Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2017 DASES 265 G - Subventions (175.894 euros) et subvention d'investissement (592.256 euros) au bénéfice du 2e Espace Solidarité Insertion familles géré par le C.A.S.P. et l'O.S.E. Conventions.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2017


 

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DASES 265 G. Subventions au bénéfice du deuxième Espace Solidarité Insertion familles géré par le C.A.S.P. et l'O.S.E.

La parole est à M. Hervé BÉGUÉ pour le groupe Communiste - Front de Gauche.

M. Hervé BÉGUÉ. - Merci, Madame la Maire.

Chers collègues, nous voudrions saluer ce projet porté dans le 2e arrondissement, notamment par notre camarade Béatrice BONNEAU en tant qu?élue à l'action sociale et à la lutte contre les exclusions, qui a travaillé en coordination avec M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e, et le cabinet de Mme Dominique VERSINI.

A partir de janvier 2018, ce nouvel Espace Solidarité Insertion, le 2e E.S.I. familles et le 16e E.S.I. créé à Paris accueillera des familles en situation de rue cyclique ou chronique, non stabilisées dans l'hébergement ou le logement.

Il proposera un accueil de jour assuré par le Centre d'action sociale protestant, avec des prestations de base - collations équilibrées, laverie, douches -, des prestations médicales et paramédicales, des prestations sociales et relatives à l'accès au droit - entretien avec un travailleur social, recherche d'un hébergement -, afin que les familles ne se retrouvent pas à la rue à l'heure de la fermeture, des activités socio-éducatives et culturelles - cours de F.L.E. pour adultes, ateliers nutrition -.

Ce deuxième E.S.I. familles aura également une mission de protection de l'enfance et de soutien à la parentalité assurée par l'?uvre de secours aux enfants ; d'accueil de l'enfant et de sa famille, individuellement et au sein de groupes d'activités socio-professionnelles et éducatives ; d'accompagnement des familles dans l'éducation, la prise en charge de leurs enfants - bien-être, santé, scolarisation, insertion, prévention de la délinquance -.

Dans ce cadre, l?E.S.I. intégrera à partir de 2018 un lieu d?accueil enfants-parents. Ses missions mobiliseront un effectif de 8 équivalents temps plein.

La transformation de cette ancienne annexe du commissariat du 2e en E.S.I. familles implique la réalisation d?importants travaux. Pour les réaliser, cela nécessite le vote qui nous occupe maintenant d?une subvention d?investissement.

C?est un projet très important pour le 2e et le Centre de Paris car, dans nos quartiers, il est constaté une présence de plus en plus importante de familles dans la rue et l?unique E.S.I. familles existant est situé dans le 15e.

Ce projet est à la fois issu du cabinet de Dominique VERSINI, de la mairie du 2e, du Pacte parisien contre la grande exclusion et des aménagements de la Mairie de Paris envers les arrondissements dans le cadre du P.I.M.

Si la réalisation d?un centre d?accueil pour S.D.F. dans le 2e était inscrite au P.I.M. et figurait également dans le Pacte parisien contre la grande exclusion, ce projet est l?aboutissement d?un long travail. L?Espace Solidarité Insertion devrait être transféré dans le 2e début 2018.

Encore une fois, nous montrons que l?alliance entre différentes forces politiques au sein d?une majorité peut aboutir à des projets ambitieux, nécessaires et porteurs de valeurs essentielles. C?est un pas important que nous franchissons vers l?égalité et la justice, contre la précarité et la misère. Nous en félicitons encore les actrices et acteurs. Je vous remercie.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Merci.

Pour vous répondre, je donne la parole à Dominique VERSINI.

Mme Dominique VERSINI, adjointe. - Merci, Madame la Maire.

Chers collègues, Monsieur le Conseiller Hervé BÉGUÉ, merci d?avoir porté l?attention sur ce projet de délibération qui est une occasion extrêmement importante de parler de l?Espace Solidarité Insertion à destination des familles en situation de rue. Il a été posé dans les objectifs du Pacte parisien de lutte contre la grande exclusion qui a été mis en place, dans un premier temps de façon provisoire dans le 11e arrondissement, rue du Chemin-Vert.

Je veux remercier François VAUGLIN pour l?accueil qu?il a réservé à ce dispositif dans le 11e, dont il était prévu dès le départ qu?il s?installe dans le 2e arrondissement, afin d?être un lieu central pour pouvoir accueillir et accompagner les familles en situation de rue, principalement les familles dites "Roms", et pouvoir ainsi, par l?alliance de deux associations très spécialisées, l?une sur la lutte contre l?exclusion qui est le Centre d?action social protestant et l?autre, grande association de protection de l?enfance, l??uvre de secours aux enfants - O.S.E. -, et également bien sûr la mobilisation de notre mission Familles de l?U.A.S.A., l?Unité d?aide aux sans-abris, pour pouvoir à la fois aller au-devant des familles, leur proposer une aide, les mettre à l?abri, scolariser les enfants et les orienter vers ce lieu. Il permet d?abord d?être un espace de sécurité pour les enfants avec leurs parents, leur maman, leur papa, les deux ou l?un ou l?autre. C?est pouvoir mettre en place un accompagnement à la parentalité et c?est tout un travail sur la scolarisation des enfants.

Ce qui est très important dans le fait d?avoir aussi l?O.S.E., grande association de protection de l?enfance, c?est vraiment la possibilité de repérer les difficultés parentales pouvant mettre en danger un enfant. Par exemple, l?utilisation de l?enfant à des fins de mendicité. Il ne faut pas qu?on se voile la face, il y a des familles en grande précarité qui ont besoin d?aide et qui se saisissent de toutes les opportunités qu'on leur offre. Il y a des familles qui sont quand même dans des réseaux familiaux et qui utilisent les enfants pour faire la manche dans la rue.

Nous avons mené, au-delà de cela, un travail très important avec le parquet mineurs et les juges pour enfants, dans les situations où l'on repère, dans la rue, des enfants pour lesquels un signalement est nécessaire du fait d'un comportement inapproprié des parents ou d'une utilisation extrêmement évidente pour la mendicité, donc de faire des informations préoccupantes. 117 enfants ont fait l'objet d'une information préoccupante.

La moitié ont été signalés au parquet, c'est-à-dire 62 situations, et 25 ont fait l'objet d'un placement de courte durée, placement qui permet, pendant ce temps, quelques jours, que le juge rencontre les parents et leur mette des limites à la façon dont on doit se comporter avec son enfant, au regard de la mendicité.

Ce qui est très important, c'est que c'est un projet qui allie à la fois humanisme, accompagnement des familles, et protection de l'enfance. C'est un projet assez inédit, d'autant que se rajoute un lieu accueil enfants-parents que nous cofinançons avec la Caisse d'allocations familiales et qui permet vraiment dans le site de travailler sur l'accompagnement à la parentalité.

C'est vraiment un projet sur lequel on fonde de grands espoirs, qui est très complet. Je voulais vous remercier d'avoir attiré l'attention sur ce projet.

J'invite nos collègues à le voter, bien évidemment.

Mme Pauline VÉRON, adjointe, présidente. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 265 G.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2017, DASES 265 G).