Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par Mme BÜRKLI, M. de FROMENT et Mme BLOCH relatif à la sécurisation des squares du 9e. Vœu déposé par le groupe les Républicains relatif à la sécurité dans les espaces verts du 15e.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2017


 

M. Jean-François MARTINS, adjoint, président. - Les v?ux nos 33 et 34 sont relatifs à la sécurisation des squares des 9e et 15e arrondissements.

Je donne la parole à Mme BÜRKLI, pour deux minutes.

Mme Delphine BÜRKLI, maire du 9e arrondissement. - Merci, Monsieur MARTINS.

Ce sujet est extrêmement préoccupant. Ce v?u concerne le 9e et concerne en fait l?ensemble du territoire parisien. Mon collègue Philippe GOUJON, maire du 15e arrondissement, relaiera cette préoccupation via un v?u sur le même thème.

La réforme qui a conduit à la création de la DPSP a bouleversé tout le dispositif de surveillance et de nettoyage dans les squares et, il faut bien le dire, l?a malheureusement aggravé. Les plaintes se suivent et se ressemblent, les squares sont fréquentés de jour comme de nuit par des personnes dont le comportement est contraire à la réglementation des parcs et jardins. C?est le résultat de la suppression des agents d?accueil et de surveillance dans les squares, remplacés par des tournées d?agents de la DPSP et par des agents techniques d?entretien d?espaces dit A.T.E.E.

Une présence humaine fixe a donc laissé la place à des agents dont les priorités seraient affectées à la lutte contre les incivilités. En tout cas, c?est ce que l?on nous dit lorsque nous posons des questions aux directions. Ces agents seraient affectés à la lutte contre les incivilités, ce qui laisse encore à démontrer.

Quant aux A.T.E.E., leur priorité est l?ouverture des squares et le contrôle malheureusement aléatoire des jeux. Le nettoyage des squares est donc en option, d?autant plus que la division 8, 9, 10 - mon collègue Philippe GOUJON y faisait allusion dans son intervention - a du mal à se mettre en place et, de surcroît, il n?y a que 9 A.T.E.E. pour effectuer ce travail, ce qui est totalement dérisoire compte tenu de l?étendue des trois arrondissements.

Sur l?aspect propreté, je finance sur l?état spécial de l?arrondissement un sur-entretien hebdomadaire des squares qui permet d?améliorer la situation, même si avec l?augmentation de la fréquentation pendant la période de beau, le compte n?y est pas.

Mais sur l?aspect sécurité, seule une présence humaine en journée peut permettre de rétablir la quiétude et la sécurité dans les squares. Donc il est urgent de rétablir une présence effective d?agents de surveillance dans les espaces verts.

(M. Mao PENINOU, adjoint, remplace M. Jean-François MARTINS au fauteuil de la présidence).

Ce sujet est sérieux car le désengagement de la Ville de Paris, réel sur tous ces sujets du quotidien des Parisiens, pose de sérieux problèmes. Les exemples ne manquent pas. Je peux vous citer encore des seringues trouvées dans un certain nombre de squares de l?arrondissement la semaine dernière, ou encore des S.D.F. ou des marginaux qui dorment en pleine journée sur les jeux du square Berlioz pour ne citer qu?un square.

La responsabilité de cette situation revient à la Ville de Paris. La Préfecture de police n?est pas en mesure d?intervenir. Je regrette que M. le Représentant du Préfet ne soit pas à nos côtés, il nous l?aurait confirmé, mais il n?est pas en mesure d?intervenir dans les squares.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Je vais vous inviter à conclure !

Mme Delphine BÜRKLI, maire du 9e arrondissement. - Cette situation ne peut plus durer. Il est urgent de réagir et nous attendons, via ces v?ux, des décisions efficaces dans ce domaine.

Merci.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Monsieur GOUJON, vous avez la parole.

M. Philippe GOUJON, maire du 15e arrondissement. - La maire du 9e a tout dit, donc je dirai le reste !

C?est vrai que nous avions déjà déposé deux v?ux le 9 décembre 2013 et le 10 juin 2014 demandant l?augmentation par redéploiement du nombre d?agents d?accueil et de surveillance.

Depuis lors, la situation de la sécurité dans les espaces verts du 15e n?a cessé de se dégrader, en particulier je voudrais citer le square du Clos-Feuquières et le square Dalpayrat. Beaucoup d?usagers se plaignent de regroupements tumultueux, de trafics, d?agressions, de jeux de ballons violents et, de façon générale, de comportements contraires à la réglementation des jardins, qui ne sont la plupart du temps ni prévenus, ni réprimés du fait de la suppression, comme le disait Delphine BÜRKLI, des brigades d?agent d?accueil et de surveillance par la Ville de Paris.

J?ajoute que la création de plus de 5 hectares d?espaces verts publics supplémentaires depuis 2013 dans le 15e, ce dont nous nous réjouissons, malheureusement s?est fait sans moyens de surveillance supplémentaires. La mairie du 15e a dû engager des crédits pour améliorer la sécurité des espaces verts pour le rehaussement de grilles, la pose de herses, de portails, l?éclaircissement de végétaux et le réaménagement d?aire de jeux.

In fine, nous avons même dû prendre l?initiative de financer le recours à des maîtres-chiens payés par la mairie du 15e pour empêcher les intrusions nocturnes dans les squares Dalpayrat et du Clos-Feuquières. Je pourrais citer aussi le parc Citroën, qui malheureusement est ouvert toute la nuit depuis peu, le square de l?ancien hôpital Boucicaut, la petite ceinture ferroviaire, la coulée verte, dont on a déjà parlé ici, le square Bartholomé.

Nous demandons donc le renforcement des effectifs de la DPSP, des rondes ciblées des agents et la réaffectation d?une présence humaine durable, par exemple dans la journée dans les espaces verts puisque aujourd?hui les agents ne sont plus dédiés à la surveillance exclusive des espaces verts.

Depuis la réforme, il est devenu impossible d?assurer une présence dissuasive, fixe, en uniforme dans certains espaces verts, comme c?était le cas auparavant lorsque des problèmes étaient constatés. Faute de cette présence humaine, la sécurité évidemment se dégrade très rapidement. De nombreux faits alarmants nous ont été signalés. C?est la raison pour laquelle nous demandons ces mesures.

Merci.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

J?ai une explication de vote de Joëlle MOREL.

Mme Joëlle MOREL. - En tant qu?élue aux espaces verts dans le 11e, je m?interroge également sur ces questions de non-respect de la tranquillité publique.

Récemment, le maire du 11e et l?ensemble des élus du 11e ont aussi été interpellés par des riverains des rues Duranti, Servan, Saint-Maur qui se plaignent également de nuisances dans le square de La Roquette. Ils s?inquiètent fortement des incidents qui sont de plus en plus violents et dangereux pour les riverains en cette période, tout particulièrement autour du 14 juillet, des agressions, des agressions physiques de passants, de riverains, de commerçants, des vandalismes.

Si nous nous retrouvons sur un certain nombre de constats, nous ne nous retrouvons pas sur un certain nombre de considérants. Nos réponses à ces problèmes sont totalement différentes des vôtres. Le groupe Ecologiste ne demande ni le rehaussement des grilles, ni la pose de herses ou de portails, ni l?éclaircissement des végétaux, encore moins plus de répression, ni le financement de maîtres-chiens, mais nous demandons l?intervention plus régulière des équipes de prévention, l?organisation d?animations de qualité et un travail suivi de coordination entre l?ensemble des agents qui interviennent sur un même secteur, une police de proximité efficace.

Le groupe Ecologiste s?abstiendra donc sur ces deux v?ux.

Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Pour vous répondre, la parole est à Colombe BROSSEL.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe. - Merci à tous les trois.

Je mets de côté l?intervention de Joëlle MOREL, à laquelle je n?ai pas un mot à changer. Nous sommes totalement en accord et en phase, et d?ailleurs nous y travaillons, non pas avec l?élue aux espaces verts mais avec l?élu en charge des questions de sécurité et de prévention, notamment sur le square de La Roquette dans lequel, en effet, nous avons besoin de mobiliser les agents. D?ailleurs ils sont présents, mais c?est leur permettre de se mobiliser encore plus et nous sommes en train d?y travailler avec l?ensemble des acteurs de la prévention. Donc, c?est un sujet un peu différent.

Merci à Delphine BÜRKLI et à Philippe GOUJON pour leurs interventions. Je me disais, en vous écoutant, Madame la Maire du 9e, que pour que votre v?u soit arrivé au Conseil de Paris, avec des points qui de fait sont des contrevérités, c?est certainement que nous n?avions pas été suffisamment clairs dans nos explications. Parce qu?évidemment il n?y a pas eu de disparition des agents d?accueil et de surveillance affectés dans les espaces verts. Alors, si vous avez de bonne foi écrit ceci dans un v?u, c?est certainement, je pense, que nous avons dû avoir du mal à nous comprendre.

Mais bien entendu, il n?y a pas de disparition des agents de surveillance des espaces verts et ils ont été accueillis au sein de la DPSP Mais leur accueil au sein de la DPSP ne les a pas fait disparaître et ils ont toujours pour objectif d?accompagner les visiteurs, les usagers de l'espace public et notamment dans les espaces verts afin d'y garantir la tranquillité de tous. Mais, comme vous le savez, les A.A.S., au-delà de leur capacité à verbaliser, sont présents sur la médiation, la présence humaine, le renseignement. Ils tiennent beaucoup, et ils ont raison, à garder un fort poids de la médiation dans leur travail.

Ce travail se déroule à l'échelle locale. Vous êtes d'ailleurs informés, contrairement à ce qui était affirmé par M. GOUJON, depuis le 5 mai que le bail pour la nouvelle circonscription des 8, 9, 10 a été signé 25, rue de Liège. Ce n'est donc pas un élément de surprise pour la maire d'arrondissement que vous êtes puisque cela va permettre le déploiement de cette circonscription.

Je vous accorde volontiers le fait que c'est la dernière circonscription qui se déploiera, puisque c'est la dixième qui va être créée, et que nous sommes encore évidemment dans la phase d'ajustement inévitable dans une réforme de cette ampleur. Ainsi, 150 agents contre une centaine aujourd'hui seront présents dans cette circonscription et travailleront via le ou la chef de circonscription en relation directe avec les trois maires d'arrondissement que vous êtes, pour pouvoir échanger avec vous sur vos priorités.

M. GOUJON le sait mais peut-être vais-je lui rappeler que la circonscription des 7e et 15e arrondissements a été investie par les nouveaux agents il y a 15 jours et que nous sommes en train de caler des dates dans les agendas pour l'inaugurer ensemble. Peut-être cet élément vous avait-il échappé.

C'est donc la raison pour laquelle je vais vous proposer de retirer ces v?ux, sans quoi j'appellerai à voter contre. Surtout, Madame la Maire du 9e, comme je le ferai avec les trois derniers maires concernés par le déploiement de cette nouvelle circonscription, nous aurons à cette occasion un échange sur le fond et sur la façon dont la DPSP se déploie et se déploiera dans les semaines qui viennent dans vos trois arrondissements.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Les v?ux sont maintenus ? Oui.

Je le pensais bien.

Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 33 avec un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u est rejeté.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 34 avec un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u est rejeté aussi.