Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2017 DAC 212 - Subventions (820.173 euros), avenant et convention avec la Fondation de la Cité internationale des arts (4e, 18e). Vœu déposé par le GEP relatif à l’accueil des artistes réfugiés.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2017


 

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DAC 212 et le v?u n° 12 qui concernent des subventions, avenant et convention avec la Fondation de la Cité internationale des arts.

La parole est à Mme Marie ATALLAH.

Mme Marie ATALLAH. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, vous nous proposez d'approuver l'attribution de subventions à la Cité internationale des arts, dont le montant global s'élève à un peu plus de 820.000 euros. C'est, tout d'abord, pour nous, une occasion pour rappeler ici la spécificité et l'originalité de ce bel outil que constitue la Cité internationale des arts dans le domaine de l'accueil en résidence temporaire d'artistes venant du monde entier, des Français et des étrangers venant de plus de 55 pays. Créée en 1950, la Fondation de la Cité internationale des arts est un lieu unique dans sa capacité de faire rencontrer et dialoguer un grand nombre d'artistes de cultures différentes, de renforcer l'image de Paris, capitale de la création artistique et culturelle, et de contribuer, donc, à l'attractivité de Paris et de son rayonnement dans le monde.

Plus concrètement, en 2016, ils ont été 1.200 artistes - 632 femmes et 568 hommes - à être accueillis par la Cité internationale des arts dans ces 326 ateliers logements répartis sur deux sites - Yves CONTASSOT -, l'un dans le quartier du Marais, dans le 4e arrondissement, tout près d'ici, et l'autre, dans le quartier de Montmartre, dans le 18e arrondissement. Il est à noter, également, que 2016 a été une année de transition vers plus d'innovation et d'adaptation du projet d'établissement de la Cité internationale des arts, en lien avec l'évolution des besoins des artistes.

Cette transition est en cours grâce à la volonté et l'engagement du nouveau Président et de la nouvelle équipe de direction qui ont élaboré un projet d'établissement ambitieux et novateur dans plusieurs domaines, afin d'accueillir les artistes dans de meilleures conditions, plus propices à la production, à l'expérimentation, à la recherche, en adéquation avec tous les champs de la création contemporaine.

Nous tenons effectivement à saluer ici la démarche engagée par la nouvelle équipe de direction et soutenons notamment sa démarche de modernisation de la gestion et le fonctionnement de l'établissement, mais aussi sa communication pour impulser un nouvel élan en matière de diplomatie culturelle, renouer des liens avec les souscripteurs et rénover des ateliers ayant besoin de travaux.

Vous l'aurez compris, Monsieur le Maire, que notre soutien est total à cette belle institution qui enrichit notre politique de soutien aux artistes et à la diversité de la création artistique de Paris.

Et pour contribuer au renforcement de notre politique d'accueil et d'accompagnement des artistes étrangers, le groupe des élus écologistes a souhaité profiter de ce projet pour déposer un v?u afin de rendre plus lisible et visible l'accueil des artistes réfugiés ou en exil à Paris. Nous rappelons, effectivement, qu'au sein de la Cité internationale des arts, la Ville dispose d'un contingent de 20 ateliers, dont 5 sont réservés à un dispositif spécifique d'échange dans le domaine d'accueil des artistes au niveau de l'international.

Il est certain que la Ville fait déjà beaucoup pour aider les artistes réfugiés en leur permettant de bénéficier d'une résidence temporaire dans des ateliers de la Cité. Cependant, nous souhaitons, par ce v?u, que soit clairement adopté le principe d'attribuer un nombre d'ateliers à des artistes réfugiés ou exilés à Paris. Ce même principe est en place, pour ce qui concerne le contingent de l'Institut français, dans son programme d'accueil d'artistes réfugiés mis en ?uvre avec le Ministère de la Culture. Nous souhaitons que la Ville puisse faire de même en adoptant la même décision, voire même amplifier sa démarche en facilitant l?accès des artistes réfugiés à l?ensemble de son contingent d?ateliers d?artistes appartenant à la Ville.

Cibles privilégiées des régimes totalitaires et des chefs de guerre, les artistes réfugiés ou en exil mériteraient bien, selon nous, une mesure spécifique et pérenne pour faciliter leur accès aux ateliers de la Cité internationale des arts. C'est pour nous une opportunité pour faire vivre concrètement le statut de Paris, ville refuge, et pour ainsi répondre à la belle mobilisation des Parisiennes et des Parisiens en faveur de l'accueil des réfugiés. Je vous remercie.

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Merci, Marie ATALLAH.

Pour répondre, la parole est à Bruno JULLIARD.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint. - Merci, Monsieur le Maire, et merci beaucoup à Marie ATALLAH pour son intervention.

D'abord, pour, en effet, souligner l'excellence du travail de la Cité internationale des arts. Nous votons ici la subvention annuelle de fonctionnement pour la C.I.A., de même qu'une importante subvention d?investissement qui permettra d'accompagner la C.I.A. dans sa modernisation et, notamment, la réfection nécessaire de certains de ses ateliers. La Cité est un lieu inédit à Paris qui compte 327 ateliers répartis sur deux sites dans le Marais et à Montmartre, et sa vocation est d'accueillir et d'accompagner des artistes du monde entier pendant une durée moyenne assez courte de trois mois.

C'est un lieu qui permet des échanges, qui offre d'excellentes conditions de travail aux artistes venus du monde entier, en partenariat avec de nombreuses institutions étrangères. Près de 1.200 artistes ont été accueillis en 2016, vous l'avez souligné, et je voudrais aussi insister sur la très grande diversité des nationalités accueillies au sein de la Cité, et c'est un merveilleux symbole de l'attractivité que représente Paris pour les artistes, et je pense d'ailleurs que la Cité internationale des arts mériterait d'être connue et reconnue de la part des Parisiens.

J'ajoute que depuis l'arrivée du nouveau président Henri LOYRETTE et de Bénédicte ALLIOT à la direction depuis 2016, l'établissement connaît un important développement, notamment en termes d'amélioration de l'accueil ou de l'accompagnement des artistes accueillis. J'insiste aussi sur la programmation culturelle de grande qualité, réalisée par la Cité internationale des arts.

Enfin, concernant votre v?u, merci aussi de parler de la situation de ces artistes qui ont été poussés à l'exil, car menacés dans leur pays d'origine, souvent pour leur prise de position politique ou simplement parfois parce que leur capacité créatrice est vue comme une menace par des régimes dictatoriaux sous lesquels ils vivent et auxquels ils résistent souvent avec grand courage.

Paris est pleinement engagée pour l'accueil des réfugiés et aussi pour l'accueil de ces artistes réfugiés car menacés et persécutés dans leur pays d'origine.

Paris a notamment adhéré il y a six ans au réseau international pour l'accueil d'écrivains et d'artistes en exil, qui réunit une soixantaine de villes, mais surtout nous accueillons chaque année durant un an un écrivain ou un artiste menacé dans son pays d'origine à la Cité internationale des arts, dans un atelier géré par la Ville et entièrement consacré à cela. Et je voudrais saluer le travail de mon prédécesseur Christophe GIRARD qui, il y a maintenant de nombreuses années, a engagé ce processus avec les responsables de la Cité internationale des arts.

Nous soutenons aussi d'autres initiatives d'accompagnement des artistes en exil, je pense au Bureau des artistes en exil notamment, qui travaille sur ce sujet avec "Emmaüs Solidarité". Bien sûr, ces dispositifs doivent se poursuivre, s'amplifier en s'appuyant sur l'ensemble des ressources et des acteurs disponibles et afin de mieux rendre compte des actions que nous avons déjà engagées, mais aussi de la diversité des pistes que nous souhaitons suivre pour encore améliorer cet accueil.

Je vous propose d'amender légèrement votre v?u, notamment en supprimant les deux attendus au profit de la rédaction suivante, si vous en êtes d'accord :

"Que la Ville poursuive son travail afin d'augmenter et d'améliorer l'accueil des artistes réfugiés, avec les partenaires et en premier lieu la Cité internationale des arts, des bailleurs sociaux pour des logements sociaux, ou des ateliers logements en lien avec la Direction des Affaires culturelles".

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Merci.

Et donc, je suppose que le groupe Ecologiste accepte l'amendement du v?u, le v?u tel qu'amendé ?

Mme Marie ATALLAH. - Oui bien sûr et nous resterons vigilants pour suivre le travail de réflexion et l'amélioration de la démarche de la Ville, afin que l'on arrive à des propositions plus concrètes que ce qui est exprimé aujourd'hui.

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Merci.

Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 12 du groupe Ecologiste ainsi amendé, avec un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u amendé est adopté. (2017, V. 182).

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 212.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2017, DAC 212).

Je vous remercie.

2017 DAC 214 -