Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

QE 2017-17 Question de Mme Maud GATEL et des élu-e-s du groupe UDI-MODEM à Mme la Maire de Paris relative à la réglementation sur les engins de déplacement personnels (EDP).

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2017


 

Réponse (M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint) :

"La Stratégie Paris Piéton, adoptée par le Conseil de Paris à l?unanimité en janvier 2017, énonce que les engins de déplacement personnels - E.D.P. -, tels que les gyropodes, hoverboards, trottinettes, sont "de nature à perturber la sérénité des piétons". Dans la lignée du Plan d?action pour les mobilités actives - P.A.M.A. - portée par l?Etat, une réflexion, à laquelle est associée la Ville, a été engagée avec le CEREMA afin que soit définie une réglementation sur l?utilisation des E.D.P.

Dans l?objectif d?un meilleur partage de l?espace public, dans le respect et la sécurité de tous les usages, la Ville de Paris porte, au sein des groupes de travails du P.A.M.A., la demande de création d?un cadre juridique national, voire européen, garantissant la sécurité des piétons. Il est en effet avéré que certains E.D.P. peuvent aujourd?hui atteindre des vitesses qui compromettent et menacent la sécurité des piétons.

Pour ce faire, il apparaîtrait nécessaire de classifier les E.D.P., de sorte qu?ils soient identifiés en fonction notamment de leur vitesse et de l?espace utilisé (chaussée, trottoir, voie cyclable). Or, si une réglementation municipale devait être envisagée, la diversité des E.D.P. serait aujourd?hui un obstacle, certains engins n?étant pas homologués. Par voie de conséquence, la classification s?avère difficile.

Ainsi, sans un cadre réglementaire national ou européen portant sur le matériel et les usages, une interdiction pure et simple ne saurait distinguer entre des E.D.P. compatibles avec les cheminements piétons (engins ne dépassant pas 5 ou 6 km/h, véhicules d?aide à la mobilité utilisés par les personnes en situation de handicap) et ceux qui constituent un danger.

Cependant, la Ville mènera une campagne de sensibilisation afin de promouvoir un meilleur partage de l?espace public, dans le respect de tous les usages, y compris piétons."