Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

QE 2016-28 Question de MM. Sergio TINTI, Nicolas BONNET-OULALDJ et de l’ensemble des élu-es du groupe Communiste - Front de Gauche à Mme la Maire de Paris relative aux créneaux horaires des associations sportives parisiennes dans les installations sportives scolaires.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2017


 

Réponse (M. Jean-François MARTINS, adjoint) :

"Depuis de nombreuses années, la Ville de Paris met à disposition de certaines associations sportives des créneaux dans les établissements scolaires avec lesquels est signée une convention de mise à disposition de leurs équipements sportifs.

Conformément à la lettre de mission de M. Jean-François MARTINS, l?offre en créneaux dans les équipements sportifs doit monter en puissance durant toute la mandature au bénéfice des associations sportives parisiennes. Ainsi, en complément d?une démarche d?ouverture des équipements sportifs municipaux en horaire de soirée, il a été imaginé de faire appel aux installations sportives situées au sein des établissements scolaires.

Cette démarche de développement a été initiée lors de l?année 2016, avec pour objectif un développement du périmètre dès la rentrée 2016, et une amplification sur les années scolaires suivantes. Cette volonté a été marquée par une augmentation de l?enveloppe dédiée au B.P. 2016 et 818.000 euros attribués les gymnases et 470.000 euros pour les piscines. Pour la saison 2016-2017, 22 conventions ont été établies. Parmi les difficultés identifiées concernant la recherche de nouveaux partenariats avec des équipements scolaires, deux sont particulièrement prégnantes :

- Une réticence des chefs d?établissements à laisser entrer des personnes étrangères à leur établissement au sein de ces derniers,

- Les tarifs proposés pour l?achat de créneaux sportifs restent un frein à un développement massif du dispositif.

Cependant, la démarche étant entamée et faisant désormais partie intégrante de la convention qui a été signée entre la Ville de Paris, le Rectorat et le CNOSF dans le cadre de la candidature de Paris à l?organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024, nous espérons pouvoir être en mesure d?obtenir plus de résultats sur les années 2018, 2019, 2020, y compris en revoyant au cas par cas le schéma économique."

Séance des 30 et 31 janvier 2017