Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Voeu déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés relatif à l’accueil d’une maison relais pour SDF vieillissants au sein de la structure sociale du 58, rue du Vertbois.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2008


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Il nous reste à examiner le v?u référencé n° 98 dans le fascicule, déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés, relatif à l?accueil d?une maison relais pour SDF vieillissants au sein de la structure sociale du 58, rue du Vertbois.

La parole est à M. Gauthier CARON-THIBAULT.

M. Gauthier CARON-THIBAULT. - Ce v?u se rattache à l?immeuble situé au 58, rue du Vertbois, dans le nord du 3e arrondissement, immeuble composé de 18 logements. Dans la programmation foncière 2008, cet immeuble est fléché afin de devenir une structure sociale dans le cadre de notre engagement de financer 2.000 places nouvelles en C.H.R.S., foyers, maisons relais, logements d?insertion dans le diffus et ce, d?ici 2014.

Avec les élus du 3e arrondissement, nous avons réfléchi au projet social qui pouvait sous-tendre cette structure, car pour l?instant, il n?est pas défini, et nous nous sommes rendu compte qu?il y avait une thématique qui devenait une problématique sur Paris, celle des personnes sans domicile fixe, en particulier les plus vieillissantes parmi elles.

Face au recul de l?État, et du coup, face au manque de structures existant pour les accueillir, la Ville de Paris accueille régulièrement des personnes S.D.F. vieillissantes dans des foyers-services ou dans des EHPAD Or, vous vous doutez bien que ni le personnel, ni les conditions d?accueil ne sont faites pour accueillir ce public. En l?occurrence, nous souhaitons tout simplement, et ce parce que le 3e arrondissement veut prendre toute sa part à l?effort de solidarité, que cette structure sociale puisse à terme accueillir une maison-relais pour S.D.F. vieillissants.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - La parole est à Mme Olga TROSTIANSKY pour vous répondre.

Mme Olga TROSTIANSKY, adjointe. - Les acteurs de la grande exclusion, dont le centre d?action sociale de la Ville de Paris, ont constaté une augmentation des publics âgés ayant eu des parcours de vie chaotiques, alternant des passages fréquents à la rue entrecoupés par des périodes d?hébergement d?urgence.

Pas suffisamment âgés et dépendants pour s?intégrer dans un établissement traditionnel pour personnes âgées, mais trop abîmés par la vie pour envisager une insertion socioprofessionnelle classique, ces personnes nécessitent une prise en charge et un logement adapté.

Comme l?a souligné le dernier conseil d?administration du centre d?action sociale de la Ville de Paris consacré à la prise en charge des S.D.F. vieillissants, la maison-relais est un équipement approprié pour accueillir dignement ces personnes.

Malgré le financement de 500 places en maison-relais lors de la précédente mandature, le nombre de places reste encore insuffisant pour répondre aux besoins repérés.

C?est pourquoi je me réjouis particulièrement de la proposition de Gauthier CARON-THIBAULT et de Pierre AIDENBAUM, qui concrétise notre volonté de développer des maisons-relais à Paris et c?est la raison pour laquelle je suis favorable à votre v?u.

Je tiens à ajouter que je suis très satisfaite de l?attitude des maires et des élus d?arrondissements qui, comme vous, font preuve d?initiatives et de volontarisme pour l?accueil des sans-abri.

Cette collaboration active nous permettra de créer les 2000 places d?hébergement et de maison-relais que nous avons promises aux Parisiens. Je donne un avis favorable de l?Exécutif et je propose que Liliane CAPELLE dise quelques mots complémentaires.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Madame CAPELLE ?

Mme Liliane CAPELLE, adjointe. - Je serai brève, ce v?u me convenant particulièrement, puisqu?il y a plusieurs problématiques, et notamment, les personnes âgées de plus de 65 ans qui sont en C.H.R.S., à qui on a tendu la main à un moment donné, que l?on a sorties de la rue, et puis les règlements font qu?à 65 ans, on les sort des C.H.R.S., on est dans l?obligation de les sortir, et on a besoin de maison-relais dédiées à cette catégorie de personnes.

J?ajoute que le Maire de Paris, quand nous avons inauguré le café social, dans son intervention, a précisé qu?il fallait que l?on fasse attention à toutes les personnes qui vivaient dans la précarité, y compris les personnes les plus âgées.

Nous travaillons avec Olga TROSTIANSKY sur différents projets pour ces personnes les plus exclues et ceux qui pourraient dévisser, parce que nous allons arriver vers les premières personnes qui vont arriver à la retraite après avoir eu des passages difficiles du point de vue professionnel et qui ne pourront plus, ne peuvent plus payer leur loyer. Il faut que nous sachions répondre et anticiper, et c?est ce que nous sommes en train de faire.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci beaucoup.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés, assortie d?un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2008, V. 133).