Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, Voeu déposé par l’Exécutif relatif à l’attribution à Taslima NASREEN de la Citoyenneté d’Honneur de la Ville de Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2008


 

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du v?u référencé n° 44 dans le fascicule, déposé par l?Exécutif, relatif à l?attribution à Taslima NASREEN de la Citoyenneté d?Honneur de la Ville de Paris.

Je rappelle ce que Bertrand DELANOË nous a dit ce matin, l?ensemble des groupes s?est rallié à ce v?u.

Je vais donc donner la parole aux présidents de groupe qui le souhaitent, à commencer par M. Jean-Marie CAVADA.

M. Jean-Marie CAVADA. - S?agissant de l?éblouissante personnalité de Mme Taslima NASREEN, que je connais depuis plus de 15 ans et dont le combat n?est pas nouveau à travers son continent et travers son pays, je m?inscris dans les pas de la plupart des propos tenus ce matin par M. le Maire de Paris. Ils m?ont semblé justes, ils m?ont semblé bienvenus, et cette demande, qui à mes yeux n?a que trop tardé, fait honneur à la Ville et salue avec l?humilité qui s?impose à nous le combat d?une femme de paix qui représente bien au-delà d?elle-même le combat des femmes en particulier en Asie, le combat des femmes dans les pays où elles sont sujettes à tant de brimades, et le combat de défense des libertés d?une façon générale.

Monsieur le Maire, je saisis cette occasion en redisant notre enthousiasme pour poser une question : ne serait-il pas bienvenu que ces décisions qui consistent à donner des noms de femmes ou d?hommes vivants ou disparus, mais dont l?action et la personnalité sont si méritoires qu?il convient de s?incliner devant leur mémoire ou devant leur action lorsqu?ils sont vivants, soient prises par une commission neutre de haut niveau et toutes tendances confondues, car par exemple, le nom de Mme Taslima NASREEN, qui est honoré aujourd?hui, et sans aucune restriction, nous l?approuvons, est à mon avis honoré trop tardivement, et il convient dans cette affaire de ne pas perdre trop de temps surtout si la pression populaire, on l?a vu avec le cas de Mme Ingrid BETANCOURT, est un argument très important à la vigilance internationale.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - La parole est à Mme Danielle FOURNIER.

Mme Danielle FOURNIER. - Le groupe ?Les Verts? s?associe avec enthousiasme à la proposition de donner à Taslima NASREEN la dignité de citoyenne d?honneur de la Ville de Paris.

Nous n?avons rien à ajouter ni à enlever d?ailleurs au discours que M. le Maire de Paris lui a adressé ce matin. Son combat pour la laïcité au Bengladesh, en Inde, partout dans le monde nous touche et nous semble essentiel.

Dénoncer sans relâche le pouvoir des religions, faire la différence entre ce qui relève de la sphère publique et ce qui relève de la sphère privée, c?est ?uvrer pour la liberté de pensée partout dans le monde et pour l?épanouissement de chacun.

Ce combat pour la laïcité, dans son cas, est indissociable du combat pour faire avancer le droit des femmes, droit dont le respect est souvent entravé par le poids des religions.

J?ai employé le mot de combat, car c?est au prix de sa vie que Taslima NASREEN s?est engagée. J?espère vraiment, au nom du groupe ?Les Verts?, au nom de nous tous, je pense, que ce titre qui lui est donné aujourd?hui puisse être une protection contre les extrémismes et qu?elle pourra se réinstaller et vivre dans le pays de son choix, le pays de son coeur.

Nous souhaitons la remercier d?être venue dans notre Assemblée et l?assurer de notre soutien, de notre solidarité dans la défense de la liberté et de toutes les libertés sans exclusives.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci, Madame la Présidente.

La parole est à Mme BACHE.

Mme Marinette BACHE. - Merci, Monsieur le Maire.

Mme NASREEN est la défense de la Liberté et d?abord de la liberté d?expression et de la liberté de circulation.

Elle parle et elle écrit avec un talent mondialement reconnu qui d?ailleurs lui ont valu des prix internationaux, M. le Maire de Paris y faisait référence ce matin, le Prix de la Liberté de pensée, le prix des Droits de l?Homme, le prix Simone de Beauvoir.

Mme NASREEN est aussi la défense de l?Egalité et d?abord l?égalité entre les hommes et les femmes qu?elle défend non seulement au prix de sa propre liberté mais au risque de sa vie avec un courage qui force l?admiration, comme d?autres femmes d?ailleurs en Iran ou au Nigeria par exemple.

Taslima NASREEN lutte avec constance et détermination pour l?émancipation des femmes face à tous les intégrismes.

Elle lutte également pour mettre un terme aux discriminations faites aux minorités, c?est aussi son combat pour l?égalité.

Mme NASREEN est la défense de la Fraternité, la volonté ô combien dérangeante, dans des sociétés régies par les dogmes, de considérer l?autre comme son égal et même comme son frère, et pas seulement comme appartenant à telle ou telle communauté.

C?est l?affirmation de son souhait d?instaurer une éducation laïque, permettant à chaque enfant de grandir en esprit libre, de refuser l?enfermement dans un ghetto culturel ou religieux et de s?épanouir par son libre choix.

Liberté, Égalité, Fraternité.

Par ce v?u, le Maire de Paris nous invite à nous placer dans la lignée de nos ancêtres de la Révolution française qui offraient à des étrangers qui l?avaient mérité la citoyenneté française

C?est pour cette raison, avec enthousiasme et aussi parce que nous savons le prix d?une protection internationale, que nous voterons ce voeu.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci, Madame la Présidente.

Je rappelle au passage, puisque vous citez la Révolution, que la Révolution était une période durant laquelle des étrangers étaient membres des Assemblées parlementaires françaises.

La parole est à Mme Catherine VIEU-CHARIER, au nom du groupe communiste.

Mme Catherine VIEU-CHARIER, adjointe. - Durant la Commune de Paris aussi il y a eu des étrangers qui étaient aux manettes.

Monsieur le Maire, mes chers collègues, bien évidemment, les élus communistes s?associent pleinement à ce v?u.

En conférant à Taslima NASREEN la citoyenneté d?honneur de la Ville de Paris, il ne s?agit pas seulement d?honorer le combat d?une femme, mais dans rappeler le prix.

Il n?y a pas de combat sans adversaires, mais tous les adversaires ne sont pas aussi redoutables et aussi acharnés que ceux de Taslima NASREEN.

On a voulu la faire taire, on a voulu la faire fuir, on aurait voulu qu?elle meure. Au nom de tout ce que la Ville porte comme symbole, il était évident que la Ville accueille Taslima NASREEN parmi les siens.

Bien sûr cela ne vaudra jamais le retour dans cette région du monde pour laquelle elle se bat, bien sûr elle est désormais ici parmi nous, mais vraiment nous lui souhaitons de retourner là-bas, auprès de son peuple, comme elle le revendique depuis de longues années.

En se battant pour les hommes et les femmes de son pays, Taslima NASREEN se bat pour les hommes et les femmes du monde entier et elle se bat pour nous.

En lui conférant la citoyenneté d?honneur, la Ville de Paris veut dire que nous nous battrons avec elle parce que cette lutte est la nôtre, parce que cette lutte pour l?égalité entre les hommes et les femmes est une lutte quotidienne et qu?elle ne s?arrête pas aux frontières des Etats ou des villes.

En faisant citoyenne d?honneur Taslima NASREEN, la Ville de Paris veut se rappeler aussi sa propre histoire et son combat pour la liberté.

Cela nous honore tous.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Je vous remercie.

La parole est à Mme Laurence DOUVIN, au nom du groupe U.M.P.P.A.

Mme Laurence DOUVIN. - Merci, Monsieur le Maire.

Au nom de mon groupe, je voudrais dire que nous adressons notre salut à Taslima NASREEN, femme de courage dont nous nous sentons tous solidaires.

En effet, la qualité de son oeuvre et son engagement exceptionnel au service des droits des hommes, des femmes et de la liberté lui ont certes valu des prix littéraires prestigieux, mais aussi l?exil à la suite de l?expulsion de son pays en 1994.

Taslima NASREEN a écrit : ?On ne peut pas résoudre les difficultés en jouant à cache-cache avec elles?.

Sa trajectoire et sa vie l?ont bien montré, elle a mis cette affirmation en pratique et a affronté les difficultés puisque, médecin, elle s?est battue pour les femmes dans son pays, a dénoncé leur assujettissement et les violences qu?elles subissent.

A son tour et en raison de ses dénonciations du conservatisme et du machisme, elle a eu à subir ces violences. Elle les a payées au prix fort, puisque son pays lui est fermé.

Je tenais à lui dire que nous nous sentons parfaitement solidaires de son combat, que nous ressentons aussi comme le nôtre, et tenais également à lui exprimer notre admiration et notre solidarité.

En ce qui concerne la citoyenneté d?honneur de la Ville de Paris, nous serons heureux de nous associer avec enthousiasme à cette décision. Il n?en a pas toujours été de même, je pense notamment à Cesare BATTISTI, ce que nous regrettons encore.

Merci de votre attention.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint. - Merci, Madame DOUVIN.

La parole est au président Jean-Pierre CAFFET, pour le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés.

M. Jean-Pierre CAFFET. - Je me contenterai d?ajouter quelques mots aux propos qu?a tenu le Maire ce matin en présence de Taslima NASREEN.

Je crois que notre Ville, Paris, joue pleinement son rôle dans la défense de la liberté d?expression et de circulation de tous ceux qui se battent pour plus de justice, pour l?égalité entre les hommes et les femmes, pour la laïcité, pour la paix et pour la solidarité entre les peuples.

Avec ce v?u, nous exprimons également notre refus de toute forme de fondamentalisme et nous rendons hommage à cette femme écrivain, particulièrement courageuse qui, au péril de sa vie, se bat contre l?oppression des minorités non islamiques dans son pays d?origine et pour l?émancipation de tous.

Son combat pour la laïcité est quelque chose de fondamental, il est aussi le nôtre car nous pensons, comme elle l?a d?ailleurs écrit, qu?il ne peut pas y avoir d?égalité dans une société dominée par la religion qui opprime. Nous pensons qu?il est inadmissible, pour ne pas dire barbare, qu?en Inde qu?elle considère comme sa seconde patrie, et où elle s?est réfugiée longtemps, des extrémistes musulmans aient mis sa tête à prix, ayant même fixé une prime pour sa décapitation.

Taslima NASREEN a renoncé à beaucoup de choses, elle paie cher pour ses idées, pour avoir dit que les femmes ont droit à l?égalité et à la justice et qu?elles n?auront ni l?une ni l?autre tant que l?Etat ne sera pas laïque.

Son combat, elle le mène par des livres, pacifiquement, en mettant en cause la violence et l?amalgame explosif entre le politique et le religieux.

Que Taslima NASREEN sache qu?elle peut compter sur notre soutien, que les portes de Paris lui seront toujours ouvertes et nous espérons que cette nouvelle distinction qui lui est attribuée aujourd?hui l?aidera dans son combat.

Bien évidemment, mon groupe votera ce v?u.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Président.

La parole et à M. Pierre SCHAPIRA.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint. - Je vous remercie de cette unanimité.

Je ne vais pas en rajouter puisque le Maire a dit de nombreuses choses ce matin et que les uns et les autres, présidents qui représentez vos groupes, avez dit l?essentiel.

Je dirai simplement à mon amie Laurence DOUVIN que Cesare BATTISTI n?est pas citoyen d?honneur de la Ville de Paris, il est sous sa protection.

Je veux dire à Jean-Marie CAVADA que sa proposition mérite d?être étudiée. Je pense que nous devrions, effectivement, avec un jury de hautes personnalités, avec des représentants des groupes peut-être, avoir une commission étudiant un certain nombre de cas comme c?est fait dans d?autres institutions.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci, Monsieur SCHAPIRA.

Avant de mettre aux voix ce v?u, je pense que Taslima NASREEN serait sans doute sensible à ce que le Maire de Paris lui adresse la sténotypie des propos qui ont été tenus sur ce v?u et qui me paraissent d?une haute élévation.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de v?u n° 44 déposé par l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de v?u est adopté. (2008, V. 106).

(Applaudissements sur tous les bancs de l?Assemblée).