Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2017 DASES 37 - Convention de marché de recherche et développement portant sur l'étude d'une population de rongeurs à Paris. Vœu déposé par le groupe LR relatif à la lutte contre les rongeurs sur l'espace public. Vœu déposé par le groupe PPC relatif à la recrudescence de rongeurs place et promenade Pereire. Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2017


 

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DASES 37 et les v?ux nos 45, 46 et 46 bis : convention de marché de recherche et développement portant sur l?étude d?une population de rongeurs à Paris. La parole est à Geoffroy BOULARD. Monsieur le Maire, vous avez la parole.

M. Geoffroy BOULARD, maire du 17e arrondissement. - Merci, Madame la Maire.

Mes chers collègues, le v?u relatif aux rongeurs dans l?espace public que nous vous proposons fait écho au signalement croissant que nous recevons de la part de nos concitoyens, qui s?inquiètent de la recrudescence des rongeurs, dont la présence devient de plus en plus visible sur l?espace public.

Localement, nous avons pris nos responsabilités et avons soutenu toutes les dispositions prises pour lutter contre ce fléau. Nous avons ainsi accepté la fermeture de squares pendant plusieurs jours afin de permettre des campagnes d?éradication efficaces en l?absence du public. Nous organisons également, dans le 17e, le 4 octobre, une réunion publique dédiée à ce sujet, qui visera deux objectifs : d?une part, rendre compte sur les actions entreprises par notre collectivité en matière de lutte contre les rongeurs, et d?autre part, lancer un appel au civisme et aux bonnes pratiques. Toutefois, nous avons conscience que la population attend une réponse globale et massive face à l?invasion des rats. C?est le sens de ce v?u qui exprime la demande, d?abord, d?une intensification de la lutte contre les rongeurs sur l?ensemble de l?espace public, d?une analyse de l?impact des différentes méthodes de lutte contre les rongeurs, et enfin, la démultiplication des opérations de sensibilisation du public aux bonnes conduites afin d?éviter la prolifération des rats. Je vous remercie.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Merci. Je donne maintenant la parole à M. Thierry HODENT pour le groupe PPC.

M. Thierry HODENT. - Merci, Madame la Maire.

Le v?u n° 46 va dans le même sens que le v?u n° 45. Il a été déposé par Jérôme DUBUS et les élus du groupe. Il est clair que dans le 17e, il y a des problèmes de rats, comme vient de le dire le Maire du 17e, mais il n?y a pas que dans le 17e. Ce matin dans les journaux gratuits, on parlait encore dans tout-Paris des problèmes de rats. Je pense donc qu?il faudrait vraiment mener une action d?ampleur sur tout-Paris pour dératiser au maximum notre ville, sachant que les produits utilisés aujourd?hui ne sont pas facilement utilisables pour des raisons de pollution. Il faut donc vraiment que la Mairie de Paris prenne globalement en charge ce problème des rats.

Je vous remercie.

Et donc, le v?u n° 46 concerne particulièrement la place Pereire et la promenade Pereire, mais cela concerne aussi le reste de Paris.

Merci.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Merci.

Pour vous répondre, je vais donner la parole à Bernard JOMIER et ensuite je donnerai la parole à Sandrine MÉES pour le groupe Ecologiste qui a demandé une explication de vote sur le v?u n° 45.

Mais tout d?abord, la réponse de l?Exécutif.

Monsieur JOMIER ?

M. Bernard JOMIER, adjoint. - Merci, Madame la Maire, merci aux auteurs des v?ux.

Cela fait plusieurs fois que notre Conseil est saisi de la question de la prolifération des rats dans l?espace public à Paris. Je vous rappellerai brièvement que nous avons réuni ici, à l?Hôtel de Ville, l?an dernier un colloque international des villes sur cette question pour croiser nos approches et pour élaborer un plan d?action.

Ce plan d?action a été élaboré et il est public. Il se base sur une approche éthologique, c?est-à-dire une approche de l?étude du comportement des rats dans le milieu naturel, et en interaction avec les êtres humains et le milieu urbain pour limiter leur population.

Ce plan n?est pas un plan d?extermination, ce serait totalement inutile et dangereux. Les rats sont très utiles dans le sous-sol où ils rendent de multiples services. Le problème est que les rats sont remontés en surface pour un ensemble de raisons. Vous en avez cité d?ailleurs et vous en rappelez dans vos v?ux. C?est par exemple des changements de comportement des Parisiens, donc une abondance maintenant de nourriture présente dans l?espace public de surface et d?accès aux points d?eau qui fait que, conjugué à un ensemble de raisons que vous connaissez très bien, les rats se sont multipliés en surface.

Il n?y a pas de solution chimique générale. Vous l?avez rappelé, Monsieur HODENT, il n?existe pas de produit. Si certains avaient des velléités de grands empoisonneurs, les raticides ne sont pas efficaces.

Les autres solutions chimiques qui sont proposées, j?ai lu par exemple la distribution de produits contraceptifs aux rats, je vous signale que ces produits ne sont pas autorisés par la législation européenne, en raison de leur risque sur l?environnement. On dissémine dans l?environnement des produits qui sont des perturbateurs endocriniens et je trouve étonnant que l?on réclame de disséminer des produits, qui sont autorisés aux Etats-Unis, certes, mais interdits en Europe, alors que dans le même temps on lutte contre le C.E.T.A. qui veut nous imposer toutes les cochonneries venues d?outre-Atlantique.

Donc, il n?y a pas de solution de toute façon dans l?empoisonnement des rats. Il n?y a de solutions que par le plan que nous avons mis en place, qui est un plan d?ensemble et qui concerne un ensemble de mesures. Par exemple, comme nous l?avons fait dans un jardin qui est près d?ici, le jardin de la tour Saint-Jacques et dans bien d?autres jardins d?autres arrondissements, il faut clôturer les espaces pendant un temps déterminé pour priver les rats de nourriture et d?eau. Il faut aussi mener des actions auprès de la population pour cesser de laisser la nourriture sur l?espace public. Il faut que nous changions, et nous avons commencé à le faire, les conteneurs car actuellement les rats vont percer les sacs plastiques existant pour récupérer la nourriture. C?est donc un ensemble de mesures globales qui permet de contraindre les rats à quitter l?espace public et à redescendre. Je vous le dis clairement, cela prendra un peu de temps mais cela marche. Pour peu que l?on prenne le temps, cela marche. La difficulté, je ne la nie pas, c?est qu?au-delà de ces espaces délimités, les rats au fur et à mesure se propagent dans le diffus, c?est-à-dire en dehors des parcs et des jardins et dans l?ensemble de l?espace public. Le but de ce projet de délibération, j?y reviens, c?est de faire une étude sur des rats morts, donc aucune souffrance animale dans cette étude, pour contribuer à mettre au point de nouvelles générations d?anticoagulants. Ils pourraient être des produits efficaces pour tuer les rats qui viennent en surface. Mais il faut être très clair, ce ne sera de toute façon qu?un morceau de la réponse. Donc nous continuons à appliquer le plan d?ampleur que la Maire de Paris a doté d?un budget supplémentaire pour faire face à la situation. Là où l?ensemble des mesures est appliqué, on constate une efficacité sur la présence des rats dans l?espace public, mais nous sommes loin d?avoir terminé le travail. C?est la raison pour laquelle je vous propose ce v?u de l?Exécutif qui reprend largement les préoccupations que les élus du 17e ont exprimé. J?appelle chacun et chacune à participer à l?ensemble des actions mises en ?uvre, et en particulier à diffuser auprès des Parisiens les messages d?éducation et de comportement pour éviter que notre espace public présente trop de nourriture accessible pour les rats. Je vous remercie.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Merci de cette réponse très claire.

Je vais donner la parole à Sandrine MÉES pour le groupe Ecologiste en explication de vote.

Mme Sandrine MÉES. - Merci, Madame la Maire.

Les égoutiers parisiens le disent : ces rongeurs sont de précieux auxiliaires en ce qu?ils contribuent à la propreté des égouts. D?autre part, la cause de la condition animale gagne du terrain en France, notamment grâce au travail de L. 214, ses reportages et ses actions. Cependant, on doit dire que réguler la population des rats à Paris est une nécessité qui est bien sûr partagée par les écologistes.

Dans les méthodes de régulation, celle de l?empoisonnement est selon nous la pire. C?est aussi une fuite en avant puisque les rongeurs deviennent de plus en plus résistants. Nous préconisons des méthodes qui ont fait leur preuve, par exemple le blocage des sites de reproduction et des terriers.

Enfin, la prolifération des rats doit nous renvoyer - c?est ce que nous faisons - aux problèmes d?incivilités puisque l?augmentation de la population, comme on l?a dit, est aussi due à la présence des déchets sur l?espace public.

Donc la Ville s?est dotée d?une mission sur la condition animale et les écologistes demandent que le présent projet de délibération soit retiré de l?ordre du jour, le temps que cette mission examine le bien-fondé de la méthode ici proposée.

Visiblement, nous n?avons pas la même interprétation de la méthode proposée puisque M. JOMIER dit qu?il s?agit d?expérimentations sur des rats morts et que nous n?avons pas fait la même lecture du projet de délibération. Si ce projet de délibération ne peut être retiré afin d?être mieux examiné, notamment dans le cadre de la mission sur la condition animale, nous voterons contre.

Je vous remercie.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Merci.

En réponse aux v?ux nos 45 et 46, l?Exécutif a déposé le v?u n° 46 bis.

Le v?u n° 45 du groupe les Républicains est-il maintenu, Monsieur BOULARD ?

M. Geoffroy BOULARD, maire du 17e arrondissement. - Nous le maintenons et nous aurions souhaité sur le v?u de l?Exécutif, qu?il soit fait mention de notre v?u n° 45. Cela paraît quand même élémentaire : quand on propose un v?u du côté de l?Exécutif, il serait bien quand même de citer les v?ux qui font référence au sujet en question, et notamment la lutte contre les rongeurs.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Monsieur HODENT, pour le v?u n° 46 ?

M. Thierry HODENT. - Même réponse.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Il est maintenu ?

M. Thierry HODENT. - Oui.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - D?accord.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 45 du groupe les Républicains avec un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u est rejeté.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 46 du groupe "Parisiens Progressistes et Constructifs" avec un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u est rejeté.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 46 bis de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u est adopté. (2017, V. 238).

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 37.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2017, DASES 37).

Je vous remercie de votre attention.