassurez vous, Monsieur GIRARD, nous voterons cette subvention.

A y regarder de près, on peut s?interroger sur le montant considérable de cette subvention pour un centre national, fut-il de la Chanson, des Variétés et du Jazz, d?autant qu?il s?agit d?un établissement commercial. Il est finalement un collecteur de subventions et de taxes parafiscales. Ses réserves financières sont en hausse d?une année sur l?autre, elles atteignent 32 millions d?euros, ce qui est considérable.

Il est finalement plutôt médiocrement géré puisque dans votre propre projet de délibération vous précisez, je cite : ?L?exercice 2007 semble annoncer un nouveau mode de financement du C.N.V. qui reposerait - notez le conditionnel - sur une gestion plus active de la trésorerie et une recherche de produits financiers.?

On ne saurait mieux dire que la gestion est à améliorer. Je me pose la question : à partir du moment où vous refusez 1.500 euros au lycée Racine qui est le premier lycée parisien pour l?activité sportive, donner aussi libéralement 200.000 euros à cet établissement (je sais, Monsieur GIRARD, que vous n?êtes pas le responsable des sports) démontre qu?il y a en l?occurrence deux poids et deux énormes mesures différentes.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Monsieur LEBEL.

Je donne la parole à M. Christophe GIRARD.

M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.

M. LEBEL me donne toujours l?occasion de préciser des choses que nous ne savons pas forcément les uns et les autres sur la nature des établissements ou des institutions que nous finançons.

Le C.N.V. n?est pas un établissement commercial. Il a une autre nature, il ne fait pas de bénéfice et n?a pas d?activité commerciale.

Il a un budget global de 20 millions d?euros et nous soutenons la campagne d?affichage pour les 723.000 euros.

La convention passée avec le C.N.V. et approuvée par le Conseil de Paris lors de sa session de novembre 2007 précise les modalités de partenariat de cette structure avec la Ville.

Un soutien de la Ville est apporté à la mise en place d?un réseau d?affichage spécifique aux spectacles de jazz et de variété à la demande de la Ville, réseau proposé en priorité aux producteurs et aux entrepreneurs de spectacles organisant des manifestations dans des salles parisiennes dont la jauge est inférieure à 500 places.

C?est bien la notion de petite salle, de salle intermédiaire qui a en effet un public bien spécifique.

L?expertise du C.N.V. pour l?étude de dossiers concernant l?aménagement ou l?équipement de lieux de spectacle parisiens, la mise à disposition du centre de ressources mis en place par le C.N.V. permettant aux services de la Ville de disposer d?informations et de statistiques sur la diffusion de spectacles musicaux et sur l?activité des acteurs des musiques actuelles à Paris.

Le budget global du C.N.V. s?élève à 20,4 millions d?euros. Le budget 2008 correspondant au réseau d?affichage est lui de 723.000 euros. La participation de la Ville me semble raisonnable. Elle serait de 200.000 euros en 2008.

Monsieur LEBEL, vous êtes maire d?un arrondissement qui se transforme et qui a un grand public métissé, un public international, parisien et francilien, avec un théâtre du Rond-Point particulièrement vivant. Veillons à ce que notre Ville ne soit pas une ville de marmottes et que nous aidions ici ou là tous ceux qui aiment aussi la nuit comme on aime le jour.

N?était-ce pas Éluard qui disait que la nuit est plus active que le jour ?

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci beaucoup, Monsieur GIRARD, pour cette réponse.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 275.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2008, DAC 275).