Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2017 DFA 60 - Avenant n° 7 à la convention de délégation de service public du 16 décembre 2005 pour la gestion et l’exploitation de la Tour Eiffel (7e). Vœu déposé par Mmes DATI et DAUVERGNE relatif au Comité de pilotage des travaux de la Tour Eiffel.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2017


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DFA 60 concernant un avenant à la convention de délégation de service public pour la gestion et l?exploitation de la Tour Eiffel, sur lequel Mmes DATI et DAUVERGNE ont déposé le v?u référencé n° 84. Bernard GAUDILLÈRE, Pascal JULIEN, Nicolas BONNET prendront la parole.

Monsieur Bernard GAUDILLÈRE ?

M. Bernard GAUDILLÈRE. - Avant que je n?aborde le projet de délibération qui vous est soumis, on me permettra de prolonger par quelques mots l?hommage qui a été rendu tout à l?heure à Pierre BLANCA. J?ai pu apprécier pendant tant d?années, d?abord en tant que directeur de cabinet du Maire, puis en tant qu?adjoint, l?étendue de sa compétence et la permanence de sa disponibilité. Comme nous tous ici, je tenais beaucoup à l?en remercier.

Le projet de délibération que nous abordons, que nous discutons, comporte deux sujets différents, mais en réalité emboîtés l?un dans l?autre, c?est-à-dire la clôture de sécurité et l?intégration des jardins au périmètre de la Tour.

La sécurité est une priorité absolue - absolue - de la Ville de Paris et de la Société d?exploitation de la Tour Eiffel. Les millions de visiteurs, les centaines de personnes qui travaillent sur la Tour et les riverains ont droit à une sécurité maximale.

Depuis 2015, nous n?avons cessé - quand je dis "nous", c?est la Ville, la Société d?exploitation et la Préfecture de police - d?améliorer, de perfectionner les dispositifs de sécurité. Ils sont fondés - je le redis très rapidement mais je pense que vous le savez - sur une multitude de mesures, et principalement sur deux d?entre elles : la présence permanente de personnels en armes et la clôture de sécurité.

La présence de personnels en armes, j?y insiste, car ce sont des soldats capables non seulement de dissuader mais aussi de réagir à tout événement, et elle est fondamentale. J?ai eu l?occasion d?ailleurs de le dire à la Ministre de la Défense, qui est venue à la Tour Eiffel, et de remercier ainsi, au nom de la Ville de Paris, l?Etat de la permanence sans faille de son effort.

Quant à la clôture de sécurité, elle s?est imposée pour une simple raison : il n?était pas possible, même si nous l?avions souhaité, de maintenir ouvert le parvis de la Tour, c?est-à-dire l?un des endroits les plus symboliques, les plus emblématiques du monde, ouvert à tous vents, si j?ose dire. Sa vulnérabilité était beaucoup trop grande et édifier une clôture était le meilleur moyen d?appliquer un principe fondamental de l?antiterrorisme, c?est-à-dire éloigner le plus possible la cible de la menace.

Encore fallait-il que cette clôture cesse d?être ce qu?elle est actuellement, une clôture certes efficace mais une clôture de chantier assez laide, et le terme est modéré. D?où la recherche esthétique que constitue la future clôture en verre et grilles qui sera terminée, vous le savez, dans un an, en juillet 2018.

Quant à l?intégration des jardins dans cette clôture et donc dans le périmètre d?exploitation de la Tour, elle vise deux objectifs complémentaires : la sécurité d?abord, encore, toujours, puisque plus le périmètre est large et plus la sécurité est grande - je viens de le rappeler, c?est un principe vraiment et presque un axiome - ; en deuxième lieu, l?entrée des visiteurs par les jardins, c?est-à-dire un espace non plus minéral et austère, ce qu?est le parvis actuellement, mais un espace vert avec des arbres, des lacs et même une grotte qui sera restaurée. Tel est le deuxième objet de ce projet de délibération.

J?ai résumé en quelques mots l?esprit de ce projet de délibération, et au-delà l?esprit de la politique conduite par la Ville à la Tour Eiffel, puisque la Ville a une volonté profonde de transformer la gestion de la Tour, de transformer l?accueil de ses visiteurs et, en définitive, de transformer son image dans le monde.

Merci, Monsieur le Maire.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Avant de donner la parole à Pascal JULIEN, je vous signale qu?il vous reste un peu plus de 20 minutes, si vous voulez aller vous faire prendre en photo pour le "Paris sans Sida". Ou si vous l?avez déjà fait, juste pour changer de partenaire ! Ensuite, cela fermera.

Monsieur Pascal JULIEN ?

M. Pascal JULIEN. - Je rappellerai simplement, parce que le débat, on l?a déjà eu, je rappellerai simplement que le dispositif de paroi transparente, appelons-la comme cela, autour de la Tour est un dispositif de sécurisation conçu de manière à permettre sa réversibilité. Un réexamen sera effectué d?ici quatre ans, afin d?évaluer en fonction de l?évolution des risques liés à la menace, s?il convient que le Conseil de Paris décide de son maintien ou de modifications.

Je pense qu?il ne faut pas perdre de vue cela. Si on le perd de vue, si on ne le rappelle pas, et je regrette que ce ne soit pas rappelé dans le projet de délibération, cela veut dire que l?on pense que l?on a perdu définitivement la bataille contre le terrorisme. Je répète, je n?ai pas envie que ce soit Daech qui me dicte ma vie, qui me dicte ma ville. C?était le premier point.

Pour le deuxième point, on votera le projet de délibération, bien sûr, parce qu?il est cohérent avec les précédents. L?élargissement du périmètre notamment ne nous pose pas de problème, puisque cela reste un périmètre administré indirectement par la Ville et ce n?est pas une privatisation quelconque.

En revanche, je n?imagine pas que l?on aille non plus trop loin. C?est pour cela que je ne comprends pas trop le v?u qui a été déposé par un autre groupe politique, qui propose d?élargir le périmètre à tout le Champ de Mars. Pour le coup, on sort franchement du domaine de compétence de la S.E.T.E.

D?ailleurs, le v?u est assez mal rédigé parce qu?on ne comprend pas trop qui doit réaménager ce Champ de Mars : est-ce que c?est la S.E.T.E. ? Est-ce que c?est la Ville ? C?est assez flou. J?espère que l?on aura tout à l?heure une explication sur ces différents points.

Je terminerai en disant que ce dispositif de sécurisation coïncide avec effectivement une modernisation de l?accueil de la Tour, et notamment une billetterie qui va devenir progressivement mais rapidement Internet, et non plus à l?accueil. C?est ce que l?on m?a expliqué aussi et j?ai bien compris. Ce qui justifie le fait qu?il ne soit plus question de faire des travaux très ambitieux pour un système d?accueil souterrain qui posait beaucoup de difficultés. On va sans doute refaire les choses de manière plus légère.

Je redis ici que, même si c'est plus léger, nous souhaitons que tous les groupes soient consultés en amont et ne soient pas mis devant le fait accompli, comme cela est trop souvent le cas de la part de la Ville de Paris. Je ne parle pas de la S.E.T.E. Je regarde Bernard GAUDILLÈRE, mais enfin, ce n'est pas lui qui est visé. Je regarderai plutôt M. MARTINS, mais il se fout de ce que je raconte. Il discute avec sa voisine. Voilà. Ça en dit long sur le respect qu'il a à l'égard de ses partenaires, vous le voyez, aussi bien sur la question de la Tour Eiffel que par ailleurs.

Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. Nicolas BONNET-OULALDJ.

M. Nicolas BONNET-OULALDJ. - Merci, Monsieur le Maire.

On a déjà eu ce débat à plusieurs reprises ici, au Conseil de Paris. On a eu le débat au conseil d'administration de la S.E.T.E. Vous connaissez ma position. Nous sommes pour une protection qui soit amovible, réversible, qui ne s?installe pas dans la durée et qui marque un symbole fort, un message fort pour la communauté internationale et pour le monde autour des valeurs universelles que représente la Tour Eiffel et autour des valeurs de paix. L'idée n'est pas de construire des murs, mais c?est de construire la paix dans le monde.

Alors, par contre, sur ce septième avenant à la convention de délégation de service public, j'ai quelques questions et quelques inquiétudes, notamment sur des réductions de certains chapitres de dépenses prévues afin de renforcer les mesures de sécurité : 600.000 euros sur la billetterie, 415.000 euros sur la rénovation du scintillement, 350.000 euros sur l'accès des personnes à mobilité réduite, 844.000 euros sur les aménagements du premier et deuxième étage. Et ce ne sont là que quelques exemples. Je ne parle pas des travaux purement techniques sur l'amélioration des ascenseurs, sur l'étanchéité ou la rénovation des fileries en gaines, qui se voit amputer de 2,9 millions d'euros. Je sais qu?on va me rétorquer que tout cela ne représente que 0,3 % de l'investissement prévu, mais nombre de ces travaux retardés ou annulés étaient attendus, notamment par le personnel de la Tour Eiffel.

Je continue à penser que le principe simple "celui qui commande, paye" s'applique, et que l'Etat devrait apporter sa contribution à la réalisation de cette protection et à l'aspect sécuritaire des travaux. J'étais intervenu en conseil d'administration de la S.E.T.E. en demandant que le président de la S.E.T.E., ce qui a été fait, interpelle l'Etat afin qu?il participe à la sécurisation du monument.

Je vous pose plusieurs questions. Est-ce que ces économies ne mettent pas à mal les interventions techniques nécessaires à l?avenir ? Est-ce que l'esprit d'un accueil qui met en son centre l'histoire de la Tour, le symbole de l'inventivité technique, mais aussi les repères dans l'histoire d'une république naissante, comme voulus par Eiffel lui-même, ne sera pas remis en cause par cette logique de sécurité et d'économies ? Enfin, l'imputation de 329.000 euros sur la signalétique signe-t-elle la fin du travail éducatif et pédagogique sur l'histoire de la Tour à proximité des points d'accueil, que nous avions collectivement soutenu après le vote du v?u que mon groupe avait proposé ?

Voilà plusieurs questions. Nous y reviendrons, bien sûr, en conseil d'administration de la S.E.T.E. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. Jean-François MARTINS.

M. Jean-François MARTINS, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Merci à tous les conseillers pour leur intérêt toujours manifeste pour la Tour Eiffel. C'est un projet de délibération extrêmement technique. Il s'agit juste, sur la base du DPA 31, sur lequel nous avons déjà eu un débat, donc je propose à Pascal JULIEN de ne pas refaire le débat sur le DPA 31, à savoir l'acceptation, par notre Conseil, de la mise en place de ce périmètre de sécurité à la Tour Eiffel, mais de considérer le processus de la future D.S.P., dont chacun des intervenants connaît très bien le calendrier, qui nous conduira à adopter les 15 prochaines années de D.S.P. au Conseil de Paris de la rentrée.

Considérant que l'on ne pouvait pas attendre ce Conseil de septembre pour engager les travaux sur ce périmètre de sécurité, nous "avenantons" la D.S.P. actuelle de sorte que les marchés puissent être passés et que, dès septembre, la base chantier puisse s'installer et commencer les travaux de sécurité, tant l'exigence de sécurité est impérieuse pour nous.

Donc l'ensemble des travaux que vous mentionnez, Monsieur BONNET-OULALDJ, que ce soit l'accueil, que ce soit la sécurité, que ce soit le réaménagement des différents étages, sera - je crois que vous le savez bien - dans les 300 millions d'euros d'investissement du P.C.I. les 15 prochaines années, qui, lui, sera l'objet du contrat de D.S.P. entre la Ville et la Tour Eiffel, que nous discuterons au Conseil de Paris de septembre après que vous l?ayez vu en conseil d?administration de la S.E.T.E., après que les organisations syndicales aient été consultées à travers un processus d'information consultation et à travers un accord d'entreprise signé entre la S.E.T.E. et les organisations syndicales de la Tour. Donc, voilà.

Donc, c?est ici un petit avenant qui nous permet, sur cet enjeu de sécurité, de ne pas perdre du temps. L'ensemble du plan d'investissement vous sera présenté en septembre, conformément à ce qui a été présenté en conseil d'administration.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Le v?u n° 84 est retiré car non présenté.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DFA 60.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2017, DFA 60).