Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à la dénomination de la nouvelle salle d’entraînement de boxe du centre sportif Max Rousié.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2008


 

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Nous examinons le v?u référencé n° 28 dans le fascicule, déposé par le groupe U.M.P.P.A., relatif à la dénomination de la nouvelle salle d?entraînement de boxe du centre sportif Max Rousié.

La parole est à M. Hervé BÉNESSIANO.

M. Hervé BENESSIANO. - Je vous remercie, Madame la Maire. Vous voyez, nous sommes en progrès tous les deux.

Madame la Maire, il s?agit d?un v?u pour rendre un hommage particulier à Jacques MANAVIAN qui est un ancien champion de boxe et éducateur sportif du centre Max Rousié depuis 1959, à l?occasion de l?inauguration de la nouvelle salle d?arts martiaux pour laquelle de grands efforts ont été faits au niveau de la Ville de Paris, et j?en profite pour rendre un hommage public à Valérie de BREM avec qui nous avons travaillé de façon remarquable afin que ce projet soit fait en temps et en heure. Je le dis aussi clairement que je le pense. Nous avons maintenant un centre tout à fait digne de ce nom permettant d?attirer 250 à 300 jeunes qui, jusqu?à présent, étaient plutôt, il faut le reconnaître, dans les rues.

Ils vont désormais au centre Max Rousié grâce également à la qualité d?un autre éducateur qui est Frédéric ESTHER, ancien champion d?Europe de boxe. Vous voyez que nous travaillons véritablement avec des professionnels.

Jacques MANAVIAN est en fin de parcours après 50 ans de bons et loyaux services. Il est d?ores et déjà non seulement une figure charismatique mais également une légende du 17e arrondissement et en particulier des quartiers Pouchet.

C?est la raison pour laquelle l?ensemble du Conseil d?arrondissement, à l?unanimité, a souhaité que le nom de Jacques MANAVIAN puisse être donné à cette salle qui est en mezzanine dans le centre Max Rousié.

Je vous remercie, Madame? Monsieur le Maire.

(M. Christophe GIRARD, adjoint, remplace Mme Anne HIDALGO au fauteuil de la présidence).

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Il faut être attentif à la démocratie participative.

Monsieur VUILLERMOZ, pour l?Exécutif, vous avez la parole.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint. - Je suis absolument d?accord avec vous. J?ai rencontré M. MANAVIAN, ancien champion de boxe et qui est en effet un personnage sportif de grande qualité.

Je sais qu?il est très apprécié et d?un dévouement remarquable. Comme vous le précisez, Jacques MANAVIAN est un éducateur sportif qui, depuis 1959, a initié à la boxe des générations de jeunes Parisiens au centre sportif Max Rousié.

Il paraît normal que vous proposiez que la salle d?entraînement porte son nom. Cependant, vous le savez, les règles parisiennes qui régissent les dénominations sont toujours celles de 1932.

Cette délibération vise à ne rendre un hommage public qu?à une personne décédée et cela dans un délai supérieur à cinq ans. Dans le cas présent, Jacques MANAVIAN est toujours parmi nous, cela rend impossible cette dénomination.

Cependant, je vous ai proposé une solution alternative. Nous pouvons faire en sorte que, lors de l?inauguration de cette salle d?entraînement qui pourrait avoir lieu en septembre prochain en présence de Jacques MANAVIAN, reste une trace écrite de cet événement en apposant une plaque précisant que la salle a été inaugurée en présence de Jacques MANAVIAN, ancien champion de boxe, éducateur sportif au centre Max Rousié depuis 1959.

Telle est la proposition alternative que je peux vous soumettre au regard des contraintes qui sont les nôtres en matière d?hommage public.

Si vous en êtes d?accord, je vous demanderai de retirer votre v?u au profit de cette proposition.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Cette proposition vous convient-elle ? Quelle position adoptez-vous, Monsieur BÉNESSIANO ?

M. Hervé BENESSIANO. - J?ai bien noté ce que vient de dire M. VUILLERMOZ et je regrette en effet que la Ville de Paris ne fasse pas en sorte, comme il arrive dans bien d?autres villes de France, que nous puissions attribuer dans des cas exceptionnels, de leur vivant, le nom de personnalités à un stade ou un centre culturel.

Puisqu?il en est ainsi pour l?immédiat et qu?on ne peut pas le changer, j?accepte la proposition qui est un geste de M. VUILLERMOZ et dans ce cadre nous retirons momentanément notre voeu en espérant que vous pourrez faire avancer l?article de 1932 permettant d?améliorer les choses à l?avenir.

M. Christophe GIRARD, adjoint, président. - Très bien, ce débat fera l?objet d?un autre Conseil de Paris.

Le v?u étant retiré, il n?est donc pas voté.