Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

97- QOC 98-145 Question de M. Georges SARRE et des membres du groupe du Mouvement des citoyens à M. le Maire de Paris au sujet du pont Charles-de-Gaulle (12e).

Débat/ Conseil municipal/ Mai 1998



Libellé de la question :
" Le pont Charles-de-Gaulle, ouvert en août 1996, et dont le coût de réalisation a été particulièrement élevé (près de 800 millions de francs) devait initialement accueillir sur son tablier un transport hectométrique destiné à relier les gares d'Austerlitz et de Lyon. Or, les élus de Paris ne disposent toujours pas à ce jour des éléments leur permettant d'apprécier concrètement l'avancée des études préalables à l'aménagement de cet équipement et, surtout, la volonté de la Municipalité parisienne de mener à bien sa réalisation.
Ce projet, inscrit dans le précédent plan d'aménagement de zone de la Z.A.C. " Paris-Rive gauche " de septembre 1993 (rapport de présentation p. 40), figurait à nouveau dans le dernier plan d'aménagement de zone de 1996. Il est en effet précisé dans le dernier plan d'aménagement de zone de cette opération (p. 44) qu'un transport hectométrique est envisagé pour relier directement la gare de Lyon en empruntant le nouveau pont Charles-de-Gaulle sur la Seine et la mettre ainsi en relation étroite avec les lignes A et D du R.E.R., ainsi qu'avec la ligne n° 1 du métro, qui ont des stations à la gare de Lyon.
Force est de constater à nouveau que la priorité aux transports collectifs, affichée dans le rapport de présentation annexé au plan d'aménagement de zone modifié de juillet 1997 de la Z.A.C. " Paris-Rive gauche ", ne se traduit pas par les réalisations concrètes initialement prévues.
Aussi, M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens s'inquiètent-ils de cette situation qui semble résulter à nouveau de la logique du " tout-automobile " qui domine la politique municipale en matière de déplacements depuis plus de 20 ans.
C'est pourquoi ils souhaiteraient connaître les raisons précises du retard considérable qui caractérise la mise en oeuvre de ce projet.
M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens demandent, de façon complémentaire, à M. le Maire de Paris que leur soient transmis les principaux éléments de l'étude préalable liée à ce projet (coût, capacité de transport, nombre d'utilisateurs potentiels, fréquence envisagée).
Ils s'interrogent sur le montage financier retenu pour cet équipement et souhaiteraient savoir à quel niveau, respectivement, la Ville de Paris et la S.E.M.A.P.A. envisagent de participer au financement de cet équipement, dans la mesure notamment où celui-ci figure au P.A.Z. de l'opération d'urbanisme dont cette société d'économie mixte a la charge. "
Réponse (M. Bernard PLASAIT, adjoint) :
" 1 - Le coût du pont Charles-de-Gaulle n'est pas de 800 millions de francs mais de 240 millions de francs (valeur 1996). La construction de cet ouvrage était intégrée dans une opération d'ensemble qui concernait le quai de la Rapée, le quai d'Austerlitz et tout le secteur concerné par l'adaptation du plan de circulation. Le coût de l'ensemble de l'opération s'est élevé à 875 millions de francs (valeur 1996).
2 - Le transport hectométrique envisagé entre les gares de Lyon et d'Austerlitz relève d'une maîtrise d'ouvrage du Syndicat des Transports parisiens (S.T.P.). La Ville de Paris a fait les réservations nécessaires dans l'ouvrage pont Charles-de-Gaulle afin de permettre l'implantation de ce transport, mais elle ne peut se substituer au S.T.P. quant à l'opportunité du calendrier de réalisation. Je rappelle que la prise en considération du principe de cette liaison a été décidée par le S.T.P. le 13 décembre 1990.
Cela étant, l'intérêt de ce transport hectométrique est à mettre en rapport avec son coût d'investissement très élevé (de l'ordre de 160 millions de francs), l'évolution du réseau de transport en commun dans le secteur et la croissance des gares de Lyon et d'Austerlitz.
En effet, le trafic potentiel du transport hectométrique est composé de voyageurs de diverses origines : voyageurs grandes lignes, correspondances des usagers des réseaux régionaux, voyageurs locaux. Ce trafic était estimé à 10 millions de voyages annuels avec 5.300 voyageurs à l'heure de pointe (3.200 vers la gare de Lyon, 2.100 vers la gare d'Austerlitz). Toutefois la création de la ligne " METEOR " et de la gare Tolbiac-Masséna mettant en correspondance le R.E.R. C et " METEOR ", l'interconnexion de la ligne D du R.E.R. avec certaines lignes du réseau S.N.C.F. Sud-est vont détourner une partie de ce trafic prévisionnel. Celle-ci est évaluée à 5,6 millions de voyages annuels, soit une pointe horaire de 3.000 voyageurs pour les deux sens.
Le réseau " METEOR " entre la gare Tolbiac-Masséna et la station Madeleine va être mis en service cet été.
Le développement du trafic national des gares qui était prévu à l'horizon 2005 est décalé de 5 à 10 ans, compte tenu de la conjoncture.
Le pont Charles-de-Gaulle assure une liaison piétonne directe et confortable entre les deux gares et accueille trois lignes de bus dans le sens 13e - 12e.
Dans ces conditions, il semble nécessaire de procéder à une nouvelle évaluation d'opportunité de ce projet, en particulier de son calendrier, après la mise en service de " METEOR ". Ceci ne préjuge pas des mesures conservatoires à conserver au P.A.Z. de la Z.A.C. " Paris-Rive gauche ". "