Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

75- QOC 98-55 Question de MM. Jean-Pierre BURRIEZ, Bernard PLASAIT et des membres du groupe " Paris-Libertés " à M. le Préfet de police à propos des conséquences du mouvement de grève des agents de surveillance de Paris.

Débat/ Conseil municipal/ Février 1998



M. Alain DESTREM, adjoint, président. - La question suivante de MM. Jean-Pierre BURRIEZ et Bernard PLASAIT à M. le Préfet de police à propos des conséquences du mouvement de grève des agents de surveillance de Paris.
En voici la teneur :
" A la suite de la grève des agents de surveillance de Paris, MM. Jean-Pierre BURRIEZ, Bernard PLASAIT et les membres du groupe " Paris-Libertés " souhaitent que M. le Préfet de police leur précise les conséquences de ce mouvement. "
La parole est à M. le Représentant du Préfet de police.
M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - A l'appel d'une intersyndicale différence-CFDT-CGT, une partie des agents de surveillance de Paris a réduit son activité contraventionnelle depuis le 13 janvier dernier.
Ce mouvement s'est traduit par une baisse des procès-verbaux relevés, pour la période du 13 au 31 janvier, de 41,4 %.
Cette baisse est plus prononcée en ce qui concerne les procès-verbaux pour infractions liées au stationnement payant (non affichage du ticket, ticket non valable, affichage non réglementaire), puisqu'elle est de 49,6 %.
Les procès-verbaux pour infractions liées au stationnement interdit n'ont diminué, pour leur part, que de 16,4 %.
Les missions prioritaires demeurent assurées par les fonctionnaires de police.