Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

26- V - Question d'actualité de Mme Marie-Thérèse JUNOT, au nom du groupe des Indépendants, à M. le Préfet de police concernant les nuisances engendrées par l'organisation de la coupe du Monde de football.

Débat/ Conseil municipal/ Mai 1998



M. LE MAIRE DE PARIS. - Nous passons à la question d'actualité de Mme JUNOT au sujet de la coupe du Monde de football.
Madame JUNOT, vous avez la parole.
Mme Marie-Thérèse JUNOT. - Merci, Monsieur le Maire.
Monsieur le Maire, mes chers collègues, n'en déplaise aux sportifs de tout poil, aux amoureux du ballon rond, aux adeptes des sports d'équipe, la coupe du monde va paralyser la Capitale et quelques grandes métropoles de l'hexagone pendant plus d'un mois.
Certes, les jeux du stade passionnent nombre de nos concitoyens mais la démocratie, c'est le respect de tous. Nous voudrions donc appeler l'attention de notre Assemblée sur les nuisances qui seront inévitablement engendrées par l'organisation d'une manifestation internationale considérable mais qui risque de drainer le cortège habituel des exactions, des dégradations, du bruit, des difficultés de circulation et des atteintes à la tranquillité publique, sans compter les nombreuses entraves à l'activité de la cité qui ne vont pas manquer de se produire.
Déjà, des interdictions en tout genre pleuvent pour cause de coupe du monde : travaux différés, circulation interdite, manifestations diverses supprimées, etc...
Y aura-t-il une vie après le football ou faudra-t-il prendre de force un mois de congés anticipés ?
Nous voudrions aussi souligner les problèmes de sécurité qui ne manqueront pas de se poser dans les secteurs dépourvus des effectifs habituels de police, redéployés pour la circonstance sur les sites de la coupe du monde.
N'oublions pas non plus le coût élevé des réparations, restaurations, nettoyages nécessaires pour conserver à Paris son aspect accueillant, propre et sûr.
Aussi, sans méconnaître les apports touristiques, économiques et médiatiques de la coupe du monde, nous demandons, Monsieur le Maire, que l'on veille aussi au bon déroulement et au maintien des activités habituelles qui, chaque été, embellissent, agrémentent et transforment notre Capitale : les concerts, les animations, le théâtre dans les espaces verts, les expositions, les manifestations culturelles, ludiques ou pédagogiques qui ne devront pas souffrir des matchs organisés au Stade de France et au Parc-des-Princes.
Paris doit continuer à vivre pour tous ceux et toutes celles qui préfèrent se réfugier dans les havres de paix que sont nos jardins, nos parcs pour les petits et les familles, nos quartiers protégés, nos itinéraires de détente et de dépaysement et qui font aussi l'attrait d'une des villes les plus belles du monde.
Merci, Monsieur le Maire.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci, Madame.
La parole est à M. CANE. Ensuite ce sera au Préfet de police.
M. Dominique CANE, adjoint. - La Ville de Paris a souhaité participer à l'organisation de la Coupe du monde de football en 1998 et accueillera six matchs de cette compétition. Il s'agit, en effet, d'un événement d'une importance exceptionnelle, qui contribuera à travers le monde à faire connaître mieux encore la Ville de Paris puisque ce sont, en audience cumulée, 37 milliards de téléspectateurs c'est-à-dire bien plus que les Jeux olympiques, qui regarderont cet événement.
Par ailleurs 450.000 personnes sont attendues à Paris pour y participer plus directement.
L'ensemble du dispositif mis en place par la Ville de Paris, en relation très étroite avec le Comité français d'organisation, le Préfet de police et tous les autres partenaires, vise à répondre à deux objectifs : accueillir dans les meilleures conditions les supporters et faire de cet événement une fête pour tous mais aussi préserver la quiétude des Parisiens.
Il faut insister sur le fait que le nombre de supporters attendus, s'il est important, ne correspond pas à un afflux exceptionnel de visiteurs puisque les journées mondiales de la jeunesse, qui ont eu lieu en 1997, et ce dans d'excellentes conditions, représentaient un public beaucoup plus important.
Par ailleurs, les autorités françaises et le Comité français d'organisation ont apporté une attention toute particulière aux questions de sécurité. En outre, les pays qualifiés pour la coupe du monde de football ont aussi recherché tous les moyens pour encadrer dans de bonnes conditions leurs supporters durant leur séjour en France.
S'agissant des événements sportifs et de leurs conséquences, les matchs au Parc-des-Princes correspondent dans l'organisation des contrôles et des barrages à proximité du stade à ce qui est mis en place pour des matchs de football habituels.
Un effort particulier a par ailleurs été fait dans le domaine de l'accès des spectateurs en favorisant les transports en commun et en améliorant la signalétique.
Je vous rappelle que les automobilistes qui souhaiteraient se rendre au stade en transports en commun bénéficieront d'une réduction de 50 % dans les parkings publics.
La planification des chantiers sur la voie publique ayant des conséquences sur le trafic automobile a été organisée de manière à éviter de troubler la circulation à Paris dans les secteurs concernés de la Coupe du monde de début juin à mi-juillet.
(Brouhaha).
Mes chers collègues, si vous avez envie de parler, je peux m'arrêter ! Si vous souhaitez continuer à parler, continuez ! Je peux très bien m'arrêter. Vous lirez le compte rendu !
M. LE MAIRE DE PARIS. - Chers collègues, est-ce que vous pouvez écouter M. CANE s'il vous plaît ?
M. Dominique CANE, adjoint. - De ce fait, certains travaux ont été différés sans que la sécurité des Parisiens soit mise en jeu. Ils seront exécutés à partir du 15 juillet.
Des contacts, en outre, ont été pris avec les établissements scolaires voisins, notamment pour examiner les problèmes liés au fonctionnement de ces établissements, en particulier lors de la période des examens.
La Ville de Paris, la Direction de la Prévention et de la Protection participera également à des opérations de sécurisation sur certains sites où des animations municipales sont prévues.
Tout sera fait pour que la Coupe du monde de football soit un grand événement sportif, un beau souvenir pour tout ceux qui verront ou visiteront Paris à cette occasion, mais aussi pour l'ensemble des Parisiens, et notamment les jeunes qui, au-delà des seuls amateurs du ballon rond, seront largement associés à la fête mondiale du football.
Je vous remercie.
(Applaudissements sur les bancs des groupes " Rassemblement pour Paris " et " Paris-Libertés ").
M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci, Monsieur CANE.
Monsieur le Préfet de police, vous avez la parole.
M. LE PRÉFET DE POLICE. - Merci, Monsieur le Maire.
Je voudrais répondre à Mme JUNOT...
M. LE MAIRE DE PARIS. - S'il vous plaît, est-ce que vous pouvez écouter lorsqu'il y a un orateur qui parle ?
M. LE PRÉFET DE POLICE. - Je voudrais répondre à Mme JUNOT et lui apporter des assurances sur le plan des problèmes de sécurité qu'elle a évoqués en ce qui concerne la Coupe du monde. M. Jean-Pierre CHEVÈNEMENT, Ministre de l'Intérieur, s'est déjà exprimé à ce sujet à l'occasion d'une conférence de presse et il aura l'occasion de communiquer, au début du mois de juin je crois, à nouveau sur le même thème. Je ferai moi-même une communication technique à l'intention de l'ensemble des Parisiens pour indiquer comment devraient se passer les choses dans le domaine de l'organisation des services de sécurité, d'une part, et des recommandations que nous ferons à la population parisienne et aux visiteurs, d'autre part.
J'indiquerai, aujourd'hui, sur un plan général, que, pour assurer la sécurité des rencontres sportives de la Coupe du monde de football qui, comme le disait M. Dominique CANE à l'instant, au Parc-des-Princes se chiffreront à six rencontres et au Stade de France à neuf rencontres, je disposerai de très importantes forces mobiles de renfort qui seront mises à ma disposition par le Ministère de l'Intérieur.
Il en sera de même, indépendamment de ces rencontres, pour toutes les manifestations, les animations, qui sont prévues à Paris pendant la durée de la Coupe du monde, et notamment pour cette très importante fête inaugurale prévue le 9 juin, tout comme pour le concert des trois ténors qui est prévu le 10 juillet.
Je peux vous dire, Madame la Présidente, que le potentiel opérationnel des arrondissements de Paris ne sera pas obéré par cet événement, puisqu'aucun prélèvement ou redéploiement d'effectif ne sera effectué en raison de la Coupe du monde de football.
Nous travaillerons à partir des effectifs d'intervention de la Préfecture, renforcés considérablement, comme je vous l'ai indiqué à l'instant, par des forces mobiles constituées par des escadrons de gendarmerie mobile et des compagnies républicaines de sécurité.
Ainsi, l'ensemble des moyens, y compris les forces mobiles de renfort dont je parlais, me donneront les moyens d'assurer dans la Capitale, tout à la fois au profit des sites de la Coupe du monde, mais également au profit des visiteurs et des supporters, une sécurité qui pourrait être, je l'espère, comparable à celle que nous avons connue à l'occasion des journées mondiales de la jeunesse, encore que, je le sais parfaitement comme chacun de nous, nous nous adressons cette fois-ci à des publics parfois différents. Nous y serons attentifs.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci, Monsieur le Préfet.