Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2017 DASCO 110 - Cours municipaux d’adultes. - Tarifs des formations et règlement intérieur.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2017


 

M. Julien BARGETON, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DASCO 110 relatif aux tarifs des formations et du règlement intérieur des cours municipaux d'adultes.

La parole est à Mme Marinette BACHE.

Mme Marinette BACHE. - Merci, Monsieur le Maire.

Monsieur le Maire, chers collègues, quelques mots sur ce projet de délibération pour dire combien je salue le travail fait par Alexandra CORDEBARD et toute son équipe, ainsi que celle de la DASCO, autour de l'enseignement destiné aux adultes dans notre ville. Ce sont, ainsi que le rappelle l'exposé des motifs, 25.500 Parisiens qui en ont bénéficié l'année dernière.

Pour un tiers d'entre eux, il s'agissait de suivre soit des cours d'apprentissage du français, soit des cours d'alphabétisation. Il m'arrive souvent de souligner, dans cet hémicycle, combien la connaissance, la maîtrise de notre langue sont nécessaires à l'intégration dans notre société, à la recherche d'un emploi, à l'exécution de cet emploi dans de bonnes conditions, à la connaissance et à la pratique de ses droits. Et là, j'ai une pensée particulière pour les femmes d'origine étrangère.

Alors, vous comprendrez que le fait que nous puissions offrir ce type de formation à des adultes me semble une chose excellente.

Pour presque les deux tiers, il s'agit de formations tous publics allant de l'enseignement général à l'enseignement professionnel, de l'informatique aux métiers d?art, du sanitaire et social à la mécanique, bref, des formations très variées, mais qui sont toutes une marche vers l'emploi.

Quelques-uns, enfin, s'orientent vers des formations diplômantes.

Je salue, Madame l'adjointe, la décision que vous avez prise en 2015 de mettre en place le tarif réduit. Celui-ci, accordé sur critères sociaux, destiné particulièrement aux demandeurs d'emploi et bénéficiaires de minima sociaux qui reçoivent également une priorité d'inscription, permet à des personnes qui font face aux difficultés de la vie et de la société actuelle de franchir la première marche de la réinsertion.

Autre démarche tarifaire intéressante, celle de favoriser, par de bas tarifs, les formations les plus choisies et les plus utiles aux publics défavorisés. Alors, quid de ces tarifs ? Je citerai quelques exemples : 37 euros pour 120 heures pour des cours de français "objectifs fondamentaux", mais 270 euros pour ceux de français langue étrangère fréquentés par des publics plus favorisés. 52 euros en demi-tarif pour une préparation aux concours des cadres C des administrations, concours très prisés, même si les places ne sont pas assez nombreuses, par des publics souhaitant se réinsérer dans la vie professionnelle. En bureautique, selon le niveau, le demi-tarif va de 25 à 62 euros. En artisanat, les prix s?étalent, selon les spécialités, de 41 euros à 290 euros. Bref, les coûts restent tous très abordables, particulièrement pour les publics qui en ont le plus besoin.

Autres personnes auxquelles nos cours municipaux sont une aide précieuse à l'intégration : les migrants. 400 personnes y ont été orientées par l'intermédiaire de nos trois permanences d'accueil.

Je ne voudrais pas terminer, car je n'aurai peut-être pas d'autre occasion de le faire, sans une incise à propos de ce formidable établissement qu'est le lycée Philippe-de-Hautecloque. Ce lycée municipal d'adultes de la Ville de Paris, situé dans le 14e, unique en France, accueille 300 auditeurs chaque année en cours du soir. Ces lycéens d'un genre particulier ont conscience que la reprise de leurs études peut être la porte ouverte vers une nouvelle vie. Ce sont tous des bûcheurs acharnés qui veulent saisir cette deuxième chance. En cette période de l'année, je leur souhaite, bien sûr, la réussite au baccalauréat. Le taux de réussite de ce lycée pas comme les autres tourne autour de 65 %, 70 %, mais il est monté jusqu'à 86 %.

Madame l?adjointe, chère Alexandra CORDEBARD, mes chers collègues, vous aurez compris mon attachement à cette démarche, donc à ce projet de délibération, que je vous invite, bien sûr, à voter.

M. Julien BARGETON, adjoint, président. - Merci.

La parole est à M. Jean-Noël AQUA.

M. Jean-Noël AQUA. - Merci, Monsieur le Maire. Mes chers collègues, les cours municipaux pour adultes sont des outils importants qui permettent de s'enrichir d'une langue étrangère pour un objectif professionnel, de construire un projet de vie ou encore, de pouvoir s'intégrer plus facilement quand on s'installe et veut rester sur Paris. On le sait, par exemple, les cours de français sont indispensables à l'accès au service public pour les migrants et primo arrivants. Le cas qui nous semble le plus important est bien la personne qui souhaite apprendre le français à son arrivée à Paris. Le français est l'une des langues les plus complexes à apprendre, les plus difficiles. L?apprentissage à l?âge adulte demande un effort considérable. C'est pourquoi la politique menée par notre majorité visant à rendre accessible l'apprentissage du français pour tous les adultes migrants, est à valoriser et à souligner. Les cours proposés par la Ville aux migrants sont extrêmement intéressants et abordables financièrement, et c'est extrêmement important.

Le projet de délibération qui nous est présenté intègre une hausse très faible des tarifs pour les catégories probablement les plus aisées. Elle est somme toute assez négligeable et nous nous abstiendrons simplement sur cette augmentation. Si nous nous abstenons, nous nous opposerions, en revanche, à toute nouvelle augmentation qui, elle, viserait à augmenter les tarifs pour les plus précaires.

Je vous remercie.

M. Julien BARGETON, adjoint, président. - Merci.

La parole est à Mme Danielle SIMONNET, que je ne vois pas en séance, et donc, pour répondre, Mme Alexandra CORDEBARD.

Mme Alexandra CORDEBARD, adjointe. - Je ne reprendrai pas "in extenso" les propos de Marinette BACHE et une grande part des propos de M. AQUA, que je partage parfaitement. Car, en effet, les C.M.A. sont un dispositif unique qui rend de très nombreux services à énormément de Parisiens, d'ailleurs, de profils très différents.

L'organisation et l'inscription dans les C.M.A. a été revue en 2015 pour permettre d'en favoriser l'accès aux personnes les plus éloignées de l'emploi. Après deux années de mise en ?uvre, cette réforme a produit les effets escomptés, et c'est cela que je voulais vous signaler, puisque plus de 8.000 personnes sur les 26.000 auditeurs inscrits ont pu bénéficier cette année d'une inscription prioritaire ou du nouveau demi-tarif, soit 800 de plus par rapport à l'année passée. Cela représente à peu près un tiers des auditeurs qui ont fréquenté les C.M.A. cette année, ce qui, pour moi, est une évolution très souhaitable et que nous avons réussi à mettre en ?uvre tous ensemble.

Donc, je vous propose de voter ce projet de délibération qui continue d'aménager ce dispositif pour Paris.

M. Julien BARGETON, adjoint, président. - Je vous remercie.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASCO 110.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2017, DASCO 110).