Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A relatif aux problèmes de gardiennage dans les parcs et jardins du 17e arrondissement.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2008


 

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe, présidente. - Nous examinons le v?u référencé n° 93 dans le fascicule, déposé par le groupe U.M.P.P.A., relatif aux problèmes de gardiennage dans les parcs et jardins du 17e arrondissement.

La parole est à Mme Laurence DOUVIN.

Mme Laurence DOUVIN. - Il s?agit cette fois-ci des parcs et jardins du 17e arrondissement, notamment ceux du nord, je veux parler précisément du square Emile Borel et du nouveau parc Cardinet-Batignolles, puisque les incivilités et les plaintes s?y multiplient. Nous émettons donc le v?u que soient renforcées les équipes d?agents d?accueil et de surveillance, puisque ceux-ci sont rattachés à plusieurs sites, ce qui empêche toute surveillance continue.

Nous demandons également que soient renforcés les effectifs de surveillance par les agents de la Direction prévention et protection, et que les effectifs de la Direction prévention et protection puissent prêter main-forte à un moment particulier qui est la fermeture chaque soir du square Emile Borel, endroit particulièrement sensible.

Enfin, que des recommandations sur la vigilance soient transmises par le Maire de Paris aux personnels concernés.

Mme Gisèle STIEVENARD, adjointe présidente. - La parole est à M. SARRE.

M. Georges SARRE, adjoint. - Oui, Madame, je connais le problème particulier du quartier du square Emile Borel et de la rue Vauvenargues. D?ores et déjà nous veillons avec ma collègue Fabienne GIBOUDEAUX, comme j?ai eu l?occasion de le dire à votre adjoint M. DIVRY à plusieurs reprises, à ce que la DEVE. et la D.P.P. renforcent leur surveillance. Nous avons réagi.

Lorsque notre Assemblée saura la nature des faits auxquels vous faites référence, par exemple ceux du 9 juin dernier, lorsque 50 individus en bande munis de câbles de cuivre, de matraques, s?en sont pris aux policiers leur lançant des bouteilles de verre et que ceux-ci ont été contraints de faire usage de leurs ?flash ball? pour procéder à 12 interpellations, alors nous comprendrons tous que c?est à la police nationale de faire, Madame, son travail. Elle le fait déjà.

Elle doit le faire davantage. Mais il ne faut pas faire comme si les agents de la DEVE ni même de la D.P.P. pouvaient se substituer à la police nationale, notamment dans ce genre de circonstances. Je vous rappelle que ce ne sont pas des policiers, qu?ils ne sont pour ainsi dire pas armés et que ce n?est d?ailleurs pas leur mission.

La Ville, j?ai eu l?occasion de l?expliquer, fait beaucoup pour la prévention et la sécurité des Parisiens à travers ses correspondants de nuit, ses agents de surveillance, ses inspecteurs de sécurité, le G.P.I.S., les clubs de prévention subventionnés, etc.

Le travail de police, c?est le travail de la police, et je ne peux pas cautionner les déclarations publiques de v?ux comme si l?opposition municipale était subitement prise d?une frénésie pour faire oublier que l?essentiel des missions de police et l?administration de la justice sont des missions régaliennes de l?Etat.

Je donne un avis défavorable à votre v?u, sauf à ce que vous fassiez preuve de davantage de bonne foi et que vous le retiriez !

(M. François DAGNAUD, adjoint, remplace Mme Gisèle STIEVENARD au fauteuil de la présidence).

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - La parole est à Mme Laurence DOUVIN.

Mme Laurence DOUVIN. - Dans ce v?u, il n?est question que de vigilance et de surveillance. Je crois qu?il s?agit bien de missions qui appartiennent aux équipes d?agents et de surveillance et aux agents de la Direction de la prévention et pas aux forces de police.

Le v?u est clair, il est évident que je ne le retire pas.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe U.P.P.P.A., assortie d?un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.