Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

18- 1997, DAUC 278 - Vente du domaine privé de la Ville de Paris. - Autorisation à M. le Maire de Paris de procéder à la cession par voie d'adjudication publique du lot communal n° 12 dépendant de l'ensemble immobilier situé 58, rue des Bergers (15e).

Débat/ Conseil municipal/ Février 1998



M. LE MAIRE DE PARIS. - Nous passons au projet de délibération DAUC 278.
La parole est à Mme SCHNEITER.
Mme Laure SCHNEITER. - Monsieur le Maire, il se trouve que la rue des Bergers qui est une rue étroite, est une des rares rues du 15e bordée encore par un certain nombre de petites maisons qui sont proportionnées à la taille de la rue.
C'est une rue dans laquelle se trouvent, certes pas des constructions exceptionnelles, mais des maisons à taille humaine, charmants témoins des rues villageoises qui constituaient au siècle dernier les différents quartiers du 15e.
Ces maisons devraient être réhabilitées, voire légèrement surélevées, mais certainement pas détruites comme la plupart du 15e l'a été.
En mettant en vente cet immeuble qui aurait dû rester dans le domaine privé, vous allez permettre à un énorme projet immobilier de voir le jour, car tous les immeubles voisins du n°58 ont déjà été vendus et nous allons voir surgir en peu de temps un énorme ensemble immobilier qui occupera pratiquement tout le pâté de maisons actuel.
Contrairement à ce qu'a dit M. BULTÉ tout à l'heure, c'est bien une maladie insidieuse qui continue à ravager le tissu urbain ancien, grâce aux opérations ponctuelles autorisées au titre des rénovations complètes et des sur-densités. Ces atteintes répétées, peuvent en quelques années effacer encore de nombreux paysages parisiens, notamment les avenues et rues commerçantes encore bordées d'immeubles faubouriens du XVIIe siècle.
Ces opérations sont difficiles à contrer, car chaque permis de construire est un cas particulier, et l'effet global ne sera perçu que lorsqu'il sera trop tard.
M. Vincent REINA, adjoint. - Monsieur le Maire, ce projet de délibération concerne la Z.A.C. " Javel ".
Je voudrais rappeler qu'il concerne deux lots dont l'un a été vendu. Le second qui était quand même en mauvais état nous est présenté aujourd'hui.
J'entends bien les propos de Mme SCHNEITER, mais je crois qu'en l'occurrence, ils ne s'appliquent pas à ce lot là. C'est pourquoi, Monsieur le Maire, je vous demande d'émettre un avis favorable.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAUC 278.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, les groupes socialiste et apparentés, communiste, Mmes SCHNEITER, SCHERER, SILHOUETTE et M. BLET ayant voté contre. (1997, DAUC 278).