Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2017
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Communiste - Front de Gauche relatif à la création d'un marché "Fabriqué à Paris" sur les Champs-Elysées. Vœu déposé par le groupe Démocrates et Progressistes relatif au marché de Noël des Champs Elysées. Vœu déposé par les groupes UDI-MODEM et les Républicains relatif aux Marchés de Noël. Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2017


 

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Nous poursuivons et terminons cette matinée avec l?examen de v?ux non rattachés, et notamment ceux relatifs aux marchés de Noël : les v?ux nos 192, 193, 194 et 194 bis.

La parole est à Mme Fadila MÉHAL.

Mme Fadila MÉHAL. - Merci, Monsieur le Maire.

Notre v?u du groupe Démocrates et Progressistes s?appuie sur le v?u de l?Exécutif relatif au village de Noël des Champs-Elysées adopté en juillet 2017, qui souhaitait la diversification de la programmation des animations de ce secteur, en cohérence d?ailleurs avec les orientations du mandat. Il s?appuie aussi sur la convention d?occupation du domaine public du marché de Noël en date du 12 juillet 2015, d?une durée de deux ans, renouvelable d?ailleurs par deux fois par décision expresse, et qui n?a pas été reconduite en effet au terme de ces deux premières années. Aucune convention d?occupation ne sera donc signée cette année pour l?organisation du marché de Noël des Champs-Elysées.

C?est dans ce cadre que nous souhaitons que pour les Parisiens, des événements attractifs et innovants, de nature à valoriser les Champs-Elysées, dans sa dimension à la fois culturelle, architecturale et esthétique, puissent être faits en adéquation avec ce site d?exception.

Alors, c?est vrai que cette manifestation doit être à la fois populaire, de qualité et exigeante, parce que souvent, on a l?impression que ce sont deux choses antinomiques. Cette manifestation doit être surtout un événement de partage, de rencontre et de joie. Et donc, pour aller assez vite sur ce v?u, nous souhaitons, puisque Paris a demandé que des garanties écoresponsables, éthiques et sociales s?inscrivent pleinement dans le futur appel d?offres, que pour l?attribution de la convention pour le marché de Noël des Champs-Elysées, Paris veille à ce qu?évidemment, la philosophie du marché de Noël puisse être de fait et en lien avec la découverte du patrimoine local, au-delà des aspects mercantiles.

Nous souhaitons en effet que soit préservée à cette manifestation sa dimension festive, populaire, accessible à tous, et que l?exigence première soit celle de la rencontre et de la qualité des animations ; et surtout, qu'une attention particulière soit accordée au "Fabriqué à Paris", en Ile-de-France, notamment en ce qui concerne les produits commerciaux, alimentaires, industriels, artisanaux proposés à cette vente, ce qui est partagé par de nombreux groupes. C?est une exigence qui sera, je crois, unanimement reprise, je l?espère, par vous-mêmes.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Merci beaucoup, Madame MÉHAL.

La parole est à Mme Catherine LECUYER, pour le groupe les Républicains.

Mme Catherine LECUYER. - Mes chers collègues, Madame la Maire.

Depuis des années, nous attirons l?attention de la Ville de Paris sur la piètre qualité du marché de Noël des Champs-Elysées, qui n?est pas à la hauteur de la plus belle avenue du monde et de sa réputation. Il ressemblait en effet plus à une grande foire mercantile qu?à un événement culturel et convivial, et les manèges et autres attractions nuisaient au prestige des Champs-Elysées. Les produits vendus y étaient très souvent hétéroclites, de piètre qualité, bien loin de l?esprit de Noël censé accompagner cet événement, et n?étaient pas représentatifs des spécificités françaises.

Enfin, l?organisation de cette animation avait été confiée à un prestataire unique, dont ni le contrat, ni le cahier des charges n?étaient publics, et qui n?avait visiblement pas respecté ses engagements.

Aussi, nous nous sommes réjouis devant la décision de l?Exécutif de ne pas reconduire la convention d?occupation du domaine public signée avec la S.A.R.L. "Loisirs associés". Même si nous nous interrogeons toujours sur les raisons de ce revirement soudain, nous y avons vu un signal fort montrant que nos préoccupations avaient été prises en compte.

Pour autant, il s?agit à présent de travailler à renforcer la dimension culturelle et esthétique de cet événement, qui représente un événement considérable, drainant 15 millions de visiteurs durant une période touristique majeure.

Malgré nos sollicitations, aucune réflexion n'a été menée en amont pour trouver un organisateur alternatif au village de Noël. L'avenue des Champs-Elysées sera donc dépourvue cette année d'une telle animation. Nous nous permettons d'insister à nouveau sur les propositions que nous formulons depuis 2014 à l'appui d'une refonte de la charte des marchés de Noël à Paris. Nous proposons en effet de nous appuyer sur les réalisations fructueuses des municipalités, notamment dans l?Est de la France, qui parviennent à proposer des marchés de Noël de qualité s'inscrivant dans des traditions anciennes et mettant en valeur des savoir-faire artisanaux et des produits locaux. Il s?agirait donc d?organiser une animation de qualité supérieure. Nous proposons donc, avec nos collègues élus UDI-MODEM, que tous les groupes politiques se réunissent pour renforcer la charte des marchés de Noël, qui n'est aujourd'hui pas assez contraignante. Il faut que la totalité des stands soient réservée à des produits et animations qui reflètent réellement cette fameuse ambiance de Noël, en valorisant l'artisanat local et la gastronomie traditionnelle. Par ailleurs, nous pensons indispensable de réfléchir à de nouvelles modalités d'organisation du marché de Noël. La Ville de Paris devrait pouvoir attribuer individuellement les places aux exposants, à l'instar de ce que fait Strasbourg ou Beauvais, références en la matière. Cela permettrait une maîtrise accrue de la qualité des animations et des produits par la Ville. Je vous en remercie.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Merci beaucoup, Madame LECUYER.

Encore deux interventions : Eric AZIÈRE, puis Nicolas BONNET.

Monsieur Eric AZIÈRE ?

M. Eric AZIÈRE. - Un petit rappel.

Vous savez que Noël, c?est dans un mois et qu'il n'y aura rien sur les Champs-Elysées. Je m'attendais à une surprise de votre part au moment de Noël. Je m'attendais peut-être à un Noël inclusif avec la Mère Noël, le Père Noël, mais je ne m?attendais pas à ce que la Ville invente le Noël à blanc, après les Noëls blancs. On vous avait alertés suffisamment tôt il y a deux ou trois ans sur les insuffisances, le manque d'ambition de ce marché dont vous aviez la responsabilité. On aurait pu éviter cette brutale et incompréhensible interruption et conduire les aménagements et les évolutions du marché en même temps qu'il se poursuivait. Alors, tous ces v?ux sont les bienvenus - je voterai bien sûr celui que j?ai déposé avec le groupe les Républicains - mais ils arrivent trop tard. Il sera urgent de se mettre autour d'une table pour définir la programmation, le concept d'apport, le contenu, la programmation des animations de Noël que nous voulons à Paris et, après, nous lancerons les appels à projets dans le cadre que nous aurons défini. Excusez-moi de le dire ainsi, mais un Noël à Paris sans marché ou autres animations, c'est comme un Noël sans sapin, sans guirlande, on a juste les boules. Je vous remercie.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Merci, Eric AZIÈRE.

La parole est à Nicolas BONNET, pour le groupe Communiste - Front de Gauche.

M. Nicolas BONNET-OULALDJ. - Merci, Monsieur le Maire.

Chacun imagine Noël comme il veut. Je ne pense pas que le marché de Noël soit vraiment une tradition parisienne. Je ne pense pas que les Champs-Elysées soient le lieu le plus populaire de Paris et, évidemment, la question de pouvoir offrir de la qualité aux consommateurs est au c?ur du sujet.

Au passage, je voudrais dire que la position du groupe Communiste est en dehors de toute combine, comme certains l'ont laissé entendre dans les médias.

Notre position est issue d'un travail que j'ai mené, qui a été très long, qui s'appelle une Mission d'Information et d'Evaluation sur le "Fabriqué à Paris" et qui préconise de mettre en avant, de valoriser nos artisans, ceux qui produisent et fabriquent à Paris pour relever des défis sociaux et environnementaux. Nous allons aboutir, avec Olivia POLSKI, la semaine prochaine sur un label qui va récompenser et mettre en avant ces artisans.

Aujourd'hui, on a presque 150 artisans qui ont déjà répondu et qui rentrent à peu près dans les critères. Le jury tranchera, mais voilà une belle opportunité pour mettre au c?ur du marché, que ce soit à Noël ou à une autre période de l'année, par exemple à Pâques - je pense aux chocolats aussi qui sont fabriqués à Paris - ces questions commerciales, les artisans et ceux qui fabriquent à Paris.

Voilà notre responsabilité en tant qu?élus, en dehors de toute politique et en dehors de toute affaire qui a lieu devant la justice et pas dans cet hémicycle. Voilà le sens du v?u que je présente qui est de dire que nous proposons que soit étudiée, pour la prochaine édition, dans le cahier des charges, la possibilité d'avoir des artisans et des objets qui sont fabriqués à Paris pour relever des enjeux que l'on a portés notamment dans le Plan Climat. Je vous remercie.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Merci beaucoup.

Je donne tout d'abord la parole à Olivia POLSKI, puis ensuite une explication de vote.

Olivia POLSKI ?

Mme Olivia POLSKI, adjointe. - Mes chers collègues, Monsieur le Maire, je vous remercie.

Les animations commerciales organisées à l'occasion des fêtes de fin d'année contribuent à ce moment festif de partage, à la convivialité mais aussi à l'attractivité de nos quartiers, et nous le partageons.

Les marchés de Noël notamment participent aussi de cette atmosphère festive dans cette période.

Concernant le cas particulier des marchés de Noël, la Ville de Paris a souhaité que puissent effectivement être améliorées la qualité et la diversité des articles qui sont vendus sur ces derniers. A ce titre, la Ville avait mis en ?uvre une charte des marchés de Noël dès novembre 2015.

Cette charte régit l'installation et l'exploitation de tous les marchés de Noël organisés sur l'espace public parisien et est annexée à toutes les autorisations que nous délivrons.

Aujourd'hui, la procédure de délivrance d'une autorisation est la suivante.

Il y a des demandes d'organisation de marchés de Noël qui sont déposées, notamment et surtout par des associations de commerçants, auprès des services événementiels de la Ville. Après analyse et complétude du dossier, ces demandes font l'objet d'une saisine pour avis auprès de la Préfecture de police et des maires d'arrondissement concernés. Ces avis, nous les suivons systématiquement.

Je précise, par ailleurs, que le non-respect de la charte, lors d'éditions précédentes, a pu engendrer un refus d'autorisation en concertation avec les mairies d'arrondissement. J'invite, d'ailleurs en conséquence, toutes les mairies à me signaler les difficultés qu'elles pourraient rencontrer concernant les marchés qui se tiennent sur leur territoire.

Vous proposez, via votre v?u, chers collègues des groupes LR et UDI-MODEM, qu'un certain nombre de recommandations soient imposées aux futurs organisateurs de marchés de Noël.

Or, comme c'est indiqué d'ailleurs dans le v?u de l'Exécutif que je soumets à votre approbation, vos propositions sont déjà intégrées à la charte des marchés de Noël qui existe. Je peux bien évidemment vous la communiquer de nouveau, si vous ne l'avez pas, mais je vous propose à ce moment-là aussi de vous retourner vers vos maires d'arrondissement qui continuent à accepter ces demandes de marchés de Noël. Quand il y a un mécontentement, il faut bien évidemment nous en faire part.

Je peux donc vous communiquer de nouveau cette charte si vous ne l'avez pas, mais vous verrez qu'elle répond en tout cas à vos préoccupations actuelles.

En ce qui concerne le fait qu'il n'y ait plus de marché de Noël sur les Champs-Elysées, vous le savez comme moi, il n'y a pas aujourd'hui que le marché de Noël aux Champs-Elysées dans Paris. Donc, il ne faut pas faire croire aux Parisiens qu'il n'y a plus de marchés de Noël, il y en a aujourd'hui 24.

Je vais vous proposer de vous référer à une belle animation qu'a faite la Ville sur son site dans le "Que faire à Paris ?" Nous avons aujourd'hui répertorié 24 marchés de Noël, et particulièrement de beaux marchés de Noël.

Il y a un certain nombre de marchés de Noël différents, contrairement à ce qui peut être aujourd'hui dit :

- un Noël éthique au Noël des canaux, sur les quais de Seine,

- le marché de Noël des créateurs,

- un marché de Noël de Norvège dans le 10e arrondissement,

- un marché de Noël afro-caribéen,

- un marché de Noël africain dans le 13e arrondissement,

- un marché de Noël de l'économie circulaire,

- un marché de Noël rétro et vintage à La Bellevilloise,

- un marché de Noël avec les créateurs de la Fabrique Bohème?

Bref, j'en passe. Il y a aujourd'hui une diversité de marchés de Noël de qualité, dans nos quartiers, que les Parisiens et les touristes pourront aussi aller voir.

Sur la demande qui est faite d'instaurer un suivi et un contrôle renforcé des engagements de cette charte, je suis d'accord. Nous avons donc conservé cette proposition dans le v?u de l'Exécutif.

En ce qui concerne plus précisément le cas spécifique du marché de Noël des Champs-Elysées, comme vous le savez, nous avons adopté un v?u à l'unanimité lors du Conseil de Paris de juillet dernier, proposant la non-reconduction de la convention d'occupation du domaine public avec la S.A.R.L. "Loisirs Associés" qui organisait ce village. Nous avons aussi indiqué que la Ville souhaitait varier les modalités de l'animation de l'espace public dans le secteur des Champs-Elysées, à l'occasion des fêtes de fin d'année. Vous proposez, cher Nicolas BONNET-OULALDJ et chère Fadila MÉHAL, que la dimension du "Fabriqué à Paris" soit prise en compte pour l'organisation d'un éventuel futur marché de Noël sur les Champs-Elysées. Dans la continuité de nos engagements sur le sujet, je suis bien évidemment tout à fait favorable à toute initiative permettant à nos artisans de mettre en valeur la qualité indéniable de leur savoir-faire à cette occasion. A ce titre, je vous propose que le groupe de travail, qui a d'ores et déjà été mis en place et qui réunit l'ensemble des groupes politiques de ce Conseil, et je peux l'élargir bien évidemment aux nouveaux, étudie toutes les possibilités d'intégrer la dimension "Fabriqué à Paris" lors de la programmation des animations futures sur le secteur des Champs-Elysées pour les fêtes de fin d'année. Compte tenu de ces éléments, je vous propose un v?u de l'Exécutif qui devrait, je l'espère, réunir l'ensemble de toutes nos composantes politiques. Je vous remercie.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Merci beaucoup, Olivia POLSKI.

Deux explications de vote : Jérôme DUBUS puis Danielle SIMONNET.

M. Jérôme DUBUS. - Rapidement pour le groupe PPC, vous dire que cette question de l'animation à Noël de notre Capitale n'est pas un élément nouveau, n'est pas une question nouvelle.

J'ai vu passer un certain nombre de municipalités. On s'est toujours posé la question de savoir comment on allait animer Paris à Noël. Bertrand DELANOË, que j'avais interpellé à plusieurs reprises sur ce sujet, n'avait pas fait grand-chose, il faut bien le reconnaître. Je ne sais pas si ce n'était pas sa préoccupation, en tout cas, à Paris à Noël, la ville-lumière était plutôt éteinte pendant deux mandats.

Vous l'avez un peu réveillée depuis 2014, je le reconnais très volontiers, mais le marché de Noël ne suffisait pas. Alors vous avez organisé un feu d'artifice sur l'Arc de Triomphe, etc. Tout cela va dans le bon sens parce que Noël, ce n'est pas seulement pour les touristes mais aussi pour les Parisiens qui restent à Paris et c'est une dimension très importante.

Les v?ux qui ont été déposés vont dans le bon sens. "Fabriqué à Paris" bien sûr, mais il me semble que l'on ne doit pas se polariser sur cette affaire de marché, marché au sens propre comme au sens figuré d'ailleurs, avec le prestataire, qui n'a pas respecté son cahier des charges. C'est la raison pour laquelle vous l'avez et nous l'avons démis de cette prestation à juste titre.

Simplement, Mme HIDALGO était allée trois fois, puisqu'il y a eu trois marchés de Noël à trois reprises pour son inauguration et pour sa visite, et à trois reprises, elle a constaté que tout allait bien.

Tout d'un coup, elle a changé d'avis. Tant mieux puisque nous constations que cela n'allait pas très bien. On est très ravi de la voir sur nos positions.

Il me semble que cette commission, qui va être élargie aux nouveaux groupes et je vous en remercie, ne devrait pas seulement traiter du marché ou des illuminations mais également de l'animation générale de la Capitale à Noël. Il me semble donc que c'est très important que l'on ait ce sujet. Bien évidemment, nous partageons les v?ux de nos collègues LR et Démocrates et Progressistes sur cette évolution. Merci.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Merci beaucoup.

Madame Danielle SIMONNET ?

Mme Danielle SIMONNET. - Mes chers collègues, je trouve très dommageable finalement cet échec à ne pas réussir à concilier sur le marché de Noël, à la fois une exigence de qualité de "Fabriqué à Paris", de défense des artisans et une présence des forains. Je pense que les deux sont compatibles et qu'il faut arrêter de penser l'un contre l'autre.

Je regrette que pendant plusieurs années consécutives, le discours ait été de dire, tout va bien, pour tout d'un coup une rupture brutale, c'est un échec complet de la concertation. Je souhaite vraiment que l'on soit en capacité, par la suite, de pouvoir rallier sur ce marché de Noël, comme dans toutes les manifestations, une exigence de valoriser le travail des artisans parisiens et les animations festives et populaires qui peuvent être contribuées par les forains. Je vous remercie.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Merci beaucoup. Explication de vote de Mme Florence BERTHOUT.

Mme Florence BERTHOUT, maire du 5e arrondissement. - Explication de vote, nous avons fait nous-mêmes des propositions. D'abord, je trouve assez incroyable que Mme la Maire de Paris ne soit pas là sur un débat comme celui-ci, c'est tout de même un débat important, ne serait-ce qu'en termes d'image et d'animation.

Un mois avant les fêtes de fin d'année, l'avenue des Champs-Elysées se retrouve sans son traditionnel village de Noël, et si on en est là, c'est le résultat d'une gestion quand même très approximative et d'un manque de préparation de la part de l'Exécutif.

Dès la signature de la convention d'occupation du village de Noël en juillet 2015, nous avions demandé d'instituer un observatoire de la qualité de cet événement. Le v?u avait d'ailleurs été adopté à l'unanimité comme cela arrive de temps en temps dans cet hémicycle et puis, les Parisiens et les visiteurs du monde entier ont assisté au délitement de la qualité des produits proposés année après année.

Il y a un an, nos collègues de l'UDI-MODEM vous avaient demandé de lancer un nouvel appel à projets pour les futures éditions du village de Noël.

Vous nous aviez assuré qu'une réflexion allait être menée. Comment expliquez-vous que quatre mois après avoir acté la non-reconduction de la convention d'occupation liant la Ville à la société "Loisirs associés", aucune alternative n'a été présentée aux élus ?

Donc, il est grand temps d'agir.

Le v?u que vous nous proposez ne va pas assez loin et surtout n'est pas assez précis, il faut revoir la charte du marché de Noël, et la revoir avant de renforcer les contrôles. Il faut traduire les intentions que vous exposez en actes concrets, il faut lancer la concertation sur un nouveau mode d'organisation du marché de Noël, pour que la Ville en soit directement responsable.

Regardez par exemple ce qui se fait à Strasbourg, c'est la seule manière, je dis bien la seule, de s'affranchir d'un organisateur unique sur le marché, et que ce soit Marcel CAMPION ou quelqu'un d'autre, ce n'est pas le sujet, dont la Ville d'ailleurs était jusqu'à présent tributaire. Au risque qu'elle ne se fâche, c'est-à-dire son Exécutif, avec un soutien devenu encombrant. Merci.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Merci beaucoup. Explication de vote de Pascal JULIEN.

M. Pascal JULIEN. - Moi franchement, je ne vois pas où est le problème majeur pour les Parisiennes et les Parisiens.

Que l'on décentralise la fête de Noël me semble extrêmement positif. Dans le 18e arrondissement, on a la fête des vendanges de Montmartre, cela fait plusieurs années qu'on la décentralise dans différents quartiers, et je trouve très bien que pour une fois, on puisse aller ailleurs, et en plus cela permet une grande diversité. Je pense par exemple au Noël solidaire qui aura lieu aux canaux du 13 au 17 décembre.

Franchement, si j'ai envie de faire la fête à Noël avec ma famille, je sais où aller, il y a plus d'une vingtaine de lieux possibles, et pour inciter à cette décentralisation, oui, il n'y a rien sur la prétendue plus belle avenue du monde, il n'y a pas mort d'homme.

Je trouve qu'il y a une dramatisation de quelque chose qui ne mérite pas de l'être.

Je termine en disant que oui, il faut retravailler ce que l'on entend par fête de Noël, par marché de Noël, je ne suis pas du tout d'accord pour que fête populaire rime avec produits en toc, gadgets fabriqués en Chine, etc., barbes à papa aux O.G.M., et j'en passe et des meilleurs. Je pense que l'on a un devoir justement d'assurer des fêtes populaires de qualité, cela ne veut pas forcément dire haut de gamme, mais de qualité, et ce n'est pas le cas pour l'instant, donc que la Ville prenne le temps de réfléchir, ce temps est du temps de gagné et marque un respect pour les fêtes populaires. Je vous remercie.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Merci beaucoup. Dernière explication de vote de Mme Fadila MÉHAL pour une minute, puisque vous avez déjà eu la parole.

Mme Fadila MÉHAL. - Pour dire que nous retirons notre v?u compte tenu du v?u de l'Exécutif qui reprend l'essentiel de nos propositions et donc, évidemment, nous veillerons à être très présents au comité de suivi.

M. Bruno JULLIARD, premier adjoint, président. - Merci, Madame MÉHAL.

En réponse aux v?ux nos 192, 193 et 194, l'Exécutif a déposé le v?u n° 194 bis.

Le v?u n° 192 déposé par le groupe Communiste - Front de Gauche est-il maintenu ?

Il est retiré au profit de celui de l'Exécutif.

Idem pour le v?u n° 193.

Le v?u n° 194, déposé par les groupes les Républicains et UDI-MODEM, est-il maintenu ? Oui.

Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par les groupes les Républicains et UDI-MODEM, assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de v?u référencé n° 194 bis déposé par l'Exécutif. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

Le projet de v?u est adopté. (2017, V. 327).