Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par MM. BOURNAZEL, HONORÉ et Mme MÉHAL relatif à la sécurité dans le quartier Grandes Carrières (18e).

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2017


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Le v?u n° 35 est relatif à la sécurité dans le quartier des Grandes-Carrières.

La parole est à Pierre-Yves BOURNAZEL. Pardon, à Christian HONORÉ.

M. Christian HONORÉ. - Monsieur le Maire, ce v?u est porté par Pierre-Yves BOURNAZEL, Fadila MÉHAL et moi-même. Il concerne des problèmes de sécurité inquiétants dans le secteur des Grandes-Carrières.

Pierre-Yves BOURNAZEL a rencontré à plusieurs reprises des habitants et nous avons écrit, lui et moi, au Préfet et au commissaire de police pour les alerter sur la gravité de ce qui se passe et relayer ce que nous disent les habitants, à savoir que des bandes de jeunes commettent des actes de violence, des agressions physiques et verbales, du vandalisme, du racket et des vols. Des riverains ont dû intervenir pour venir en aide à une personne violemment agressée. Le périmètre concerné est constitué des rues Marcadet, Joseph de Maistre, d?Oslo, Coysevox, Carpeaux.

Il est de la responsabilité du Préfet d'assurer l'ordre et la sécurité à Paris. C'est la raison pour laquelle nous vous demandons de prendre de manière urgente des mesures concrètes et énergiques afin d'assurer la sécurité dans le quartier des Grandes-Carrières, plus particulièrement dans le périmètre constitué par les rues Marcadet, Joseph de Maistre, d?Oslo, Coysevox, Carpeaux, d'assurer une présence policière plus soutenue dans le quartier et principalement à l'angle des rues Marcadet et Coysevox et à l'angle des rues Marcadet et d'Oslo, et d'accélérer les procédures d'investigation et d'interpeller les individus responsables de violences et d'actes de délinquance. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

La parole est à Colombe BROSSEL.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe. - Merci beaucoup, Monsieur HONORÉ.

C'est dommage que ce v?u n'ait pas été déposé en Conseil du 18e arrondissement. C?est dommage parce que sinon, Eric LEJOINDRE, le maire du 18e, et son adjointe, Sarah PROUST, en charge des questions de prévention et de sécurité, vous auraient précisé le travail local qui est mené sur ce secteur car, en effet, il y a besoin de travailler sur ce secteur.

Je vais vous donner en 1 minute 30 quelques éléments sur ce qui est fait, non pas par la Préfecture de police - c'est en effet un v?u que vous adressez au Préfet de police - mais sur les éléments qui auraient pu vous être donnés en mairie du 18e, certainement le meilleur cadre pour avoir cet échange.

Vous dire que le club de prévention spécialisée, qui intervient sur le secteur dont vous parlez dans votre v?u, travaille auprès d?un groupe de jeunes mineurs sur un accompagnement socio-éducatif et qu?il y a évidemment des échanges avec la P.J.J. qui suit plusieurs de ces jeunes.

Vous dire que des effectifs ont évidemment été déployés aux abords du collège Coysevox, notamment suite au signalement de cas de racket par la coordinatrice sociale de territoire du 18e, qui a fait le lien avec les clubs de prévention.

Vous dire que la réunion technique trimestrielle du G.P.I.S. en présence de la mairie d'arrondissement, du commissariat du 18e et de l'ensemble des bailleurs a permis de partager des informations sur ce secteur et que les effectifs du G.P.I.S. ont d'ailleurs augmenté leurs interventions sur un certain nombre d'immeubles rue Marcadet.

Vous dire que le constat est posé et que les actions sont mises en ?uvre. Je laisserai le Représentant du Préfet de police vous détailler l'ensemble des mesures qu'il a mises en ?uvre à son échelle et, parce qu'il faut aussi avoir les débats dans les bons endroits, je vous proposerai de retirer votre v?u, sinon j'y apporterai un avis négatif.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

La parole est à Eric LEJOINDRE, maire du 18e.

M. Eric LEJOINDRE, maire du 18e arrondissement. - Un petit mot seulement pour compléter ce qu'a très brillamment dit notre collègue Colombe BROSSEL sur l'ensemble du travail qui est fait à l'échelle bien sûr de l'arrondissement.

En effet, ce débat aurait sans doute eu plus sa place en conseil d'arrondissement qu?au Conseil de Paris mais, pour compléter les éléments donnés par Colombe BROSSEL, je voulais indiquer à Christian HONORÉ que j'avais moi-même évidemment saisi la commissaire sur ce sujet, qu'Annick LEPETIT, quand elle était députée de la circonscription, l'avait fait par deux fois elle-même et que nous avons relayé les inquiétudes d'un certain nombre d?habitants sur ce secteur, et que j'ai vu en début de semaine dernière l'ensemble des clubs de prévention pour parler aussi de ce sujet. Il est important que l'on prenne le mal à la racine.

Je voulais aussi indiquer à nos collègues qu'il n'y a pas de "no-go zone" dans le 18e, pas plus dans le secteur des Grandes-Carrières que dans aucun autre secteur de l?arrondissement.

La présentation qui a été celle de Christian HONORÉ est peut-être un tout petit peu alarmiste, même si elle relève bien sûr d?une forme de réalité - nous y travaillons et Colombe BROSSEL l?a démontré - qu?on doit peut-être un peu atténuer aussi pour faire en sorte que ceux qui connaissent moins bien que nous le quartier des Grandes-Carrières ne soient pas effrayés d'y aller.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Je mets donc aux voix le v?u n° 35 avec un avis?

Vous le maintenez ? Dites-moi oui ou non. Si c?est juste pour reprendre la parole, on appelle ça un détournement de procédure.

M. Christian HONORÉ. - Ce n?est pas un détournement de procédure, Monsieur le Maire.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Si.

M. Christian HONORÉ. - Simplement, ce que j?entends est au-delà de la réalité?

M. Mao PENINOU, adjoint, président.- Vous maintenez ou vous retirez, Monsieur HONORÉ ?

M. Christian HONORÉ. - Mme la Maire et M. le Maire du 18e ne connaissent pas le sujet et par conséquent les habitants sont si ulcérés de ce qui se passe...

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - C'est bien ce que j?appelle un détournement de procédure.

M. Christian HONORÉ. - ?que je maintiens ce v?u, bien évidemment.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 35 avec un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u est rejeté.

Je rappelle que le fait de retirer ou pas son v?u n'est pas une procédure permettant de parler après l?Exécutif.