Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

QE 2017-19 Question de M. Yves CONTASSOT et des élu-e-s du groupe Ecologiste de Paris à Mme la Maire de Paris relative aux œuvres artistiques d’accompagnement du tramway.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2017


 

Réponse (M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, et M. Bruno JULLIARD, premier adjoint) :

"Le Maire de Paris a souhaité que la création du tramway T3 en 2006 dépasse la simple inauguration d?une ligne de transport et s?accompagne d?une commande publique artistique ambitieuse. Dès la construction de la première portion du T3 (Sud), des commandes étaient passées à 9 artistes majeurs, afin que leurs créations, placées dans l?espace public, accompagnent et contribuent au renouveau des Maréchaux et des portes de Paris. En 2012, dans le cadre du prolongement de la ligne entre la porte d?Ivry (13e) et de la porte de la Chapelle (18e), 15 nouvelles ?uvres ont été installées dans l?espace public, visant toujours à favoriser la rencontre entre les usagers et les ?uvres.

Le budget alloué à la réalisation des ?uvres mais aussi à leur accompagnement en matière de médiation sur la portion Sud du T3 est de 4 millions d'euros, dont 2 millions d'euros financés par la Ville de Paris (la Région Ile-de-France cofinançant l?autre moitié) et de 10.658.318 euros pour la portion Est du T3 (presque intégralement financée par la Ville).

Il n?existe pas de budget dédié spécifiquement à la maintenance des ?uvres conçues en lien avec le tramway mais un budget global de fonctionnement de 100.000 euros par an pour l?ensemble des ?uvres installées dans l?espace public (dont les ?uvres du T3 font partie) et pour lesquelles la Ville gère l?entretien.

Du budget d?investissement est par ailleurs disponible chaque année (environ 80.000 euros) pour des restaurations plus importantes, allant au-delà du nettoyage, dégraffitage, petites réparations. 25 ?uvres ont été installées en 2006 et 2012 sur le parcours du T3. 4 d?entre elles ont dû être retirées :

- "Mirage" de Bertrand Lavier (2006), désinstallée en 2012 à la fin de la convention liant la Ville à R.F.F. qui avait permis son installation.

- "Incubate, lactate, perambulate" d?Angela Buloch (2006) au niveau de la porte de Versailles a malheureusement aussi dû être retirée suite à un contentieux avec l?artiste.

- Christian Boltanski "Les murmures amoureux" (2006) dans le parc Montsouris suite à de multiples dégradations de l??uvre.

- "La Cabine" de Sophie Calle et Franck Gehry (2012) sur le pont Garigliano. Sa restauration et sa réinstallation, votées dans le cadre du budget participatif 2014 "Des ?uvres d?art investissent la rue", sont en cours.

Une autre ?uvre, toujours en place mais abîmée, installée dans le 13e arrondissement en 2006 et réalisée par Peter Kögler, va faire l?objet d?une restauration dans le cadre du budget participatif. Entre ce projet et la réinstallation de "La Cabine", ce sont près de 100.000 euros qui vont être consacrés à la restauration/réinstallation de ces 2 ?uvres.

Les ?uvres installées dans l?espace public vivent avec lui et ses évolutions et nous nous attachons à trouver d?autres sites pour des installations provisoires lorsqu?une ?uvre doit quitter son emplacement initial.

La Maire de Paris a souhaité reconduire la démarche d?accompagnement artistique pour le T3 Nord entre la porte de la Chapelle (18e) et la porte d?Asnières (17e) dont les travaux sont actuellement en cours, en expérimentant une nouvelle façon de faire. Un partenariat a été mis en place avec la Fondation de France autour de l?action "Nouveaux Commanditaires", action qui permet à des citoyens de devenir acteurs du développement de leur territoire en invitant des artistes à réaliser des ?uvres liées à des problématiques qu?ils ont identifiées.

Dans un souci de vigilance face à la détérioration des ?uvres d?art dans l?espace publique, les enjeux de maintenance sont aujourd?hui pleinement intégrés afin de s?assurer de la compatibilité entre l??uvre, son environnement et ses usages. Il a été demandé aux cinq artistes, actuellement au travail, des éléments concernant l?entretien de leurs ?uvres futures."