Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par l'Exécutif relatif à la Citoyenneté d'honneur à M. Mohammad YUNUS.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2017


 

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Je vais redonner tout de suite la parole à Patrick KLUGMAN, puisque nous passons à l'examen du v?u non rattaché référencé nº 99 relatif à la Citoyenneté d'honneur à M. Mohammad YUNUS.

J'aurai ensuite des explications de vote.

Monsieur Patrick KLUGMAN, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire, merci surtout à chacun et chacune des présidents et présidentes de groupe du Conseil, parce que nous avons été amenés à saisir chacun d'une demande assez urgente, inhabituelle, puisque tous nos citoyennetés d'honneur le sont et doivent le demeurer, d'un v?u portant citoyenneté d'honneur à M. Mohammad YUNUS.

Chacun, je pense, le connaît, il est bien sûr l'un des grands inspirateurs du microcrédit dans son pays d'origine, le Bangladesh, à travers la Grameen Bank et dans le monde entier. Il a été vraiment un inspirateur de l'accès de tous aux ressources essentielles, à commencer bien sûr par l'initiative et le crédit.

C'est un grand militant de l'éradication de la pauvreté et à ce titre, il s'était vu décerner le prix Nobel de l'économie, et le prix Nobel de la paix 2005 et 2006. C'est une personnalité exceptionnelle, nous nous enorgueillissons de fabriquer avec lui le prochain sommet de l'économie sociale et solidaire, le "Global social business Unit" avec Antoinette GUHL au mois de novembre prochain.

A l'occasion de ce sommet, des inquiétudes se sont faites jour sur un harcèlement, administratif, judiciaire, qui empêcherait Mohammad YUNUS non seulement de voyager, mais peut-être même de se rendre au sommet que nous travaillons avec lui, et c'est la raison pour laquelle de manière assez urgente nous avons décidé de lui proposer de lui décerner ce titre de protection qui est la citoyenneté d'honneur de la Ville de Paris, et que je vous demanderai mes chers collègues, de bien vouloir lui reconnaître.

C'est un honneur de décerner une distinction à Mohammad YUNUS, mais je rappelle que dans notre usage, la citoyenneté d'honneur, ce n'est pas un titre honorifique, c'est un titre de protection, et c'est pour cette raison seulement que nous vous demandons de l'accorder à M. Mohammad YUNUS.

Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

J'ai reçu deux demandes d'explication de vote.

Raphaëlle PRIMET pour le groupe Communiste - Front de Gauche, puis Jérôme GLEIZES pour le groupe Ecologiste de Paris.

Raphaëlle PRIMET ?

Mme Raphaëlle PRIMET. - Mes chers collègues, bien entendu, notre groupe soutiendra la démarche proposée de faire de M. YUNUS un citoyen d'honneur de notre Ville, mais je tiens à rappeler à Patrick KLUGMAN qu'il ne faut pas généraliser cette décision exceptionnelle.

D'abord, parce que nous pourrions glisser à Patrick KLUGMAN une liste de noms de victimes de l'arbitraire de nombreux gouvernement de par le monde, et je ne suis pas certaine qu'il regarderait nos propositions avec la même célérité mais peut-être ai-je tort.

Ensuite, que l'inventeur du microcrédit, un homme dont le système d'aide a permis à de nombreuses familles de sortir de la misère sur le continent indien, soit sous la protection de la Ville de Paris est une bonne nouvelle.

M. YUNUS a inspiré de nombreuses expérimentations dans de nombreux pays du monde, y compris dans notre capitale, puisque c'est la maison des canaux qui abrite les activités du "YUNUS Centre Paris".

La justice indépendante, la presse indépendante et un système politique qui garantit le pluralisme sont en régression sur notre planète. Le Bangladesh n'échappe pas à cette tendance mondiale, qui voit nombre de gouvernements s'autoriser à bâillonner l'expression démocratique.

Le groupe Communiste souhaite qu'à l'avenir l'Exécutif essaie de travailler dans des délais qui permettent d'examiner dans de meilleures conditions les propositions de citoyenneté d'honneur de notre Ville, aussi remarquables et respectables que soient les personnalités auxquelles nous l'octroyons.

Et même si nous ne partageons pas toutes les idées de M. YUNUS, en particulier celle qui affirme que le "social business" est la pièce manquante du système capitaliste et que son introduction peut permettre de sauver le système, nous pensons que nous pouvons lui octroyer la Citoyenneté d'honneur. Je vous remercie.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

La parole est à Jérôme GLEIZES.

M. Jérôme GLEIZES. - Merci, Monsieur le Maire.

Pour le groupe Ecologiste de Paris aussi, nous avons été fort surpris de ce v?u d'urgence, mais il est quand même très difficile de s'opposer à l'attribution de la citoyenneté d'honneur à M. Mohammad YUNUS, surtout quand on connaît le parcours de ce prix Nobel de la paix. Par contre, il n'a jamais été prix Nobel d'économie.

Quelques rapides éléments de son parcours.

Il a lancé en 1983 ce qui l'a vraiment fait connaître, à savoir la Grameen Bank, qui est la banque des villages au Bangladesh, qui a eu un rôle très important sur la diffusion du microcrédit, et donc dans un des pays les plus pauvres de la planète, il a permis à beaucoup de paysans et d'artisans de survivre dans un pays qui est relativement pauvre.

En 2006, il a eu le prix Nobel pour toute son activité, et par la suite, il a eu des difficultés avec cette banque qu'il avait créée lui-même, puisqu'il a été limogé en 2011 de cette banque.

Ses ennuis administratifs et politiques sont relativement anciens.

A partir de 2016, il a eu une relation assez particulière avec la Ville de Paris, puisqu'il a installé une antenne de la fondation "YUNUS Centre" sur les berges du canal de l'Ourcq, à la maison des canaux, tel que cela a été dit préalablement.

Créé au Bangladesh, le "YUNUS Centre" essaime un peu partout dans le monde, dans les pays pauvres comme en Europe ou aux Etats-Unis, et nous avons donc la chance d'accueillir ce centre à Paris.

Mohammad YUNUS est considéré aujourd'hui comme l'un des principaux créateurs du concept du microcrédit, qui consiste à prêter de petites sommes aux entrepreneurs trop modestes pour s'adresser aux banques traditionnelles, afin de les aider à créer leur entreprise.

Cependant, nous avons quelques doutes sur le caractère d?urgence. Je pense que l?on aurait pu passer par la procédure classique et je la rappelle. Auparavant, une réunion de la Commission de la citoyenneté d?honneur de la Ville de Paris, réunissant les représentants de chaque groupe du Conseil de Paris, débattait d?une proposition de la citoyenneté d?honneur, et c?est seulement si celle-ci recueillait l?unanimité qu?elle était présentée en Conseil de Paris.

Je pense qu?on a un peu préempté la décision parce que cela n?aurait posé aucun problème si on avait réuni cette Commission, et elle aurait donc donné un avis favorable. Je pense que c?est bien de suivre certaines règles, sinon après on pourra continuer à déroger de manière définitive.

L?autre élément très important de la citoyenneté d?honneur à Paris, c?est qu?elle s?attribue vraiment par rapport? Je lis ce qui est dit sur le site de la Ville de Paris dans la délibération qui a créé cette citoyenneté d?honneur : "Cette distinction extrêmement élevée, très peu attribuée, est réservée aux défenseurs les plus emblématiques des Droits de l?homme de par le monde et a récompensé d?immenses résistants de la dictature et de la barbarie".

D?ailleurs, quand on lit la manière dont est rédigé le v?u, on voit que le v?u parle du caractère exceptionnel de cet homme, ce qui est tout à fait exact, et très peu de la partie de mise en danger puisqu?il faut arriver au dernier considérant, "considérant les pressions et menaces politiques, médiatiques et judiciaires", mais tous les autres considérants sont sur d?autres thématiques.

Si on veut élargir la notion de citoyenneté d?honneur, ce qui est tout à fait possible, y compris à des grands artistes, des grands intellectuels, on pourrait aussi leur donner la citoyenneté d?honneur. Cela peut être un choix mais je pense, dans ce cas, qu?il faut que l?on revoie nos critères. Et pourquoi pas ? Le groupe Ecologiste n?a pas d?objection par rapport à cela.

Mais aujourd?hui, je rappellerai donc que c?est un moyen de pression vis-à-vis des gens qui ont été emprisonnés, de façon à ce que les gouvernements libèrent ces personnes. On a fait cela pour des journalistes. On citait tout à l?heure des journalistes français qui avaient été arrêtés à l?étranger et cela a servi de moyen de pression. Là, pour le moment, à ce que je sache, M. Muhammad YUNUS n?est pas encore mis en difficulté. Il a déjà eu par le passé des problèmes administratifs. Et si tous les gens qui avaient des difficultés à avoir un visa, si tous les intellectuels qui avaient des difficultés à avoir un visa, on devait leur donner la citoyenneté d?honneur, c?est vrai qu?il y aurait beaucoup de personnes. Notamment aujourd?hui en Turquie, il y a de plus en plus de journalistes et d?intellectuels qui n?ont plus d?accès et qui sont bloqués dans leur pays et qui auraient aussi besoin de l?aide de la Ville de Paris. Mais bien sûr nous voterons ce v?u sans difficulté.

M. Mao PENINOU, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de v?u déposé par l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

Le projet de v?u est adopté. (2017, V. 219).