Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, DAC 48 - Signature d’une convention et d’un troisième avenant à la convention-cadre 2006-2008, relatifs à l’attribution de deux subventions à l’association “Théâtre de la Ville” pour assurer le fonctionnement et l’équipement du Théâtre de la Ville (4e) et du Théâtre des Abbesses (18e). - Montants : 5.200.000 euros (fonctionnement et 300.000 euros équipement).

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2008


 

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l?examen du projet de délibération DAC 48 concernant la signature d?une convention et d?un troisième avenant à la Convention cadre 2006-2008 relatifs à deux subventions à l?association ?Théâtre de la Ville? pour assurer le fonctionnement et l?équipement du Théâtre de la Ville et du Théâtre des Abbesses qui en dépend.

La parole est à Mme MACÉ de LÉPINAY.

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Merci, Monsieur le Maire.

Je n?ai pas besoin, mes chers collègues, de vous vanter les mérites du Théâtre de la Ville. Chacun d?entre vous connaît sa programmation riche et variée sur ses deux scènes, celle de la place du Châtelet et celle de la place des Abbesses. Danse, théâtre, musique, musiques du monde, le public très nombreux est depuis très longtemps, fidèle à ce théâtre, où se produisent des artistes de renom et qui permet à de nombreux talents de se faire connaître.

A l?heure où Gérard VIOLETTE quitte la direction de ce théâtre et où Emmanuel DEMARCY-MOTA lui succède, et alors même, Monsieur le Maire,  que vous avez fait le choix d?un metteur en scène de très grand talent, d?un grand directeur pour reprendre la barre de ce magnifique navire qu?est le Théâtre de la Ville, il est pour le moins surprenant que vous n?ayez pas accompagné cette passation de pouvoir par un signe visible.

Gérard VIOLETTE laisse le théâtre en parfait état de marche. Il faut donner à Emmanuel DEMARCY-MOTA les moyens d?assurer sa première saison de manière forte. En Conseil d?administration, nous n?avons pas adopté ce qui est un simulacre de budget : nous avons voté les dépenses mais pas les recettes. C?est-à-dire que compte tenu du montant de la subvention que nous votons aujourd?hui, et contrairement à ce qui est écrit dans la délibération, le budget du Théâtre de la Ville n?est pas équilibré.

Les charges fixes de l?association sont incompressibles et c?est bien sûr le budget artistique qui va se trouver réduit. Les parts de coproduction des prochaines saisons se trouvent réduites. Cela compromettra les programmations des saisons à venir. Je regrette que votre municipalité donne un si mauvais signe au Théâtre de la Ville, alors que vous avez justement rendu hommage au magnifique travail de Gérard VIOLETTE, alors que vous avez souhaité bonne chance à son successeur Emmanuel DEMARCY-MOTA. Ce n?est pas un signe de reconnaissance ni d?encouragement que vous leur donnez aujourd?hui, en maintenant pour la troisième année consécutive la subvention de fonctionnement du Théâtre de la Ville au même montant.

Merci.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Madame MACÉ de LÉPINAY.

M. Christophe GIRARD vous répond.

M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Si je ne connaissais pas Mme MACÉ de LÉPINAY, je me dirai : mon Dieu, quelle démagogie dans cette déclaration ! Mais en quoi mettons-nous en péril un théâtre qui reçoit la deuxième plus importante subvention de la Ville ?

Le Théâtre de la Ville est la deuxième institution culturelle de Paris, et d?ailleurs au conseil d?administration ou lors d?une inauguration, je cite toujours le travail fait par celle qui me précéda, à savoir Hélène MACÉ de LÉPINAY. Bon, elle n?en fait pas autant ! C?est la vie.

En tout cas, ce théâtre a un nouveau directeur. Gérard VIOLETTE est parti dans de très bonnes conditions avec beaucoup d?hommage, beaucoup de respect, une soirée inoubliable d?ailleurs vous étiez ma voisine juste devant. Voilà, les choses sont faites et bien faites. Un comité a fait le choix d?Emmanuel DEMARCY-MOTA pour sa jeunesse, pour son énergie, pour sa vision. Il arrive et on ne donne pas un chèque en blanc même au plus génial des directeurs qui arrivent. Simplement, on reconduit la subvention, ce qui est déjà formidable dans le contexte actuel de l?Etat où je vous signale que vos compagnons réduisent ici ou là leurs subventions pour les établissements culturels du pays, et bien nous à Paris nous maintenons, voire nous augmentons.

Le Théâtre de la Ville connaît une stabilité et nous rencontrerons Emmanuel DEMARCY-MOTA en temps et en heure avec la présidente du Conseil d?administration Dominique ALDUY pour regarder le plan triennal qu?il propose d?activités et de projets pour ce théâtre.

Pour vous donner des éléments très simples, et pour éclairer les conseiller et les conseillères de Paris qui sont aujourd?hui présents sur ces bancs, un acompte de 5,2 millions d?euros a déjà été approuvé lors du Conseil de Paris de décembre 2007.

Ce projet de délibération dont on parle aujourd?hui et que critique Mme MACÉ de LÉPINAY, vise à verser le solde de la subvention de fonctionnement qui est au total de 10,4 millions d?euros en 2008 et à attribuer une subvention d?équipement de 300.000 euros conformément à la convention-cadre 2006-2008.

95 spectacles, 34 créations, 400 représentations. La fréquentation est excellente avec un taux de 90 % contre 82 % l?an dernier.

La subvention de fonctionnement a augmenté entre 2001 et 2007, passant de 9.756.737 euros à 10,4 millions d?euros, soit une augmentation d?environ 650.000 euros. Elle s?est stabilisée à 10,4 millions d?euros depuis 2006.

Stabilité ! Est-ce un gros mot quand on veut bien gérer ? Non, cela me paraît plutôt être une attitude responsable. La subvention au Théâtre de la Ville représente la deuxième plus grosse subvention accordée par la Ville à une association culturelle, la première étant celle du Châtelet.

Un rendez-vous programmatique et budgétaire est prévu en septembre avec le nouveau directeur du théâtre, Emmanuel DEMARCY-MOTA qui succède Gérard VIOLETTE, une convention triennale pourrait être envisagée.

Je préfère ne pas faire au nom de la Ville et du Maire un petit cadeau budgétaire juste pour l?effet, mais plutôt sur la durée, envisager d?augmenter le soutien à un théâtre et à son nouveau directeur qui, de par sa jeunesse, a aussi toutes ses preuves à faire quand on aura des éléments d?appréciation tangibles.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, pour cette belle réponse.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 48.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2008, DAC 48).