Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe UDI-MODEM relatif aux nuisances sonores dans le jardin Lionel Assouad.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2017


 

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Le v?u n° 81 est relatif aux nuisances sonores dans le jardin Lionel Assouad.

La parole est à Eric AZIÈRE.

M. Eric AZIÈRE. - Ce v?u soulève un problème particulier, mais que l'on pourrait élargir à une réflexion plus large sur les implantations des aires multisports à Paris.

En l'occurrence, celle du square Lionel Assouad dans le 14e a été placée sans aucune étude préalable ni aucune concertation avec les riverains à moins de 5 mètres du siège de la Mission locale des 6e, 7e, 14e, 15e et 16e arrondissements, et à moins de 9 mètres des fenêtres d'un immeuble d'habitation, accentuant de fait ce qui est déjà dans la configuration du lieu une véritable caisse de résonance pour tous les bruits.

Outre que cette aire de sports est installée en contradiction totale avec les recommandations faites par le Conseil national du bruit, la conception même de cet équipement élude totalement les conséquences sonores évidentes de son utilisation, le revêtement n'absorbant aucunement les impacts de ballons et encore moins des grilles sur lesquelles les ballons rebondissent constamment.

Si l'on ajoute à cette erreur de conception et d'implantation que cette aire multisport, par son accès pendant et en dehors des horaires autorisés, est aussi une aire régulière de multi incivilités : trafic en tous genres, consommation d'alcool, de stupéfiants, circulation de scooters, insultes, bagarres, etc., on imagine le niveau de nuisances, l'enfer que vivent derrière leurs fenêtres forcément fermées hiver comme été, des riverains au bord de la crise de nerfs, au paroxysme de l'angoisse.

Si j'emploie cette expression, c'est parce qu'il s'agit bien d'un problème de santé publique, un problème qui menace la santé des habitants du quartier. L'Agence européenne de l'environnement considère que 10.000 décès prématurés sont provoqués chaque année par le bruit et les nuisances sonores.

Il n'y a pas que l'oxyde de carbone et les particules fines qui tuent, le bruit tue aussi à Paris.

Au nom de ces riverains du jardin Lionel Assouad, mais je le sais au nom de beaucoup de riverains de ce type d'équipement, nous voudrions que la Ville de Paris mène les études et la concertation les plus rapides possibles pour que ces concepts de multistades à Paris ne soient plus synonymes de cauchemar des riverains.

Je vous remercie.

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Merci, Monsieur AZIÈRE. La parole est à Jean-François MARTINS.

M. Jean-François MARTINS, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Monsieur le Président AZIÈRE, ce terrain multisports, comme un certain nombre d?entre eux qui se trouvent proches des habitations, sont à la convergence de tout ce que la densité de notre ville nous fait toucher du doigt comme défis et comme enjeux de la cohabitation. Et au même titre finalement que ce que fait Frédéric HOCQUARD sur la nuit, à savoir, être capable de faire cohabiter les usages, nous devons en matière sportive, et ici en particulier, faire cohabiter les usages, et en particulier sur cette question du bruit.

J?ai été saisi à plusieurs reprises par les riverains : ce n?est pas la question du bruit permanent - c?est pourquoi j?appelle à un peu de modération, Monsieur AZIÈRE -, c?est essentiellement sur les bruits notamment tard le soir, après les horaires décents de bon voisinage, d?occupation bourgeoise, comme on dit, c?est-à-dire après 20 heures 30 - 21 heures.

En l?espèce, nous avons déjà mis un certain nombre de mesures, notamment la fermeture de la partie du square qui comprend aussi le stade à 19 heures 30 et à 20 heures 30 pendant l?été, la deuxième partie du square, elle, fermant à 21 heures 30 ; deux agents d?accueil qui assurent la fermeture des portes, appuyés par les correspondants de nuit du 14e arrondissement pour s?assurer qu?un certain nombre de jeunes, qui n?ont pas très envie d?en partir, soient évidemment accompagnés vers la sortie.

Et par ailleurs, nous avons un travail, notamment avec un suivi extrêmement particulier et engagé de la maire du 14e arrondissement, Carine PETIT, pour, avec le commissaire de l?arrondissement, multiplier les visites sur site. C?est près de 44 missions du commissariat du 14e sur ce site dans les huit premiers mois de 2017, 40 heures de présence, 5 interventions sur appels du C.V.O.? Blablabla, Monsieur AZIÈRE, je ne dis pas que tout va bien, je dis que l?on essaie de prendre les choses les unes après les autres.

Nous avons changé le revêtement pour atténuer le bruit du ballon, et enfin, fermé l?ère contiguë au City stade, si vous connaissez bien le site, qui donnait l?accès à l?espace très enclavé qui générait effectivement les attroupements.

Il n?y a qu?un point de votre propos auquel je vais donner pleinement raison, c?est que le sujet n?est pas sportif, Monsieur AZIÈRE. Le sujet, ce n?est pas le bruit des ballons. Le sujet, c?est le bruit des attroupements, de la musique, des cris, etc., parce que certains usagers du quartier, qui ne sont pas que des jeunes d?ailleurs, ne viennent pas faire du sport sur ce terrain, mais viennent s?y rassembler. Et donc, je ne veux pas priver l?ensemble des gamins du 14e qui font vraiment du sport sur ce terrain au titre de quelques-uns qui effectivement viennent y faire du bruit et s?y rassembler.

C?est pourquoi la seule réponse que nous devons avoir est de l?ordre de la prévention de la délinquance, de l?ordre des effectifs de la DPSP, de l?ordre du renforcement des effectifs du commissariat qui viennent nous aider sur ces interventions. Les riverains m?écrivent systématiquement, ainsi que Carine PETIT, en temps réel, à chaque fois au sujet du bruit. Les adjoints de Mme Carine PETIT réagissent en permanence directement pour saisir le commissariat. Plaidez avec nous pour qu?ils passent d?autant plus souvent. J?ajoute par ailleurs, Monsieur AZIÈRE, que d?expérience, tous ces terrains que nous avons fermés, c?était pire après, parce que les usagers s?y prenaient d?une manière encore plus violente et avec d?autant plus une envie de vengeance. Et donc, je préfère que nous n?arrivions pas à cette situation. C?est pourquoi, malheureusement, j?émettrai un avis défavorable.

M. Bernard JOMIER, adjoint, président. - Merci.

Je suppose qu?Eric AZIÈRE maintient son v?u?

Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u n° 81 avec un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u est rejeté.