Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Voeu déposé par le groupe communiste relatif à la suppression de trois terminus intermédiaires R.A.T.P.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2008


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l?examen du v?u référencé n° 63 dans le fascicule, déposé par le groupe communiste, relatif à la suppression de trois terminus intermédiaires R.A.T.P.

Je donne parole à M. Ian BROSSAT.

M. Ian BROSSAT. - C?est Hélène BIDARD qui va présenter le v?u.

Mme Hélène BIDARD. - Merci, Monsieur le Maire.

Il s?agit d?un v?u concernant la fermeture des terminus intermédiaires aux stations République et Invalides pour les lignes 8, 9 et 13. La R.A.T.P. aurait décidé de fermer ces terminus pour les renvoyer aux terminus qui se trouvent aux limites de Paris.

Nous avons quelques inquiétudes quant à ce choix. D?abord, pour le service rendu aux usagers, puisque ces terminus intermédiaires permettent d?avoir des trains plus tôt le matin, partant du centre de Paris et permettent également une certaine régulation en cas de problème pour les trains en partance des limites de Paris.

Ensuite, nous avons une deuxième inquiétude qui concerne les conditions de travail des salariés de la R.A.T.P. Jusqu?à présent, nous n?avons pas réellement de certitudes quant aux conditions de travail de ces salariés qui verraient donc les centres intermédiaires où ils travaillent fermer.

Ce v?u tend donc à ce que M. le Maire de Paris demande à la direction de R.A.T.P. des précisions concernant sa politique vis-à-vis des terminus intermédiaires et exprime sa volonté de voir mis en ?uvre les moyens nécessaires au bon fonctionnement de ces mêmes terminus intermédiaires, tant pour les conditions de travail des salariés que pour le service rendu aux usagers.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Madame LEPETIT, vous avez la parole.

Mme Annick LEPETIT adjointe. - Oui, vous avez raison d?avoir des inquiétudes. Nous aussi, d?ailleurs !

La R.A.T.P. qui envisage de supprimer ces terminus, afin sans doute de limiter les coûts d?exploitation et de gardiennage, est une entreprise publique où, malheureusement, les élus ne siègent plus à son conseil d?administration depuis 2004. C?est le Gouvernement qui l?a décidé ainsi et, vous le savez, depuis la décentralisation des transports, c?est le S.T.I.F. qui fixe par un contrat les niveaux de service que les entreprises de transport, que ce soit la S.N.C.F. ou la R.A.T.P., doivent offrir aux Parisiens.

Je suis bien évidemment en accord avec le fond du v?u.

En revanche, M. le Maire de Paris ne peut pas adresser une telle demande à la Direction de la R.A.T.P.

Je vous propose que ce soient les élus qui siègent au conseil d?administration du S.T.I.F., puisque nous sommes quatre représentants du Conseil de Paris à siéger au C.A. du S.T.I.F. dont trois majoritaires, et un de l?opposition.

Comme nous avons bientôt un conseil d?administration du S.T.I.F., où nous faisons d?ailleurs une audition - j?en profite pour informer le Conseil - du président-directeur général de la S.N.C.F., nous en profiterons pour bien évidemment interroger la R.A.T.P.

Je propose que le v?u soit retiré dès lors que je m?engage, au nom de la majorité du Conseil, à faire passer le message, si je puis dire, au S.T.I.F.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Etes-vous d?accord pour retirer votre voeu ?

Mme Hélène BIDARD. - Oui, je suis d?accord tout à fait pour retirer le v?u. Je souscris aux propos de Mme LEPETIT et je la remercie de sa bienveillance.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.