Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

I - Question d'actualité posée par le groupe Socialiste et Apparentés à Mme la Maire de Paris relative à l'accueil et à la prise en charge des réfugiés.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2017


 

Mme LA MAIRE DE PARIS. - La première question d'actualité est posée par le Président du groupe Socialiste et apparentés.

M. Rémi FÉRAUD, maire du 10e arrondissement. - Chers collègues, depuis deux ans, de très nombreux réfugiés sont arrivés en Europe et à Paris, fuyant des conflits meurtriers qui perdurent encore aujourd'hui.

Depuis le début de cette année 2017, ce sont 45.000 migrants qui sont déjà arrivés sur les côtes italiennes.

Dès le début de la crise migratoire, notre Municipalité a courageusement pris la mesure d'une situation humanitaire très grave et inédite par son ampleur dans notre ville.

Le 10 novembre 2016, après de nombreux autres efforts au cours des mois précédents, le centre d'accueil humanitaire pour les réfugiés a ouvert Porte de la Chapelle. Il a permis depuis 6 mois d'héberger et d'accompagner dans leur demande d'asile en France plus de 10.000 personnes. Depuis deux ans, ce sont au total 40.000 migrants présents sur le territoire parisien qui ont ainsi été mis à l'abri, et 34.000 personnes qui ont bénéficié d'un accompagnement social.

Le centre de la Chapelle constitue aussi un lieu d'accompagnement social et sanitaire. En 6 mois, les équipes d'Emmaüs Solidarité ont apporté leur aide à 34.000 migrants en accueil de jour, avec le soutien de structures comme Médecin du Monde, le SAMU Social ou Utopia 56, mais aussi de plusieurs centaines de bénévoles qu'il faut remercier.

Le pôle santé a également réalisé plusieurs milliers de consultations médicales, de bilans infirmiers, de consultations psychologiques. Le centre d'Ivry-sur-Seine a lui-même ouvert en janvier 2017 pour accueillir cette fois les femmes et familles migrantes sur un terrain qui appartient à la Ville de Paris.

Aujourd'hui, 75 % des personnes accueillies au centre de premier accueil sont orientées par l'État dans les 10 jours qui suivent leur arrivée. Nous savons...

Mme LA MAIRE DE PARIS. - S'il vous plaît, ce n'est pas parce que vous arrivez en retard qu'en plus, il faut perturber la séance.

M. Rémi FÉRAUD, maire du 10e arrondissement. - Je ne suis pas sûr que le sujet les passionne. Aujourd'hui, 75 % des personnes accueillies au centre de premier accueil sont orientées par l'État dans les 10 jours qui suivent leur arrivée. L'objectif poursuivi est de les orienter à 100 % grâce à une mobilisation accrue des services de l'État et de la solidarité nationale.

Car, cette crise migratoire que nous connaissons appelle des réponses dans tout l'Hexagone. Cela n'est à l'évidence pas le moment aujourd'hui de diminuer l'effort de solidarité nationale. Il est donc urgent que d'autres centres ouvrent en France et que le dispositif d'hébergement des demandeurs d'asile se développe à hauteur des besoins. Sinon, nous savons que des campements de rue se reconstitueront, notamment dans le nord-est de Paris, dans les 10e, 18e et 19e arrondissements où la situation, nous le savons, reste fragile.

Nous avons ainsi récemment appris la volonté de Médecins sans frontières d'ouvrir un nouveau centre pour les jeunes migrants isolés. Nous nous en réjouissons, car c'est un nouveau maillon important dans le dispositif global d'accueil complémentaire de nos actions. Nous savons combien la question de la prise en charge des jeunes est complexe et aujourd'hui un enjeu sur le territoire parisien.

Alors qu?un nouveau gouvernement a été formé il y a quelques jours, et que la tutelle du dossier migratoire semble confiée à la fois au ministre de l'Intérieur et à celui de la Cohésion des territoires, alors que peut-être des discussions ont commencé à s'engager, nous souhaitons savoir, Madame la Maire, si vous avez obtenu des assurances de la part des autorités de l'État, que l'implication du Gouvernement dans les mois qui viennent sera à la hauteur de l'enjeu.

Je vous remercie.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - C'est moi qui vous remercie.

Je demande à Mme Dominique VERSINI de bien vouloir vous répondre.

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - Merci, Madame la Maire.

Mes chers collègues, tout d'abord, Monsieur le Maire, je vous remercie de poser cette question qui nous permet de communiquer tout d'abord comme nous le faisons à chaque Conseil, les derniers éléments de bilan d'activité du centre humanitaire pour primo arrivants situé Porte de la Chapelle, ainsi que les derniers éléments relatifs au centre d'Ivry pour les femmes, couples et familles avec enfants.

Depuis l'ouverture du centre de la Porte de la Chapelle le 10 novembre dernier, c'est plus de 11.000 personnes qui ont été mises à l'abri. Plus de 8.000 hommes isolés, hébergés au sein même du pôle hébergement de la Chapelle, parmi lesquels plus de 6.000 hommes sont sortis via une orientation par l'État en structure adaptée, CAO ou CHU migrants. 75 % des personnes ont été orientées à partir du centre de la Chapelle et leur demande d'asile est en cours d'instruction.

Egalement, se sont présentées à la Porte de la Chapelle plus de 1.000 personnes, femmes, familles avec enfants, qui ont été hébergées dans des centres dédiés ou au centre d'Ivry, spécifiquement ouvert depuis le 17 janvier.

Par ailleurs, pour faire lien avec mon précédent propos, plus de 832 familles, femmes avec enfants, ont été accueillies au centre d'Ivry.

Les premières indications laissent à penser que les flux d'arrivées de primo arrivants vont continuer à s'accroître d'ici l'été. Il est indispensable de dimensionner nos réponses au plus près des besoins, afin d'éviter la saturation du dispositif d'accueil, et donc la constitution de campements. Vous l'avez dit et je l'ai précisé également, 75 % des personnes accueillies au centre de premier accueil ont été orientées par l'État dans les 10 jours qui suivent leur arrivée. C'est encourageant, mais nous souhaitons désormais que l'État parvienne à assurer 100 % d'orientations en temps réel. C'est absolument indispensable pour préserver l'espace public dans le Nord de Paris autour de la Porte de la Chapelle.

D'ailleurs, nous l'avions bien constaté lors de l'intervention récente de mise à l'abri de plus de 1.600 personnes en mai dernier. Il est urgent de créer des places supplémentaires pour maintenir un niveau soutenu d'orientation et garantir la fluidité au sein du centre, condition "sine qua non" du bon fonctionnement de ce dispositif.

La Maire de Paris l'a d'ailleurs rappelé au Président de la République et au nouveau Gouvernement, Paris est très engagée sur l'accueil et surtout le premier accueil digne des réfugiés. Nous avons la volonté de poursuivre le partenariat que nous avons réussi à construire avec l'État ces deux dernières années.

Par ailleurs, effectivement, nous souhaitons que soient amplifiées les actions mises en ?uvre et nous souhaitons les voir se développer sur l'ensemble du territoire, car lorsque l'on est dans le Nord de Paris, on voit bien que l'on est sur un sujet qui relève de la solidarité nationale.

Il nous paraît même urgent que d'autres centres humanitaires soient créés en France, centres de premier accueil, notamment tout le long des grands points de la route migratoire, et ainsi que l'État développe des centres d'hébergement pour garantir une répartition équilibrée et soutenable pour les collectivités qui s'engagent dans l'accueil des réfugiés.

Nous espérons donc que la position du Gouvernement sera étayée au-delà des seuls propos tenus ce week-end par le Ministre de l'Intérieur, et qu'un plan ambitieux, à la mesure des enjeux qui nous attendent collectivement, sera mis en place assez rapidement.

Car bien évidemment et je terminerai sur cela, au-delà de la question de l'urgence de la mise à l'abri et de l'orientation des réfugiés, il nous paraît extrêmement important de renforcer le dispositif d'intégration des personnes qui s'inscrivent dans un parcours de demande d'asile et obtiennent le statut de réfugiés.

Voilà notre défi collectif pour les mois qui viennent, et sur lequel j'aurai l'occasion de revenir très prochainement vers vous, pour vous associer aux travaux que nous initierons à la rentrée sur l'intégration des demandeurs d'asile qui auront eu le statut de réfugié sur le territoire de Paris. Je vous remercie.

Mme LA MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup, Dominique VERSINI.

Est-ce que, Monsieur le Président, vous souhaitez reprendre la parole ? Je veux saluer le travail qui a été fait par, bien sûr, Dominique VERSINI, les adjoints concernés, le maire du 18e arrondissement également, et par les services de la Ville qui, avec les associations, ont ?uvré avec la Préfecture de Région Ile-de-France et la Préfecture de police, ont pu mettre en place un dispositif vraiment, je crois, exemplaire, même si celui-ci, comme cela a été dit, nécessite d'être revu à l'aune des flux qui continuent à être extrêmement importants. La répartition de ces personnes est un sujet majeur qui ne concerne pas que Paris, mais qui concerne la France toute entière. Nous serons amenés à faire des propositions en ce sens au gouvernement.