Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe UDI-MODEM relatif à l'état des chaussées et à la sécurité des cyclistes. Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2017


 

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Les v?ux nos 45 et 45 bis sont relatifs à l'état des chaussées et à la sécurité des cyclistes. La parole est à Mme Edith GALLOIS, pour 2 minutes.

Mme Edith GALLOIS. - Merci, Monsieur le Maire.

Le 6 juin dernier, en arrivant ici pour le dernier Conseil de Paris, j'ai été victime d'un grave accident de vélo. Vous le savez ou pas encore, je roule à vélo en permanence, quels que soient le temps et la météo, et cela depuis des années. Je suis une cycliste convaincue. Je vous ai toujours soutenu dans votre politique favorable au vélo. Je vous ai fait un certain nombre de propositions, toujours dans un sens constructif.

Aujourd'hui, je ne vous cache pas que je suis un peu traumatisée par cet accident dont j'ai été victime et dont la seule responsable est l'état des chaussées: ma roue s'est bloquée dans un trou, j'ai fait un vol plané. Heureusement, je roulais le long du trottoir et mon vol plané m'a permis de me fracasser la tête sur un banc, alors que j'aurais pu me fracasser sur un camion, passer sous les roues d'une voiture ou d'un scooter. Je ne peux que remercier Celui qui m'a protégée et qui me garde en vie. Je ne suis pas dans une chaise roulante. J'ai subi une opération, j'ai été cassée, un peu réparée, je vais être de nouveau réparée après les vacances. Mais honnêtement, je n'ai pas le droit de me plaindre parce que cela aurait pu être bien pire.

Ma question est la suivante. Je ne suis pas là pour parler de moi, mais je suis une élue, une responsable politique. En tant que telle, je me pose aujourd'hui la question suivante : est-ce que j'ai le droit de continuer d'inciter les gens à rouler en vélo, alors qu?il y a un vrai caractère accidentogène lié à l'état des voies ? Est-ce que j'ai le droit, en tant que responsable politique, de continuer à soutenir cette politique ? C'est vraiment en mon âme et conscience que je me pose cette question. Je n'ai pas porté plainte contre la Ville de Paris, je pourrais le faire. Est-ce que j'ai le droit de continuer à soutenir, à inciter les Parisiens à rouler en vélo, alors qu?il y a un véritable danger dont j'ai été la victime ?

J?ai fait plusieurs propositions. Maud GATEL en avait fait aussi. Dans notre groupe, nous en avons fait. Encore une fois, c?est toujours dans un sens constructif et favorable au développement du vélo, mais tant que l?état des chaussées restera ce qu?il est, je crois que personnellement j?arrêterai de soutenir le développement du vélo à Paris, parce que c?est vraiment devenu beaucoup trop dangereux. Beaucoup d?autres exemples s?ajoutent au mien depuis que j?en parle.

Vous avez fait un contre-v?u. Bien sûr, il va dans le bon sens et je ne pourrai que le soutenir mais je maintiendrai le mien - je devance votre question - parce que vous ne parlez que des pistes cyclables et vous ne parlez pas de la voie publique. Or, moi, ce qui s?est passé, c?était sur la voie publique : c?était un trou dans les pavés et il y en a beaucoup d?autres comme cela ; il y a des endroits où il y a des ornières et c?est effectivement dangereux.

Je crois qu?il y a vraiment une urgence que vous preniez conscience de cette dangerosité, de ce caractère accidentogène de la voie publique.

Je vous remercie.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Merci, Madame GALLOIS.

Pour vous répondre, je donne la parole à Christophe NAJDOVSKI.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - En propos liminaire, Monsieur le Maire, je me permettrai de dire que si tous les élus faisaient comme vous, Madame GALLOIS, Paris s?en porterait mieux, si tout le monde se déplaçait à vélo, ce serait certainement une bonne chose.

Pour ce qui est de l?entretien et de la sécurité des pistes, je précise qu?en règle générale faire du vélo à Paris n?est pas dangereux, mais vous avez raison de souligner la question de l?entretien et de la sécurité des pistes, ou en tout cas de la voie publique dans son aspect général, puisque c?est un enjeu majeur et vous le soulignez à travers votre v?u.

Je voudrais vous rappeler un certain nombre de solutions que nous mettons déjà en ?uvre pour améliorer la sécurité des pistes cyclables.

Tout d?abord, le plan vélo vise à corriger des aménagements existants qui dysfonctionnent par des reprises ponctuelles. Nous faisons, à l?occasion de nouveaux aménagements, des réfections de la chaussée, comme cela a été le cas par exemple sur le boulevard Arago dans les 13e et 14e arrondissements très récemment, il y a quelques mois seulement. L?aménagement de la piste cyclable avait mis à jour des ornières et elles ont été reprises dans le cadre de l?aménagement de cette piste.

On a évidemment des investissements localisés de rénovation qui sont programmés annuellement par les mairies d?arrondissement qui contribuent à l?entretien des pistes ou de la chaussée.

Nous avons également l?application "Dans ma rue" qui permet aux usagers d?adresser aux services techniques des signalements sur les désordres constatés dans l?espace public. Cette application vient d?être améliorée avec une nouvelle version mise en ligne la semaine dernière qui intègre les préoccupations des cyclistes concernant les aménagements cyclables.

Enfin, nous voulons souligner que l?encombrement et l?insécurité des aménagements cyclables sont fortement liés au non-respect des aménagements, tel que le stationnement gênant.

Vous l?avez compris, nous avons souhaité faire un v?u de l?Exécutif et non pas donner suite à votre v?u qui propose notamment de faire un inventaire de la totalité des voies, puisque cet inventaire serait fastidieux à réaliser et n?aurait qu?une utilisée relative.

Donc nous proposons, à travers le v?u de l?Exécutif, qu?il y ait une campagne de communication qui informe les usagers des nouvelles possibilités offertes par l?application "Dans ma rue", version 2, qu?une vigilance accrue soit portée sur l?entretien des aménagements cyclables?

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Je vous demanderai de conclure, Monsieur NAJDOVSKI.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint. - ? en lien avec les mairies d?arrondissement.

Enfin, suite au transfert de compétences des pouvoirs de police à partir du 1er janvier 2018 de la Préfecture de police à la Ville de Paris, que les agents affectés à la régulation des déplacements soient sensibilisés à la nécessité de réprimer l?occupation intempestive des aménagements cyclables.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Merci, Monsieur NAJDOVSKI.

J?ai une explication de vote du groupe Ecologiste de Paris de M. JULIEN.

M. Pascal JULIEN. - Merci.

D?abord, Madame la Conseillère, nous vous adressons les plus prompts v?ux de rétablissement, les plus rapides possibles, bien sûr.

Ensuite, pour vous dire que les associations de cyclistes, qu?elles s?appellent "Paris en Selle", "Mieux se déplacer à bicyclette" ou d?autres, constatent qu?il y a des progrès à faire dans l?amélioration de la chaussée. Néanmoins, elles continuent d?appeler à faire du vélo. J?ai envie de vous dire que si une des 8.000 familles de victimes mortes sur la route appelaient à arrêter la voiture? Je comprends, mais il y a une sorte de logique absurde, excusez-moi de le dire, dans votre raisonnement.

Vous avez été victime d?un accident, et Dieu merci ils sont extrêmement rares. L?accidentologie est très faible à Paris, mais quatre morts par an, je crois, c?est quatre de trop et je suis d?accord avec vous.

Mais il faut continuer, malgré ce qui vous est arrivé, à dire qu?il faut faire du vélo, adhérer à des associations cyclistes et soutenir la politique de la Ville de Paris, notamment de Christophe NAJDOVSKI, dont je n?ai pas un mot à retirer de sa réponse.

Je vous remercie.

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Merci, Monsieur JULIEN.

Le v?u n° 45 est maintenu, si je comprends bien, Madame GALLOIS ? En vous adressant au nom de toute l?Assemblée nos souhaits de prompt rétablissement.

Je mets aux voix, à main levée, ce v?u avec un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u est rejeté.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 45 bis de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté à l?unanimité. (2017, V. 197).