Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe PCF-FG relatif au "pass" Navigo. Vœu déposé par Mme SIMONNET relatif au "pass" Navigo.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2017


 

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Les v?ux nos 41 et 42 sont relatifs au "pass" Navigo.

La parole est à Didier LE RESTE.

M. Didier LE RESTE. - Malgré ses promesses de campagne, Valérie PÉCRESSE, la présidente du Conseil Régional, a fait dernièrement adopter une dernière hausse du "pass" Navigo, après celle de 2016. Les deux cumulées font une augmentation de près de 8 % en quelques mois.

Plus les augmentations s'enchaînent alors que la qualité de service ne s'améliore pas de façon significative, plus on prend le risque d'une baisse de la fréquentation et donc d'une baisse du résultat net d'exploitation. Pourtant, des solutions de financement existent pour améliorer, entretenir, développer, moderniser les transports en commun sans pour autant taper dans la poche des salariés usagers.

Il en est ainsi du retour à la TVA à 5,5 % pour les transports publics, de l'augmentation du versement transport, notamment dans les zones les plus favorisées en termes de développement économique, singulièrement dans l'Ouest de l'Ile-de-France, et la mise en place d'une véritable écotaxe.

Dans le prolongement du vote d'une proposition du groupe Communiste au S.T.I.F. visant à réclamer à l'État des fonds spécifiques pour les transports en commun, les vélos et les transports de marchandises, nous demandons que la Maire de Paris appuie cette demande et fasse part de son opposition à cette nouvelle augmentation du "pass" Navigo.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Merci, Monsieur LE RESTE.

Pour vous répondre, la parole est à Christophe NAJDOVSKI.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Les initiatives que vous préconisez dans votre v?u, en réaction à la décision récente d'une nouvelle augmentation du tarif du "pass" Navigo prise par la présidente du S.T.I.F. et de la Région Ile-de-France, ont déjà été prises par l'Exécutif municipal sous diverses formes.

Tout d'abord, les élus de la majorité parisienne présents au dernier conseil d'administration du S.T.I.F. du 28 juin dernier où les augmentations du prix du "pass", de 73 à 75,2 euros ont été décidées, ces élus dont moi-même, avons voté contre cette mesure.

Rappelons à cet égard que contrairement à ce que prétend la présidente du S.T.I.F. dans ses communiqués de presse, il n'y a eu pour l'heure que très peu de décisions du S.T.I.F. et encore moins de concrétisations sur le terrain qui justifient une nouvelle hausse du prix du "pass" Navigo. Au contraire, le budget du S.T.I.F. présenté fin 2016 présente un excédent de 175 millions d'euros non utilisés, ce qui représente l'équivalent de 5 % de hausse tarifaire.

Ainsi, les renforts d'offres réalisées depuis décembre 2015, qu'il s'agisse des métros, RER, ou bus, sont très modestes, bien en deçà des promesses de campagne de Mme PÉCRESSE, et plus inquiétant encore, la visibilité sur les investissements qui devraient intervenir dans les prochaines années reste très insuffisante.

Prenons un seul exemple qui concerne Paris en premier lieu. Ce sont les moyens budgétaires que le S.T.I.F. refuse pour le moment d'allouer à la R.A.T.P., alors qu?il devrait le faire sans plus tarder afin de préparer la mise en place du nouveau réseau de bus parisien attendu pour la fin de l'année 2018 et dont nous venons d'acter le tracé.

Notons également que des mesures alternatives à ces hausses de tarifs ont été maintes fois proposées par les administrateurs de gauche ou écologistes du S.T.I.F., et encore lors du dernier Conseil, mais elles se sont à nouveau heurtées à un refus de la présidente. Je peux citer notamment la mise en place d'une écotaxe régionale ou le rétablissement de la TVA à 5,5 %, qui a été défendu par le président du G.A.R.T. lors de son audition récente par la Ministre des transports, mais pour lequel Mme PÉCRESSE ne s'est pas mobilisée.

L'Exécutif va donner un avis favorable au v?u du groupe Communiste - Front de Gauche.

En ce qui concerne le v?u de Mme SIMONNET, qui n'est pas présenté, je propose un amendement afin de bien préciser que c'est au moins autant auprès de la présidente du S.T.I.F., Mme PÉCRESSE, que du Gouvernement que la Ville de Paris doit continuer à plaider pour la mise en place de sources de financement pour les transports qui soient des alternatives plus justes à la hausse des tarifs pour les usagers.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - On ne va pas amender le v?u de Mme SIMONNET puisqu'elle n'a pas pu le défendre. Son v?u tombe.

Je mets uniquement aux voix, à main levée, le v?u n° 41 avec un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté. (2017, V. 195).