Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Ecologiste de Paris relatif au partage de l'espace dans les transports en commun. Vœu déposé par le groupe Communiste - Front de Gauche relatif au "Manspreading".

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2017


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Nous passons maintenant aux travaux de la 4e Commission et nous commençons par l'examen des v?ux non-rattachés. Le v?u n° 49 est relatif au partage de l'espace dans les transports en commun. Anne SOUYRIS ? Quelqu'un d'autre ? La parole est à David BELLIARD.

M. David BELLIARD. - Oui, Monsieur le Maire, mes chers collègues.

Excellent v?u que nous déposons, proposition, comme vous le savez, un certain nombre d'hommes, notamment dans les transports en commun, prennent leur aise. Cette pratique, connue sous le nom de "manspreading", anglicisme dont nous n'avons pas trouvé d'équivalent français satisfaisant pour notre Conseil, est une pratique particulièrement machiste et discriminante. Comme cela se fait dans certaines grandes villes et grandes métropoles, dans les transports en commun, nous demandons à ce que notre Conseil et la Ville interpellent la R.A.T.P., en tout cas les dirigeants Ile-de-France Mobilité et la R.A.T.P. sur la nécessité de communiquer sur cette problématique du "manspreading" de façon pédagogique afin de faire reculer cette pratique.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Je vais vous proposer du coup d'étudier aussi le v?u n° 50 qui porte sur le même sujet et donner la parole à Nicolas BONNET-OULALDJ.

M. Nicolas BONNET-OULALDJ. - Mon collègue David BELLIARD a bien présenté le phénomène qui, d'ailleurs, a amené la Ville de Madrid, sur laquelle nous prenons beaucoup d'exemples, à mener une grande campagne de sensibilisation qui a fait la une des médias, il y a quelques semaines. Il y a eu aussi beaucoup de pétitions, beaucoup de mouvements d'associations féministes, d'usagères contre cette occupation, on va dire, mal appropriée des hommes de l'espace public. Nous nous faisons aujourd'hui l'écho de ces associations.

Nous proposons dans le v?u, dans la suite de ce que vient de dire David BELLIARD et je pense que l'Exécutif répondra de la même manière aux deux v?ux parce qu'ils sont très proches, à ce que la Ville puisse réfléchir à la diffusion de la même campagne de sensibilisation que celle réalisée à Madrid, que la Ville puisse continuer à développer des campagnes d'information visant à lutter contre le sexisme, que la Ville mette en application les recommandations établies par la guide référentiel "Genre et espace public" et enfin qu'une discussion ait lieu avec la Région Ile-de-France et le S.T.I.F. pour qu'une campagne contre le "manspreading" se mette en place dans les transports parisiens.

Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Pour vous répondre à tous les deux, la parole est à Mme Hélène BIDARD.

Mme Hélène BIDARD, adjointe. - Merci, Messieurs, chers collègues, d'avoir attiré l'attention de notre Assemblée sur ce sujet, sur le phénomène du "manspreading" qui consiste en l'habitude de certains hommes à se sentir autorisés à prendre toute la place au détriment des autres voyageurs, et notamment des voyageuses. Derrière ce phénomène qui peut prêter à sourire ou paraître assez anecdotique au regard d'autres sujets plus graves, le "manspreading" est bel et bien révélateur. C'est un symptôme de la place différente entre les hommes et les femmes dans l'espace public.

Son usage n'est pas neutre. Les rapports sociaux de sexe y jouent tout particulièrement depuis que les femmes refusent de rester cantonnées à l'espace privé et domestique. Je vous renvoie à la lecture de Geneviève FRAISSE qui a parfaitement décrit cette sexuation du monde. Mais le "manspreading" aussi peut être un moyen détourné pour commettre du harcèlement, à savoir des caresses non désirées ou subies, en réalité qualifiables d'agressions sexuelles. Et là, c'est beaucoup plus grave.

Les féministes parlent d'un continuum des violences faites aux femmes. Or à cette heure, 100 % des femmes déclarent avoir été harcelées dans les transports en commun. C'est un chiffre du Haut-Conseil à l'égalité. Il est plus que temps d'en prendre la mesure. Les femmes d'aujourd'hui aspirent à une réelle égalité, ne veulent plus subir en silence les oppressions du quotidien qui sont une réalité, n'en déplaise d'ailleurs à Valérie PÉCRESSE qui s'est sortie de ce débat en Conseil régional en demandant un état des lieux. On n'avait pas noté une telle prudence de la part de Valérie PÉCRESSE lorsqu'il s'agissait de stigmatiser le quartier de la Chapelle.

Pour toutes ces raisons, Christophe NAJDOVSKI et moi-même, nous donnons un avis favorable à vos deux v?ux, sous réserve d'amendements. Le premier est pour vous proposer, d'une part, que la Ville puisse interpeller la S.N.C.F. en plus de la R.A.T.P. et du S.T.I.F. sur cette campagne et pour bien rappeler, d'autre part, que la lutte contre ce phénomène relève de la compétence de ces derniers, en souhaitant qu'une sensibilisation puisse être menée dès 2018 dans le cadre de campagnes plus larges sur le harcèlement dans les transports. Avec ces deux amendements, nous donnerons un avis favorable à ces deux v?ux.

Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Monsieur BELLIARD, acceptez-vous l'amendement ? Très bien. Monsieur BONNET-OULALDJ, acceptez-vous l'amendement ? Parfait.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 49 ainsi amendé avec un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u amendé est adopté. (2017, V. 199).

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 50 ainsi amendé avec un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u amendé est adopté. (2017, V. 200).