Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Voeu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à la mise en place d’une évaluation annuelle des activités de la Maison des Initiatives Etudiantes.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2008


 

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Nous examinons le v?u référencé n° 23 dans le fascicule, déposé par le groupe U.M.P.P.A., relatif à la mise en place d?une évaluation annuelle des activités de la Maison des initiatives étudiantes.

Monsieur MENGUY, vous avez la parole.

M. Jean-Baptiste MENGUY.- Merci, Madame le Maire.

Ce v?u est le résultat de la visite que nous avons faite de la M.I.E. avec mes collègues de la 7e Commission. Alors que, comme cela a été très bien rappelé par le Président LAMOUR tout à l?heure, l?exigence de nos citoyens monte vers plus de transparence qu?une meilleure gestion des politiques publiques est d?actualité au niveau de l?Etat, nous ne pouvons que regretter que le Maire de Paris n?ait pas souhaité relayer cette demande au niveau de l?évaluation de sa propre politique et des résultats de celle-ci.

La Maison des Initiatives Etudiantes, et je le déplore parce que l?idée n?est pas forcément à condamner, rentre dans ce schéma. Nous n?avons pas, à l?heure actuelle, de réelle lisibilité sur l?efficacité, sur la véritable opportunité des actions qui sont menées à la Maison des Initiatives Etudiantes. Pour vous donner un exemple, les statistiques que la maison met en ?uvre sur la fréquentation, sur les associations et les visites sont des statistiques cumulées, ce qui ne permet aucune visibilité ni aucune analyse concrète. Nous étions samedi dernier à l?anniversaire de la Maison des Associations du 15e arrondissement, et quand on compare la gestion de la Maison des Associations et celle de la Maison des Initiatives Etudiantes, on voit des différences, notamment sur le choix des associations qui peuvent s?inscrire à la Maison des Initiatives Etudiantes.

Je crains également que les résultats de l?action de la M.I.E. ne soient largement perfectibles, notamment quand on voit les partenariats qui sont menés ou pas avec les établissements d?enseignement autres que les universités, le fait que les responsables de la M.I.E. déplorent eux-mêmes qu?au bout de six ans d?existence, ils n?aient toujours pas de stand officiellement installé dans les filières d?inscription aux universités...

Quand on fait la somme de tous ces inconvénients, le v?u est évidemment motivé par le besoin d?un bilan annuel des activités de la M.I.E. Ce n?est pas pour avoir un contrôle à tout bout de champ, mais c?est pour voir les besoins, les évolutions, et quelque chose de tout à fait transparent qui s?inscrira évidemment dans le besoin de bonne gestion et de bonne gouvernance publique.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Je donne la parole à M. GUILLOT.

M. Didier GUILLOT, adjoint. - Plusieurs petites réponses.

La première, sur la question du rapport d?activité, je n?ai aucun souci. Je l?ai déjà dit en 7e Commission, je le redis : je suis prêt à présenter un rapport d?activité sur la M.I.E. chaque année au mois de juin. Ce sera sans aucun souci et en toute transparence.

Pour le reste, il y a beaucoup d?inexactitudes dans ce v?u. D?abord sur la question des rapports avec les universités et autres établissements d?enseignement supérieur. Les associations inscrites à la M.I.E. sont des associations qui agissent autant dans l?enseignement supérieur et dans les grandes universités parisiennes que dans les grandes écoles. A titre d?exemple, il y a des associations de Sciences Po, de l?ESSEC, de l?Ecole des Arts, de l?IFC, des Arts Décos : le champ de la M.I.E. n?est absolument pas limité aux universités.

Pour le reste, sur la question des files d?inscription, c?est un choix de ne pas être sur les files d?inscription. En revanche, la M.I.E. est présente dans tous les forums d?associations et les journées d?information qui on lieu d?octobre à décembre, et le lieu me paraît beaucoup plus propice pour parler du bénévolat, de l?engagement et de la vie associative que sur les files d?inscription au mois de juillet.

Ensuite, sur la question des associations et du bilan d?activité des associations, là où l?on a un petit problème, c?est que sur les 175 associations qui sont inscrites à la M.I.E., seulement une trentaine sont financées par la Ville, et pour la plupart pour de petites subventions, et je ne vois pas au nom de quoi la Ville de Paris pourrait demander à l?immense majorité de ces associations qui ne sont pas financées par la Ville un quelconque rapport d?activité : cela ne me paraît pas tenir la route.

Enfin, sur la question du développement, je suis sûr qu?on peut faire mieux en la matière et c?est le souhait de tous les élus parisiens. On pourra faire mieux, évidemment, et on pourra faire mieux en ouvrant d?autres antennes de la M.I.E. : c?est le projet, vous le savez comme nous, et deux antennes devraient ouvrir dans les deux ans qui viennent, notamment dans le quartier Latin et sur ?Paris-Rive gauche? et je ne doute pas que cela répondra au v?u le plus cher des associations parisiennes qui sont très nombreuses et très demandeuses.

Là aussi une dernière inexactitude : elles sont systématiquement renouvelées sur des critères très précis, et notamment un critère très important, à savoir que ces associations doivent rester étudiantes et à chaque rentrée, la M.I.E. vérifie bien que ces associations sont encore étudiantes et quand elles ne le sont plus, elles ne peuvent plus être inscrites évidemment, et dans ce cas, passent sous un autre régime.

Cette M.I.E. et ces futurs M.I.E. sont tout simplement au monde étudiant ce que sont les maisons des associations pour les arrondissements, c?est-à-dire un lieu d?animation et d?émulation pour les nombreuses structures associatives, d?accompagnement pour la formation et le développement de nombreuses associations. Là encore, le succès est au rendez-vous et le sera évidemment dans les prochaines antennes. Merci.

Je demande donc le retrait de ce v?u ou son rejet.

M. Jean-Baptiste MENGUY. - On va maintenir le v?u parce que les critères que vous avez développés, Monsieur le Maire adjoint, je le regrette, ne sont pas suffisants.

En ce qui concerne l?enseignement supérieur et les autres écoles, s?il n?y a pas de bilan complet et effectif, c?est une chose sur laquelle nous n?avons aucune visibilité. Le critère étudiant n?est largement pas suffisant. Quand on sait les conditions d?inscription dans les universités, on ne peut pas se baser uniquement sur le critère de demande, donc nous maintenons notre v?u.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Vous avez donné votre réponse et nous allons passer au vote de ce v?u que, sans surprise, vous n?avez pas retiré. Sans surprise, j?appelle à voter contre.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe U.M.P.P.A., assortie d?un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.